Contact
PALM      RSS     FORUM
Archives

:: DVDenfrancais.com
recherche
zone
dossiers techniques
dossiers industrie
faq/glossaire
cinéma
 
 
:: DVDenfrancais.com
ressources

United Artists

Pour de nombreux amateurs de cinéma, la United Artists Corporation ne représente que le studio à qui l'on doit les aventures de l'agent 007. D'autres la perçoivent plutôt comme une simple sous-filiale de la Metro-Goldwyn-Mayer. Pourtant, la United Artists constitue l'un des studios les plus âgés de l'histoire du cinéma, prenant pleinement racine dans le trio des ¨Minors¨ au début du siècle. Son catalogue se compose de films prestigieux; City Lights (1931) de Charlie Chaplin, Henry V (1944) de Laurence Olivier, 12 Angry Men (1957) de Sidney Lumet, The Misfits (1961) de John Huston, West Side Story (1961), One Flew Over the Cuckoo's Nest (1975) et Rocky (1976).


Une association d'artistes à l'origine du studio
La United Artists fut fondé en 1919 par quatre personnalités du cinéma: Douglas Fairbanks, Charlie Chaplin, Mary Pickford et le réalisateur D.W. Griffith. Dès ses débuts, la United Artists adopta une stratégie axée sur la distribution des productions indépendantes. Elle privilégia ainsi les créateurs en leur octroyant un droit de contrôle artistique et commercial. Préférant renoncer à l'achat de salles de cinéma et de plateaux de tournage, la compagnie opta plutôt pour une structure simplifiée et s'abstint de financer les films de son répertoire. Contrairement aux pratiques de mise durant la période 1920-1940, la United Artists évita en plus de participer à la réservation en lot (block-booking) de sa production. Cette stratégie marketing visait à forcer un exploitant ou une chaîne d'exploitation à louer un ensemble indivis de films. Bien que louable, cette politique s'avère, en pratique, d'une application délicate.
Les premiers temps de la United Artists furent marqués par les réalisations exclusives des fondateurs du studio (The Mark of Zorro, Robin Hood), limitant l'apport extérieur à quelques titres soigneusement choisis (Salomé de Nazimova, The Salvation Hunters de Sternberg). Dès 1926, les pressions intenses des bailleurs de fonds et les pratiques monopolistes des studios compétiteurs eurent tôt fait de modifier cette pratique. La United Artists se vit forcer d'acquérir des salles de projection, d'ouvrir des succursales et de faire appel à d'autres collaborateurs indépendants, notamment Howard Hugues, Hal Roach et Gloria Swanson. Cette même année fut également celle de la nomination de Joseph M. Schenck (frère de Nicholas M. Schenck de la Metro-Goldwyn-Mayer) à la tête de l'entreprise.


Les années 30 : de nouvelles idées, de nouveaux producteurs...
Au cours des années 1930, la United Artists s'associa quelques temps à quatre nouveaux partenaires: les producteurs Walter Wanger (Stagecoach, 1939), Alexander Korda (The Private Life of Henry VIII, 1933), David O. Selznick (Rebecca, 1940) et Samuel Goldwyn (Dead End,1937 et Wuthering Heights, 1939). La compétence de ces producteurs apporta à la United Artists un renom considérable. Cependant, suite à de constantes discordes avec les fondateurs du studio à propos de la répartition des profits, Joseph M. Schenck quitta son poste de président. Les sévères luttes internes qui suivirent, en plus de l'insuffisance chronique des productions (18 films en 1939, soit à peine le tiers de de ce qu'on Majors produisait chaque année), contraignit finalement la United Artists à réviser ses politiques.


Les années 40 : stagnation de la production et films de série B...
La Seconde Grande Guerre affecta sérieusement la stabilité économique de la United Artists. Afin de renflouer ses coffres, la compagnie investit, à partir de 1945, de façon systématique dans la production de série B. L'entreprise devint ainsi le havre de producteurs comme Sol Lesser, Hunt Stromberg et Frank et Maurice King. Ses grands films se raréfiant (Henry V (1945), Red River (1948), Diary of a Chambermaid (1946)), la United Artists apporta peu au paysage cinématographique durant cette période. Quoique bénéficiant largement des avantages consentis aux indépendants avec le décret Paramount de 1948, le studio fut tout de même frappé d'une dramatique récession à la fin des années 40.


Les années 50 : le retour au succès...
Les déficits engendrés par l'entreprise devenant trop lourds à supporter, Chaplin et Pickford acquiescèrent, en 1951, à la vente de 50 pour cent du capital de la United Artists aux avocats new-yorkais Arthur B. Krim et Robert S. Benjamin. En 1955-56, les deux comédiens vendirent aux mêmes avocats leurs parts complètes... Krim et Benjamin surent faire fructifier leur récente acquisition en misant pleinement sur le recrutement de producteurs indépendants à la recherche de distributeurs. Pas moins d'un an après l'achat initial, ces derniers avaient déjà réussi à obtenir la distribution de High Noon (1952) de Fred Zinnemann et The African Queen (1951) de John Huston. Le succès de The Moon Is Blue (1953) permit à la United Artists d'amorcer un redressement financier, calculant dès lors plus de profits que de pertes. Cette nouvelle situation économique de la United Artists facilita la mise sous contrat des acteurs Burt Lancaster, Gregory Peck et Robert Mitchum. Du côté de la réalisation on signa les Billy Wilder, John Sturges, Robert Wise, Norman Jewison, Otto Preminger, William Wyler et Joseph Mankiewicz.
Le studio délaissa également la production de films de série B en misant plutôt sur des oeuvres destinés à avoir une influence profonde et durable sur le cinéma américain; que l'on songe à Night of the Hunter (1955), Othello (1952), Marty (1955), The Quiet American (1958) et The Big Knife (1955).
Les années cinquante furent marquées par l'arrivée d'une nouvelle génération de réalisateurs formés à la télévision. Ces réalisateurs étaient solidement encadrés par Krim et Benjamin , ces derniers contrôlant le financement, la distribution et la publicité de chaque film produit.
Un trait particulier, les réalisateurs de l'époque avaient pratiquement carte blanche au niveau créatif. Cette approche favorisa le développement d'un certain cinéma d'auteur à Hollywood.


Les années 60 : la recette du succès...
Au cours des années soixante la United Artists fut, sans l'ombre d'un doute, un des studios les plus profitables à Hollywood. Et l'apport fidèle de précieux artisans n'y est pas pour rien. Billy Wilder, Stanley Kramer, Albert Broccoli, Blake Edward et la Mirish Corporation participèrent grandement au succès de la United Artists. Cette période vit les sorties de Exodus (1960), The Misfits (1961), West Side Story (1961), The Great Escape (1963) et les débuts des séries James Bond et Pink Panther.


Les années 70 : transactions et productions...
Ayant accumulé de larges profits au cours des années 60, Krim et Benjamin décidèrent, en 1967, de se départir de leurs actifs. Ils vendirent leurs parts de la United Artists à la Transamerica Company, une firme de services financiers et d'assurances.
Considérant les états de service des deux avocats, la Transamerica Company confirma le duo dans ses fonctions. Durant cette période, de nouveaux réalisateurs se joignirent au studio: Woody Allen, Martin Scorsese, Milos Forman. Fidèle à sa tradition, la United Artists s'associa à de nombreux projets risqués comme Stay Hungry (1976), tout en proposant des oeuvres destinées à une audience élargie Last Tango in Paris (1973), One Flew Over the Cuckoo's Nest (1975) et Rocky (1976).


Les années 80 : départs, difficultés, échecs et fusion...
Après de nombreux conflits avec les dirigeants de la Transamerica, le duo Krim et Benjamin quitta la United Artists en 1978, et fonda le studio Orion Pictures.
Les profits étant en baisse, la United Artists tenta un grand coup avec Heaven's Gate (1980) de Michael Cimino. L'effort fut vain; le film culmina en un échec retentissant qui ébranla gravement les finances du studio. Dans ces conditions défavorables, la United Artists fut achetée en mai 1981 par la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), ce qui marqua une nouvelle et cruciale étape dans son histoire. Passant ainsi des mains de la Transamerica vers celles de Kirk Kerkorian, la United Artists fut affectée par les nombreux rebondissements que connu l'entreprise fusionnée MGM/UA. L'historique des transactions de MGM/UA est abordé dans le dossier Metro-Goldwyn-Mayer (La valse des transactions et Reprise du catalogue)
De nos jours, la MGM/UA a su rétablir sa crédibilité en tant que studio et consolider ses finances. Le partenariat MGM/UA fonctionne efficacement, proposant ainsi de nouveaux films (Leaving Las Vegas (1995), The Man in the Iron Mask (1998)) tout en capitalisant sur des séries dont la popularité n'est plus à établir (série James Bond).


United Artists et le DVD
Les titres de la United Artists font maintenant partie intégrale du catalogue de la MGM/UA, leurs sorties en format DVD est assumé par cette dernière.
Pour en savoir plus sur la MGM/UA et le DVD, veuillez vous référer au dossier portant sur l'histoire de la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM et le DVD).


Conclusion
Sans l'apport de la United Artists, le paysage cinématographique américain aurait été de loin différent. De Chaplin à Brosnan, de Griffith à Allen, le volumineux catalogue du "Studio bâti par les Stars" recèle des chef-d'œuvres de tous genres.
Bien que des débâcles financières aient affecté la production contemporaine du studio, United Artists sera toujours reconnue comme l'un des joueurs importants dans l'arène du cinéma américain. Et peut-être que bientôt entendrons-nous encore le fameux " Bond, James Bond "...


 
Haut
Auteur: Alexandre Caron

Publication: 01/05/2003

 
 
Bibliographie
1. Dictionnaire du Cinéma, nouvelle édition. Passek, J-L. Éditions Larousse-Bordas, Paris, France, 1998, 16 cahiers.
2. Dictionnaire du Film. Roy, André. Les Éditions Logiques, Outremont, Québec, 1999, 360 pages.
3. Microsoft's Cinemania 97. Microsoft.

:: DVDenfrancais.com
Imprimer cett page     hébergement: sherweb.com    
© 2005, DVDenfrancais.com. Tous droits réservés. | Politique de confidentialité.