Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Moïse : L'Affaire Roch Thériault

Critique
Synopsis/présentation
L'adapatation de la biographie de Gabrielle Lavallée, intitulée L'Alliance de la Brebis, en une production cinématographique avait tout le potentiel requis pour interesser: une histoire presque irrélle s'étant dérouler au cours des années 70 / 80 au Québec et en Ontario, un homme sauvage et barbare, des victimes de sévices corporels et, enfin, une héroïne déterminée à mettre fin aux horreurs de la secte de Moïse. Si la prémisse de Savage Messiah semblait captivante, le résultat final surprend par son manque d'originalité et surtout, d'audace.
Savage Messiah lève le voile sur les atrocités auxquelles furent soumises les concubines et enfants de la secte de Roch Thériault, psychopathe sadique s'étant donner le nom du prophète Moïse. Sous les apparences d'une communauté prêchant l'amour, le partage et le retour aux valeurs pures, Thériault (campé par Luc Picard, toujours aussi intense et poignant) a martyrisé, tué, agressé sexuellement, mutilé, battu et violé les membres de sa secte, comptant une dizaine de femmes (interprétées notamment par Isabelle Blais, Isabelle Cyr, Julie LaRochelle et Pascale Montpetit) et une vingtaine d'enfants. Reprenant les grandes lignes des souffrances exposées par Gabrielle Lavallée, ancienne disciple de Moïse, Savage Messiah demeure néanmoins une oeuvre de fiction; le personnage de Paula (Polly Walker), travailleuse sociale acharnée à libérer les disciples des griffes de Thériault, n'est aucunement un personnage réel.
Savage Messiah est un film fade qui ne semble jamais prendre son envol. Le choix de Mario Azzopardi en tant que réalisateur y joue d'ailleurs pour beaucoup. Avant la mise en scène de ce film, Azzopardi avait en guise d'expérience, la réalisation d'épisodes de séries télé (entre autres, Total Recall 2070, Stargate SG-1 et The Outer Limits). Conséquemment Savage Messiah a un aspect très télévisuel (les partenaires de la production sont d'ailleurs Showcase, Séries+ et The Movie Network), ce qui agace. Par exemple on remarque peu de mouvements de caméras (les plans sont, en majorité, fixes), le réalisateur surexploite le gros plan dans le but d'émouvoir, recycle les plans-clichés (les voitures qui freinent dans le cadre telles la cavalerie qui débarque), et repose largement sur le montage séquencé (le champ contre-champ).
Le film d'Azzopardi aurait dû être une recherche psychologique exposant la violence de Moïse ou celles subies par ses victimes. Malheureusement, Azzopardi préféra s'en remettre à un style "fait-vécu", misant ainsi sur la banalité d'un schéma narratif biographique. Le personnage de Paula cumule les preuves en découvrant progressivement les horreurs faites par Thériault, le tout appuyé d'un ton anti-sectaire et décriant la violence faite aux femmes et enfants. L'oeuvre filmique nivele par le bas, ce qui aboutit à un film moraliste, du déjà-vu...
Savage Messiah (Moïse : l'Affaire Roch Thériault, en version française) n'est ni plus ni moins qu'une version cinématographique d'un fait-vécu comme on en voit trop souvent à la télévision. Si le côté mélo-dramatique en agacera plus d'un, Savage Messiah est peut-être une bonne récapitulation (très factuelle) des atrocités commises par Roch Thériault mais sans plus.



Image
Le visionnement de cette édition de Savage Messiah confirme le manque de constance des parutions DVD de distributeurs québécois / canadiens. Certains éditeurs nous offre des éditions DVD rivalisant avec ce qui se fait de mieux sur la marché (tels le coffret de collection d'Amélie Poulain, offert chez TVA International), alors que d'autres proposent des éditions DVD parfois déficientes ou, à tout le moins, de piètre qualité (le cas récent de 15 Février 1839 de Christal Films étant patent).
Première déception, une image ne respectant pas le format de la photographie de 1.85:1; il s'agit ici d'un tansfert plein écran (P&S), et évidemment non-anamorphosé.
L'image affiche une manque évident de définition. Bien que les détails et textures soient correctement reproduits, un manque constant de piqué afflige l'image. Le rendu des couleurs, quant à lui, demeure satisfaisant, quoique peu spectaculaire. Les couleurs semblent ternes et manquent franchement d'éclats. Celles-ci demeurent toutefois constantes et naturelles. Les parties sombres manquent cruellement de détail et les blocages sont plus qu'évidents. De plus, on remarque une pixellisation (signes de compression) omniprésente, s'accentuant dans les tons foncés, telles les bleus et mauves. Ce défaut est à ce point agaçant qu'il en affecte l'écoute du film. Miraculeusement, aucune sur-définition des contours et parasites n'affecte ce transfert.
Christal Films a probablement recyclé un transfert basse-résolution préparé en vue de la sortie VHS pour cette édition DVD-Vidéo. Malheureusement, le résultat n'est pas à la hauteur, ni aux normes du marché: transfert plein écran, manque de définition, des couleurs ternes, des dégradés bloqués et une pixellisation flagrante.



Son
La bande sonore originale de Savage Messiah ne rachète malheureusement pas les défauts visuelles de cette édition DVD. Proposée en format Dolby 2.0 Stéréo (et non Surround), la bande-son anglaise possède tout le dynamisme d'une bande monophonique (à noter qu'en salles, le film était présenté en Dolby Digital 5.1). Et cela, c'est sans parler de la médiocrité de la bande-son doublée en français (elle aussi, Dolby 2.0 Stéréo ).
Débutons par la bande-son originale anglaise. D'un dynamisme plus que limité, ce mixage a peu de présence et encore moins de spatialité. Le champ sonore se déploie en grande partie de l'enceinte centrale avant. Si la trame-sonore reste discrète, cette dernière demeure néanmoins bien intégrée au mixage pour les quelques scènes finales. L'utilisation des canaux d'ambiophonie est inexistante, tout comme les basses fréquences. Point positif, les dialogues demeurent toujours nets et intelligibles.
Quant au doublage français, ce dernier est plus que décevant. Bien qu'enregistrée avec les comédiens francophones du film (Picard, Blais, Cyr, Montpetit, etc.), ce doublage manque de naturalité, d'émotions, est par moment mal synchronisé et surtout, il écrase tous les sons d'ambiances (foule, respirations, craquement des chaises, etc.).
Aucune option de sous-titrage n'est proposée.



Suppléments/menus
Les menus de cette édition de Savage Messiah s'ouvre avec le choix de la langue de navigation (français ou anglais). De là, les menus s'afficheront dans la langue choisie, avec le titre original du film ou de la version française.
Les suppléments de cette édition se composent de trois éléments, soit une entrevue avec Gabrielle Lavallée (en français), un segment portant sur la réalisation (en anglais avec option de sous-titrage en français), ainsi que les bandes-annonces française et anglaise du film.
Premier supplément, l'entrevue avec Gabrielle Lavallée. Celle-ci évoque sa sordide expérience auprès de Moïse. Madame Lavallée reprend les grandes lignes de son histoire au cours de ce segment d'une durée de plus de trente minutes. Fait à noter, ce supplément est offert en format d'image de 1.85:1 et d'après un transfert anamorphosé (!)... Notons que tout au long de cette entrevue des sous-titres anglais sont visibles et, malheureusement, ne peuvent être masqués.
Suit un court segment sur la réalisation de Savage Messiah. Au format de 1.33:1, ce segment de treize minutes est offert en langue anglaise et sous-titres français imposés. On y retrouve des entrevues avec les principaux comédiens et artisans du film, des scènes filmées en coulisse, l'ensemble entrecoupé de séquences du film. Ce segment semble avoir été produit pour éveiller l'intérêt des spectateurs outre-frontières. Peu informatif, mais néanmoins divertissant...
Finalement, les suppléments se concluent par les deux bandes-annonces du film (une française et l'autre anglaise, accessibles selon la langue de navigation choisie).
La liste des artisans de cette édition DVD et des membres de Cinégroupe (responsable du transfert) est également offerte.




Conclusion
À un prix élevé de 30$, cette édition de Savage Messiah déçoit. Nous vous suggérons vivement une location avant de considérer l'achat de ce titre. Savage Messiah constitue un film plus qu'ordinaire, présenté dans une édition DVD techniquement problématique. Christal Films devrait porter plus de soin à ces transferts vidéo, il en va de sa réputation en tant qu'éditeur...


Qualité vidéo:
1,5/5

Qualité audio:
2,0/5

Suppléments:
2,8/5

Rapport qualité/prix:
1,5/5

Note finale:
2,0/5
Auteur: Alexandre Caron

Date de publication: 2002-07-15

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40F80, Récepteur certifié THX-Ultra, THX-EX, Dolby Digital 6.1, DTS-ES Discrete Denon AVR-4802, Lecteur DVD-Audio / DVD-Video Toshiba SD-4700, enceintes PSB et central Paradigm Reference, câbles Monster Cable (calibre 12).

Le film

Titre original:
Savage Messiah

Année de sortie:
2001

Pays:

Genre:

Durée:
94 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Christal Films

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1 (p&s)

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Française Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:

Suppéments:
Entrevue française avec Gabrielle Lavallée, "Making-of" anglais et bandes-annonces.

Date de parution:
2002-06-25

Si vous avez aimé...