Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Se7en (New Line Platinum Series)

Critique
Synopsis/présentation
Il n'y a pas une décennie que le film Seven est paru que déjà celui-ci fait figure de film culte. En fait, on pourrait même prétendre qu'il a gagné ce titre alors que le film était toujours en salle. Pour cause, on doit déjà beaucoup à Seven. Tout d'abord, il ne faudrait pas oublier que c'est précisément ce film qui a mis les tueurs en séries à la mode depuis quelques années, la plupart du temps pour notre grand malheur. Du point de vue de l'esthétisme également, l'œuvre fait maintenant figure de référence. Bien des films ont depuis tentés la formule de l'ambiance glauque et oppressante qui fit la renommée du film de David Fincher.
Mais au-delà de l'esthétisme, on retrouve une œuvre aux idées dramatiques puissantes, dépeignant les travers d'une société violente et cynique. En ce sens, les motivations primaires du tueur en série, qui rappelons-le choisis ses victimes et leur châtiment en fonction des sept péchés capitaux, sont beaucoup plus nobles que ses crimes ne les laissent pourtant croire. Plus troublant encore que ses crimes est sa confession, alors qu'il explique ses gestes et les raisons pour lesquelles il les a commis. Une confession troublante parce qu'à travers le tueur il nous est alors possible de détecter un homme simple, auquel il nous est immanquablement possible de nous identifier. Même le personnage de Morgan Freeman ressemble en plusieurs points à celui du meurtrier. Ce sont deux hommes, désabusés de leur environnement, qui tentent pas différents moyens de rendre leur société meilleure. Et qui, parmi-nous, n'aurait pas cette ambition ?
Le film de Fincher est puissant parce qu'il ne fait pas que s'attarder à une intrigue policière pourtant très efficace. Il est puissant parce qu'il s'attarde aussi aux motivations de ses personnages, ce qui est chose rare dans les films de ce genre.


Image
La transfert vidéo (téléciné) offert ici est phénoménal. Partant des négatifs originaux, ce nouveau transfert haute définition supplante absolument toutes les versions du film disponibles à ce jour, et à en croire les auteurs, même la version vue au cinéma. David Fincher a profité de la création de cette édition DVD pour apporter quelques corrections à la texture et aux couleurs du film; les résultats sont plus que convaincant. Ce transfert anamorphique reproduit parfaitement l'aspect sombre et glauque du film, mais cette fois avec une netteté accrue. Les teintes sont plus naturelles que jamais, alors que les noirs sont profonds et purs sans pour autant bloquer. Le contraste et la luminosité ont aussi été améliorés, selon les auteurs.
L'image est sombre mais reste contrastée et détaillée, et elle est en tout point exempte de grain ou d'artéfacts distrayants.



Son
La trame sonore du film a, elle aussi, été complètement retravaillée et supplante les précédents mixage fait de cette bande-son . La bande sonore originale a été retravaillé pour tirer profit des récentes technologies de mixage et de reproduction sonore. Le résultat est encore une fois étonnant. En premier lieu la bande Dolby Digital 5.1 EX. D'emblée, il est important de mentionner que cette bande-son est entièrement au service du film, et ne s'encombre pas d'effets grandiloquents superflus. Au contraire, on a préféré jouer la carte de la subtilité sans sacrifier aucune spatialité.
La trame sonore de Howard Shore occupe une place importante, alors que les effets d'ambiophonies sont utilisés pour créer subtilement une atmosphère, entre autre avec les sons de pluie (élément prédominant de cette bande-son (du récit)). On pourrait dire sensiblement la même chose du mixage DTS 6.1 ES, à la différence que celui-ci offre sensiblement plus de dynamisme et de précision que le mixage Dolby Digital. On remarque sutout plus de détails et une subtilité accrue de l'environnement sonore.
Une bande-son anglaise Dolby Digital Surround 2.0 est également offerte, ainsi que des sous-titres en anglais et en français. Ces sous-titres français sont une bien mince consolation, surtout lorsque l'on se souvient que la première édition DVD de Seven paru en 1997 chez le même éditeur (NewLine) offrait une bande-son française...



Suppléments/menus
Cette édition de Seven nous est présenté en deux disques, le premier contenant évidemment le film et le second les suppléments proprement dits.
Toutefois, le premier disque contient ce qui s'agit presque être le principal attrait de cette version. On y a inclus pas une, ni deux, mais quatre pistes de commentaires audio, chacune traitant d'un aspect du film. La première, et la moins intéressante, est intitulé The Stars et met en avant-plan les acteurs Brad Pitt et Morgan Freeman ainsi que le réalisateur David Fincher. Non pas que cette piste ne soit d'aucun intérêt, mais elle pâlit en comparaison des autres. D'abord, les trois commentateurs n'ont pas enregistrés cette piste de commentaires simultanément. D'une part, nous avons Morgan Freeman, et de l'autre il y a Brad Pitt et David Fincher. Il n'y a donc aucune interaction entre Freeman et les deux autres, alors que ceux-ci discutent entre eux et rient allègrement. Cette rupture entre les deux tons peut finir par agacer. De plus, on discute ici d'à peu près n'importe quoi, alors qu'on aurait aimé en apprendre plus de l'expérience des acteurs lors du tournage. Les choses s'améliorent avec les trois autres pistes, intitulées respectivement : The Story, The Picture et The Sound. Ces trois autres pistes mettent en vedette divers artisans ayant contribués a la production de Seven; du directeur photo jusqu'au compositeur, en passant, sur chacune, par David Fincher. Ces pistes, contrairement à la première, sont beaucoup plus techniques et donnent beaucoup d'informations sur tous les aspects du film. Elles bénéficient également d'un montage qui coupe tous les temps morts, l'intérêt reste soutenu. Après avoir écoutés ces pistes, aucun aspect du film ne vous sera inconnu tellement tout y est discuté et abordé avec minutie et intelligence.

Sur le deuxième disque maintenant, on retrouve tout d'abord ce qui est appelé : Exploration of the Opening Title Sequence. Vous trouverez ici diverses phases de complétions du fameux générique initial, des schémas jusqu'au montage final, le tout accessible via l'option multi-angle. Ce suppléments est très instructif pour comprendre l'évolution et la production d'un générique aussi complexe, ce qu'il ne nous ait pas donné de voir très souvent.

Dans ce qui constitue une belle curiosité, plusieurs scènes coupés sont aussi offertes, dont une ouverture et une conclusion alternative. On nous offre aussi un montage des scénarimages pour une conclusion qui n'a, heureusement, jamais été tournée. La qualité vidéo de ces scènes est étonnante. L'image est toujours de qualité et ne démontre pas le grain habituel pour ce type de supplément. Il est aussi à noter que les commentaires de David Fincher sont aussi disponibles pour chacune de ces scènes.

Plusieurs galeries d'images et de photos sont aussi proposées, ayant la particularité d'être sous forme d'un montage vidéo. Donc, au lieu de naviguer image par image via la télécommande, les images défilent devant vous avec en prime une piste de commentaires audio expliquant chaque images. À ne pas manquer ici une série de photos affichée dans l'appartement du tueur. À vous donner des frissons dans le dos...

Sous la même forme de montage vidéo / commentaires audio, on nous offre les détails de la création des nombreux livres écrits spécialement pour le film, qui sont vu encore une fois dans l'appartement du tueur.

Dans la section Promotional items on nous offre évidemment la bande-annonce originale, en Dolby Digital 5.1, ainsi qu'un court documentaire promotionnel sans intérêt particulier.

Finalement, une section appelé Mastering for the Home Theater commente la création du DVD, des modifications apportés à l'image jusqu'au nouveau mixage de la bande-son. Très intéressante, cette section montre tout le travail apporté pour nous livrer cette nouvelle édition DVD. Encore une fois, l'ensemble nous est présenté avec des images du film sur lesquelles on a ajouté des commentaires audios. Bien que le résultat soit assez professionnel, on aurait aimé un peu plus de raffinement. En particulier, lorsqu'un des intervenants commente la colloration de l'image en même temps qu'il effectue ces modifications à l'écran. Le commentateur balbutie, se répète, se trompe en manipulant l'image et, par-dessus tout, on l'entend jouer sur son clavier en même temps qu'il parle.

Il est à noter que pour une rare fois, tous les suppléments présentés ici profitent d'un transfert anamorphique.

Pour ceux que ça intéresse, ce DVD offre aussi une section DVD-ROM contenant des liens internet et le scénario complet. Encore une fois, notez la conclusion du film qui diffère elle-aussi de toutes celles présentés sur le disque !




Conclusion
Plusieurs attendaient cette nouvelle édition avec impatience, et ceux-ci ne devraient pas être déçus. Le transfert de l'image est magnifique et constitue une véritable réussite. Là-dessus, nous nous devons de lever notre chapeau à l'effort apporté par New Line pour nous offrir une image splendide, voir de référence. La bande-son est également digne de mention, appuyant à merveille le film et mieux que dans les précédents mixages.
Quant aux suppléments, il y a matière à débattre. Ils sont nombreux, certes, et sont aussi de très grande qualité, mais on aurait peut-être aimé voir ne serait-ce qu'un documentaire sur le tournage. On ne retrouve sur cette version pratiquement aucune entrevue et aucunes séquences filmées en coulisses. En fait, toute l'informations présentées sur cette édition est sous forme de commentaires audio, qu'il s'agisse du film ou des galeries de photos. Pour ceux qui ont cette pratique en horreur, l'écoute de ces suppléments sera très laborieuse. Mais malgré tout, la masse d'information disponible sur ces deux disques et la qualité de leur présentation compensent amplement pour ces petits défauts.
Une édition à ne pas manquer, ne serait-ce que pour la qualité de l'image.



Qualité vidéo:
4,8/5

Qualité audio:
4,6/5

Suppléments:
4,2/5

Rapport qualité/prix:
4,6/5

Note finale:
4,6/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2000-12-20

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Se7en

Année de sortie:
1995

Pays:

Genre:

Durée:
127 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
New Line

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX
Anglaise DTS ES 6.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
4 commentaires audio, scènes coupées, fin alternative, galerie de photo, Exploration du générique d'ouverture, Bande-annonce, documentaire promotionnel, Filmographies, documentaire sur la création des transferts audio et vidéo, DVD-Rom

Date de parution:
2000-12-19

Si vous avez aimé...