Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Crime d'amour

Critique
Synopsis/présentation
Dernier film du cinéaste français Alain Corneau (connu entre autres pour ses films Tous les matins du monde et Stupeur et tremblements, l’adaptation du roman de Amélie Nothomb), Crime d’amour a pris l’affiche en sol québécois peu de temps après le décès du réalisateur. C’est la comédienne Ludivine Sagnier qui, l’automne dernier, avait présenté le film dans le cadre du Festival Cinemania. Œuvre testamentaire s’il en est une, le film raconte une guerre féminine dans les décors d’une multinationale.

Clairement divisé en deux parties, Crime d’amour illustre d’abord et avant tout les tensions et les jeux de pouvoir entre Christine (jouée par Kristin Scott Thomas) la patronne et Isabelle (jouée par Ludivine Sagnier) sa jeune protégée. Dès la scène d’ouverture le film nous expose à la relation ambiguë et complexe des deux jeunes femmes. La première, consciente de son charme et de l’effet qu’elle cause à sa jeune collègue, et la deuxième, timide, confuse, mais pourtant très ouverte aux avances de sa supérieure. Entre elles, un homme, Philippe (joué par Patrick Mille) vient s’immiscer. Mais il sera bien plus qu’un prétexte ou une diversion pour les deux femmes qui partageront à la fois complicité et compétition, fascination et haine.

La deuxième partie, elle, laisse place à moins d’ambigüité. Succédant au dit crime d’amour, elle démontre les rouages d’une mécanique (trop) bien huilée. En effet, la mise en scène nous explique (à coups de flashback en noir et blanc !) les coulisses d’un crime dont on connaissait déjà les prémisses. Mais ces deux parties du film mises ensemble (l’une plus émotive et intuitive, l’autre plus pragmatique et logique), illustrent à merveille le paradoxe que le titre du film laisse sous-entendre, mais surtout épouse parfaitement le personnage d’Isabelle. Déchirée entre la profonde admiration qu’elle éprouve pour sa supérieure (et les sentiments troubles qu’elle semble éprouver plus profondément encore) et le caractère méthodique et organisée de sa personne, Isabelle devra mettre à l’épreuve tout son être à la suite de ce fameux crime.

Et lorsque la conclusion arrive et que le film nous dit clairement en parlant d’Isabelle : « you are the perfect woman », on ne peut s’empêcher de se demander si c’est vraiment cela le testament de Corneau. Bien plus que cette évidente déclaration d’amour au genre du polar, c’est sa vision de la femme, discutable nous vous l’accordons, qui hante à la fin du visionnement : celle qui peut manier, manipuler par son méthodisme ses actions et ses réactions sans toutefois faire fi de ses émotions, et ainsi en ressortir plus forte, ou du moins d’en donner l’impression.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 1:85:1 d’après un transfert 16:9.

Tourné en numérique avec une caméra Génésis de Panavision, le film affiche ici une excellente définition. Même si les caractéristiques du numérique se font sentir, nous devons avouer que le rendu est tout de même très agréable. L’image affiche ainsi clarté et précision ce qui permet apprécier tous les détails et les textures. Le rendu des couleurs est absolument admirable. Le travail du directeur photo Yves Angelo (fidèle collaborateur de Corneau) qui consistait à désaturer les teintes vives est impeccablement rendu. Il faut admirer la photographie très froide et le fameux châle rouge que porte Ludivine Sagnier pour en profiter pleinement. Les parties en noir et blanc (fortes en grain cinématographique). Le niveau des noirs est très bien géré alors que les dégradés font preuve de fluidité et de précision. Ce sont des noirs purs et profonds qui complètent ce transfert.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent. Il faut avouer qu’avec simplement le film présent sur le disque, le contraire aurait été étonnant.


Son
Une seule bande son est disponible sur cette édition et elle l’est au format Dolby Surround 2.0.

Principalement composée de dialogues, la bande son reproduit parfaitement l’environnement sonore, faisant preuve d’un dynamisme approprié étant donné la nature du film. Le format Surround 2.0 est suffisant pour le « déploiement » du champ sonore. Inutile de mentionner que les dialogues sont constamment et parfaitement intelligibles. La trame sonore subtile et composée de morceaux jazz qui se manifestent de façon périodique dans le film s’intègre parfaitement au mixage. L’utilisation des basses fréquences est anecdotique, si ce n’est qu’elle appuie très subtilement ces morceaux de jazz ou encore quelques éléments sonores un peu plus intenses.

Il y a option de sous-titrage en anglais.


Suppléments/menus
Malheureusement, aucun supplément n’est offert sur cette édition.



Conclusion
Comme dernier film, Crime d’amour est un beau testament de la part du regretté cinéaste Alain Corneau. Sans être la grande œuvre qui aurait pu être souhaitée, il s’agit d’une magnifique déclaration d’amour aux polars et aux films policiers. En examinant les mécanismes d’un crime parfait, le film explore par la même occasion les paradoxes et les tourments d’une jeune femme ambitieuse et amoureuse.

Métropole Films nous offre ici une édition techniquement satisfaisante. Le transfert vidéo rend bien le travail de direction photo effectué sur l’œuvre et la bande son, quoique limitée par son format, se suffit en répondant aux exigences sonores du film. Côté supplément, il est encore une fois dommage d’en constater l’absence, mais lorsque l’on regarde chez nos voisins français, les suppléments de l’édition Blu-ray en Zone 2 ne comporte qu’un documentaire sur le cinéaste et ses actrices. Il faudra avouer qu’on a alors bien peu à pleurer, sinon la perte du cinéaste français.


Qualité vidéo:
3,9/5

Qualité audio:
3,2/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
3,2/5

Note finale:
3,1/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2011-04-16

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Crime d'amour

Année de sortie:
2010

Pays:

Genre:

Durée:
106 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Métropole Films

Produit:
DVD

Nombre de disque:
DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:

Bande(s)-son:
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
-

Date de parution:
2011-04-05

Si vous avez aimé...