Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

About a Boy

Critique
Synopsis/présentation
L'auteur anglais Nick Hornby n'a pas son pareil pour dépeindre les tribulations des hommes dans leur trentaine. Dès son premier roman, Fever Pitch, Hornby démontrait une surprenante aptitude à cerner le comportement masculin dans toute sa complexité et toute sa simplicité (ou superficialité ?) à la fois. Son deuxième roman, High Fidelity, confirmait le talent de l'auteur à produire des textes d'une étonnante lucidité et d'une acuité redoutable. Il avait réussi à synthétiser de façon étonnamment explicite et concise toute la complexité des relations amoureuses. L'auteur y dressait un parallèle fascinant entre les tribulations sentimentales du protagoniste et son amour pour la musique. Ce roman bénéficia d'une adaptation cinématographique des plus réussie en 2000 avec John Cusack en tête d'affiche. Le film qui nous intéresse présentement, About a Boy, est tiré du troisième roman de Nick Hornby. Avec ce livre, Hornby a choisi de prendre une tangente un peu plus risquée en brossant le portrait d'un protagoniste antipathique et superficiel. Voilà peut-être la raison pour laquelle About a Boy représente peut-être la plus grande réussite de l'auteur à ce jour. Il a réussi l'exploit de provoquer l'empathie du spectateur envers un personnage froid et insipide. Par la finesse de l'écriture de Hornby, ce personnage, malgré ses défauts, apparaît tout à fait crédible et franchement humain.

Dans le film, ce rôle ingrat est tenu par Hugh Grant. Il y incarne donc le personnage de Will Lightman, un célibataire endurci qui n'a d'autre aspiration dans la vie que de coucher avec le plus de femme possible et de se la couler douce le reste du temps. Il est passé maître dans l'art de fuir toute forme de responsabilité. Son nouveau hobby: s'inventer un fils imaginaire pour rencontrer des séduisantes mères célibataires et ensuite les jeter après usage. Cependant, il finira piégé par son propre jeu lorsqu'un jeune garçon, fils d'une mère suicidaire, cognera à sa porte pour trouver réconfort...

Évidemment, à la simple lecture de ce court synopsis, la conclusion du film apparaît du même coup très prévisible. Elle l'est. Bien sûr, du contact entre le petit garçon et Will finira par germer une touchante amitié. Bien entendu, de cette amitié les deux personnages en ressortiront changés, grandis. En fait, le titre du film convient tout autant au personnage de Will que du petit garçon. Les deux, tels des enfants, vivront un apprentissage duquel ils en ressortiront plus mature. Toute cette trame, la ligne directrice du film en fait, apparaît peut-être peu originale et somme toute convenue.

Mais la réussite du film ne réside pas dans l'originalité de l'histoire, mais plutôt comment celle-ci est développée. Tout d'abord, le film traite de thèmes beaucoup plus graves et profonds qu'il n'y parait. Il aborde de plein front le rejet, l'isolation et même le suicide. Ce qui fait donc de cette oeuvre une comédie douce-amer beaucoup plus complexe que les comédies sentimentales habituelles. Les deux protagonistes du film, esquissés avec une grande finesse, manifestent une profondeur qui n'est pas commune aux films du genre. Leur personnalité respective sont riches et complexes, donc profondément humaine. Et le changement qui s'effectue dans leur personnalité évolue avec une belle subtilité, presque au compte-goutte. Qui plus est, About a Boy est truffé de dialogues et de monologues (en narration hors champ) absolument savoureux. Particulièrement, les répliques de Hugh Grant sont franchement désopilantes.

Ainsi, Nick Hornby prouve une fois de plus avec cette histoire sa grande habileté à brosser des portraits crédibles. Mais il y a un autre aspect qui étonne avec ce film, et il s'agit de la mise en scène des frères Paul et Chris Weitz. Les deux hommes n'avaient à leur actif que le mièvre American Pie quand ils se sont intéressés à ce projet. À l'époque, les producteurs Robert DeNiro et Jane Rosenthal ont d'ailleurs manifesté leur réserve quant à leur embauche à titre de co-scénaristes et réalisateurs. On les comprend. Pourtant, en voyant le film, force est de constater que les frères Weitz ont un réel talent de conteurs d'histoire qui va bien au-delà du gag scatologique. Leur mise en scène est dynamique et inspirée, le montage maîtrisé et d'une grande efficacité. Chapeau


Image
Cette édition DVD présente le film au format d'image respecté de 2.35:1 et ce, d'après un transfert 16:9 (dit anamorphosé). À noter qu'une édition plein écran (pan & scan) est également disponible.

Ce transfert en est un de très bonne qualité. L'interpositif employé pour le transfert est impeccable et ne souffre d'aucune anomalie. L'image est toujours nette et parfaitement définie. Les détails et textures sont reproduits avec précision. La colorimétrie sans problèmes. Les couleurs sont riches, brillantes et justement saturées. L'étalonnement est constant et il n'y a aucun débordement à déplorer. Les contrastes sont bien gérés, tandis que le niveau de noir ne trahi aucune fluctuation involontaire. Les parties sombres sont bien dégradées mais bloquent parfois un peu. Les noirs profitent d'un excellent rendu; profonds et intenses.

On observe une légère sur-définition des contours mais assez discrète pour ne pas nuire au visionnement.



Son
Cette édition comprend deux bandes-son de format Dolby Digital 5.1, soit l'une en anglais et l'autre en français. Des sous-titres anglais (cc) et espagnols sont également disponibles.

Ces mixages sont typiques de ceux généralement produites pour les comédies. Ils rendent parfaitement justice au film en évitant tout excès. Le son est d'une bonne dynamique et l'espace sonore convaincant grâce notammment à une judicieuse intégration des différents éléments sonores. Le champ sonore se déploie principalement des enceintes avants, bien que les canaux arrières sont parfois subtilement exploités pour appuyer certaines atmosphères. Il en résulte un environnement sonore subtilement immersif.

Point fort de ce mixage, une trame-sonore superbement intégrée, présente et rendu avec une fidélité exemplaire. Les dialogues émanent principalement du canal central et sont toujours intelligibles. On ne remarque aucun effet ADR (Additional Dialogue Recording). Les basses sont bien exploitées, sans abus, et ce principalement pendant les chansons du film. Le canal .1 (LFE) se fait plutôt discret, ce qui est normal compte tenu de la nature du film.

Il y a option de sous-titrage en anglais et espagnol.


Suppléments/menus
Bien qu'elle ne soit pas offerte sous la bannière " Collector's Edition " de Universal, cette édition de About a Boy renferme un bon nombre de suppléments. Il y a d'abord une piste de commentaires audio animée par les réalisateurs Chris et Paul Weitz. Les deux hommes abordent avec générosité et éloquence le processus de production du film, de l'adaptation du roman jusqu'à la logistique du tournage. Le ton est décontracté et il n'y a aucun temps mort. Très intéressant.

Beaucoup moins stimulant est le documentaire de onze minutes simplement intitulé The Making of About a Boy. Telle une longue bande-annonce, ce segment nous fait d'avantage un résumé détaillé de l'histoire plutôt que de nous informer sur la production du film. Les intervanants se contentent de commentaires mille fois entendus et sans grand intérêt, si ce n'est de Hugh Grant qui ajoute un peu de piquant en y allant de propos parfois rigolos. Mais de façon général, il s'agit d'un segment quelque peu superficiel.

Vous retrouverez ensuite une série de sept scènes coupées (environ 14 minutes) que la jacquette du DVD qualifie de "tordantes"… Le mot est peut-être un peu fort puisque aucune de ces scènes ne s'avère particulièrement stimulante. Certains gags font sourire mais sans plus. Le retrait de ces scènes est facilement compréhensible.

Suivent deux très bons vidéoclips pour les chansons Silent Sigh et Something to Talk About, toutes deux interprétés par Badly Drawn Boy. En plus de ces vidéoclips, une longue entrevue de 22 minutes avec l'artiste en question nous est également offert. Bien que cette entrevue n'ait aucun lien direct avec le film, il s'agit d'un supplément des plus fascinant pour ceux qui ont appréciés la trame-sonore ou qui aiment tout simplement Badly Drawn Boy.

Un supplément léger mais amusant : un dictionnaire anglais / anglais. Il s'agit d'un court montage de quelques unes des expressions typiquement britanniques du film avec leur signification en anglais courant. Amusant. Quelques notes de production, la bande-annonce originale ainsi que l'intégrale des paroles de la chanson Santa's Super Sleigh (!) complètent les suppléments.

Note : Il y a option de sous-titrage en anglais et français pour tous les suppléments vidéos de cette éditions. Un bon point pour Universal.



Conclusion
About a Boy est une charmante comédie à ne pas manquer. Cette édition rend pleinement justice au film en nous offrant un excellent transfert vidéo et des bandes-sonores tout à fait adaptées. Les suppléments en offrent autant sinon plus qu'une édition dite " Collector's " de la Universal, ce qui est une belle surprise.



Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
3,2/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2003-02-13

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
About a Boy

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
102 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaire, scènes coupées, 2 vidéoclips, entrevue avec le compositeur, dictionnaire anglais/anglais, notes de production et bande-annonce

Date de parution:
2003-01-14

Si vous avez aimé...