Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

No Man's Land

Critique
Synopsis/présentation
À ce jour, No Man's Land est certainement d'avantage connu du public nord-américain pour être le film qui a damé le pion au Fabuleux Destin d'Amélie Poulain au titre de meilleur film étranger à la dernière cérémonie des Oscars que pour ses propres mérites cinématographiques. Depuis que la prestigieuse statuette a été remporté, le film a gagné une visibilité qu'il n'aurait peut-être jamais acquise sinon. S'il fallait absolument pointer sur un aspect positif du grossier et complaisant gala des Oscars, ce serait certainement qu'il permette à l'occasion de faire connaître à quelques films étrangers. N'en déplaise à Amélie Poulain, qui n'a certainement plus besoin de présentation, No Man's Land est le film étranger qui avait le plus besoin d'une reconnaissance de la part de l'Académie, aussi politique cette reconnaissance soit-elle (car sur le plan cinématographique, cette reconnaissance est bien discutable…). No Man's Land met en lumière tout le drame de l' ex-Yougoslavie au moment où l'opinion public n'en a que pour l'Afghanistan ou Israël.
L'action du film se situe en 1993, alors que la guerre en ex-Yougoslavie fait toujours rage. Tandis que les deux camps rivaux n'hésitent pas à tirer sur tout ce qui bouge, deux soldats ennemis, l'un Serbe et l'autre Bosniaque, se retrouvent malgré eux coincés dans un tranchée abandonnée, située à mi-chemin entre leur camp respectif. Tout deux exposés aux tirs ennemis, et flanqués d'un troisième soldat blessé et allongé sur une mine qui explosera s'il bouge, les deux ennemis devront tenter un semblant de trêve s'ils veulent s'en sortir vivant.
Est-ce faute d'un budget serré ou une simplement une manœuvre scénaristique volontaire, mais le réalisateur et scénariste bosniaque Danis Tanovic nous dépeint la guerre raciste et absurde qui sévissait en Yougoslavie de la façon la plus simplifiée et intimiste qui soit. En réduisant l'échelle de ce terrible conflit entre deux nations a un simple duel entre deux hommes (ironiquement le film se nomme No Man's Land!) dépassés par les événements, Tanovic illustre avec une grande éloquence l'absurdité même du conflit qui a ravagé son pays. Cette absurdité, le réalisateur l'exprime par des propos sarcastiques cinglants envoyés à tous les protagonistes du conflit. Aux deux camps adverses d'abord, puis aux soldats complètement déboussolés de l'ONU ainsi qu'aux journalistes "rapaces", toujours en quête de sensationnalisme. Si le message n'est pas toujours exempt de cliché ou de stéréotype (l'image des médias sensationnalistes tient presque de la caricature), l'ensemble du propos n'en est pas moins incisif et révélateur.
L'humour sarcastique qui se dégage touche la cible en laissant au spectateur une sensation de malaise puisqu'il ne sait jamais s'il faut rire… ou pleurer. Le réalisateur évite également tout humanisme mélodramatique et larmoyant. À chaque fois qu'un des protagonistes tente un raisonnement philosophique et humain, sa réflexion est anéantie par les injures, le racisme, ou simplement une arme à feu pointée sur le tempe… Pour Tanovic, il semble n'y avoir aucune rédemption possible ni aucune échappatoire à cette guerre. La conclusion du film ne fait que prouver l'impuissance ou l'insouciance de tous les partis impliqués. Une conclusion défaitiste qui aurait pu s'avérer lourde et atterrante, mais qui a le bénéfice d'être, à nouveau, désamorcée par l'humour sarcastique du réalisateur.
S'il est une chose à reprocher à Danis Tanovic, c'est une partialité douteuse qu'il manifeste à mi-chemin dans le film. Jusqu'à ce moment, le réalisateur s'était abstenu de tout jugement envers l'un ou l'autre de ses personnages, et ainsi donc envers l'une ou l'autre des nations en jeu. Mais malheureusement, il n'a su résister à la tentation de porter une critique virulente envers le peuple serbe en insérant dans le film un court bulletin télévisé démontrant les terribles massacres perpétrés par les Serbes. Ainsi donc, l'impartialité jusque là exemplaire de son œuvre est gâchée par un partie-pris évident. Un partie-pris justifiable, mais néanmoins agaçant compte tenu que le film ne se veut pas un procès envers l'un ou l'autre des adversaires mais bien une critique du conflit lui-même. En restant impartial du début à la fin, son film n'aurait été que plus crédible.


Image
Ce film nous est ici offert en format original (2.35:1) d'après un transfert anamorphosé des plus surprenant. En effet, malgré le faible budget alloué à la production du film ainsi qu'aux conditions de tournage un peu précaires, ce transfert nous présente une qualité d'image digne des grandes productions des "majors" américains.
On nous offre une image précise et un rendu des détails subtils. L'interpositif utilité pour le transfert est pratiquement intact de toute anomalie distrayante. Seuls quelques brefs plans trahissent quelques points blancs, et ce l'espace d'une fraction de seconde seulement.
La colorimétrie est rendue avec une richesse et une pureté étonnante. Sans jamais être sur-saturées, les couleurs sont vives mais toujours naturelles. Les tons de peau conservent ont une apparences naturelles, on n'observe aucune dominante. Il n'y a aucun fluctuation de la brillance et le contraste est parfaitement bien équilibrés Les parties sombres sont dégradées avec finesse et offrent un bon niveau de détail. Les noirs sont purs, profonds, et exempts de tout fourmillement. Ce transfert est également exempt de tout défaut de compression, tandis que la sur-définition des contours, indiscutablement présente, demeure à tout le moins assez subtile.
Avis aux intéressés, un transfert plein écran (4:3) est également disponible avec cette édition.



Son
Un seul mixage est offert; il s'agit de la bande-sonore original Serbo-Croate, offerte en format Dolby Digital 5.1. Bien évidemment, des sous-titres sont aussi offerts, ceux-ci en langue française, anglaise et espagnole.
Le mixage de cette bande est dynamique tandis que l'espace sonore est ample et crédible. Le champ-sonore se déploie surtout des enceintes avants, mais les canaux d'ambiophonies sont subtilement et savamment mis à contribution pour créer une ambiance enveloppante et efficace. Les effets d'ambiophonies localisés et les transitions de canaux ont été utilisés avec modération, ce qui nous laisse un peu sur notre appétit lors des scènes d'action. La subtile et minimaliste trame-sonore, par ailleurs composée par le réalisateur et scénariste Danis Tanovic lui-même, est intégrée efficacement pour créer une ambiance discrète qui n'accapare jamais tout l'espace sonore. Les dialogues sont nets et naturels. Les basses appuient les moments forts du film aux moments opportuns, seulement nous aurions apprécié un peu plus de profondeur et de puissance. Le canal .1 (LFE) est employé avec beaucoup de retenu. Il aurait peut-être été souhaitable d'exploiter les basses fréquences avec un plus d'insistance et surtout de profondeur, certaines scènes n'en auraient que gagné en impact.


Suppléments/menus
En guise de supplément, seule la (médiocre) bande-annonce originale est offerte avec cette édition. Vous retrouverez également un court texte de présentation assez intéressant écrit par le réalisateur Danis Tanovic imprimé dans le livret inclu à l'intérieur du boîtier.



Conclusion
No Man's Land n'a pu profiter d'une présentation digne de ce nom au cinéma, cette édition DVD représente l'occasion idéale pour découvrir cet excellent film. Cette édition est d'ailleurs techniquement de très belle facture. La qualité de l'image est en effet excellente, tandis que le mixage sonore est crédible et efficace. Seule l'absence de suppléments peut décevoir. Mais quoi qu'il en soit, il s'agit d'une édition tout ce qu'il y a de plus honnête d'un film à découvrir


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,6/5

Suppléments:
0,5/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2002-04-16

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
No Man's Land

Année de sortie:
2001

Pays:

Genre:

Durée:
97 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-10 (double face, simple couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Serbo-Croate Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Français
Anglais (CC)
Espagnol

Suppéments:
Bande-annonce.

Date de parution:
2002-04-09

Si vous avez aimé...