Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Coup de torchon (Criterion Collection)

Critique
Synopsis/présentation
Bertand Tavernier est l'un des réalisateurs français importants des quarante dernières années. Créateur sensible et intelligent, il a signé des oeuvres fortes, réfléchies et humaines. Ses films sont autant de réquisitoires contre la bêtise humaine et l'injustice sous toutes ses formes. Il reste l'un des rares réalisateurs à avoir encore une conscience sociale.
Tavernier a consacré une part importante de son oeuvre aux causes des gens ordinaires, les montrant dans leur quotidien et leurs combats. Que ce soit une institutrice vivant une crise professionnelle dans Une semaine de vacances, un groupe de locataires qui réclame une loi pour limiter le pouvoir des propriétaires dans Des enfants gâtés. Ou bien un directeur et le personnel d'une maternelle aux prises avec les ravages que cause la pauvreté dans Ça commence aujourd'hui. Tavernier traite toujours ces sujets avec respect, honnêteté et émotion.
Sa production cinématographique est jalonnée de films qui ont fait date. Des longs métrages tels que Passion Béatrice, Que la fête commence, Capitaine Conan, La vie et rien d'autre, Le juge et l'assassin, La mort en direct, Un dimanche à la campagne, L627 et Round Midnight sont des réussites cinématographiques indéniables et de remarquables démonstrations de son savoir-faire et de son génie.
Septième film de Tavernier, Coup de torchon raconte l'histoire de Lucien Cordier, policier du village de Bourkassa, à l'allure bonasse et négligée. Cordier est l'objet des moqueries de ses collègues, du mépris des truands locaux et de sa femme. Mais derrière cette façade, se cache un être violent, au tempérament de justicier, qui donnera un sérieux "coup de torchon" dans sa communauté et orchestrera une ingénieuse et impitoyable vengeance contre ceux qui ont essayé de le manipuler.
En présentant cette Charge féroce contre la bêtise humaine érigée en système de valeurs, Tavernier voulait illustrer ce que Jean Genêt appelait "la rédemption par le crime" et, par le fait même, mieux dénoncer le colonialisme, le racisme et l'hypocrisie. Il y réussit à merveille.
Coup de torchon est une intrusion dans le film noir, dont Tavernier s'amuse à gommer les conventions. Par exemple, en y insérant des éléments comiques, en situant le récit dans un contexte géographique et social inhabituel, et surtout en laissant une fin ouverte, ce qui prive le drame d'une résolution.


Image
Elle est Splendide! L'interpositif utilisé est pratiquement sans défaut: pas de traces de poussière ou de points blancs. L'image est d'une stabilité exemplaire, pour un film qui a 20 ans, elle est remarquable.
Ce transfert numérique est anamorphique. Il a été approuvé par le réalisateur et pour cause : nous sommes devant un travail soigneusement exécuté qui procura au dvdphile exigeant un grand plaisir. La définition est superbe laissant percevoir toute la finesse des détails. Aucune variation de la brillance ne vient distraire le visionnement. Le ratio affiché sur le coffret est de 1:66:1, mais il est en fait de 1.77:1.
La lumière très particulière de cette région africaine est remarquablement reproduite. les couleurs ne sont jamais délaver. Le rendu de la peau est véritablement réussi, le teint basané des comédiens est toujours naturel, il n'a aucune coloration rougeâtre ou orangée. Les noirs sont profonds : pour vous en convaincre, je vous invite à regarder la plage 23. Durant les scènes de nuit, le spectre des tons est dans l'ensemble bien dégradé. Criterion peut être fier de ce transfert.


Son
Cet aspect de la présente édition n'a pas été négligé. Bien que la bande-sonore soit monophonique, elle a bénéficié d'un remixage et d'un nettoyage complet. Le souffle est très discret et l'équilibre des plans sonores est bien respecté. Malgré un dynamisme limité Criterion fait encore la preuve qu'une bande sonore monophonique peut être adéquatement rendu. Le film ne contient aucune scène montrant des phénomènes atmosphériques violents, comme des tempêtes ou des orages, donc l'ambiophonie n'était pas nécessaire.


Suppléments/menus
Ils sont peu nombreux, mais de grande qualité. Ils se composent d'une entrevue exclusive d'une heure avec le réalisateur en format vidéo numérique au ratio 16:9, d'une fin alternative commentée par Tavernier et de l'incontournable bande-annonce américaine du film. Il y a également un livret qui accompagne le coffret, et dont le texte est intéressant et bien documenté.
L'entrevue exclusive d'une heure du réalisateur est la pièce de résistance de cette édition. Elle est en anglais et Tavernier démontre un bon niveau d'expression dans la langue de Shakespeare. Il est cependant regrettable que Criterion n'ait pas fait l'entrevue en français. Mais en matière de langue, cet éditeur est la quintessence de l'étroitesse d'esprit. C'est d'ailleurs l'un des grands paradoxes du monde du DVD : un catalogue de films ouvert sur le monde entier, mais dont l'accès est fermé a ceux et celles qui ne parle pas l'anglais...
Comme à son habitude, Bertrand Tavernier se montre généreux et articulé. Il sait à merveille parler de cinéma et il démontre qu'il est un metteur en scène ayant une véritable démarche esthétique. Criterion a eu la bonne idée de construire l'entrevue non pas sur des questions, mais en proposant au réalisateur des thèmes liés au film. Il y en a cinq: Novel to film, African film noir, Colors, Violences, Actors.
Dans " Novel to film " Tavernier explique les problèmes qu'a posés l'adaptation du roman de Thompson. " African film noir " réunit les propos du réalisateur sur les partis-pris qu'il adopta face au genre film noir. " Colors " présente le traitement de la lumière africaine et les choix esthétiques qu'elle imposa. " Violence " propose une réflexion sur la violence du film. Dans Actors, Tavernier aborde son travail avec les acteurs du film et de la grande complicité qu'il entretient avec eux.
Il y a également une fin alternative, présentée et commentée par le réalisateur. Cette finale était celle imaginée par le scénariste Jean Aurenche, mais elle a fait trop peur aux producteurs, ce qui la rend particulièrement intéressante. Disons que si elle avait été retenue, elle aurait fait couler beaucoup d'encre.
Le dernier supplément est la bande-annonce américaine du film. Généralement, ce supplément est loin d'être dénué d'intérêt. Élément important de la mise en marché d'un film, la bande-annonce représente ce que les distributeurs imaginent pour inciter le public à voir le film.



Conclusion
Voici un superbe DVD d'un des metteurs en scène importants du cinéma français. Cette édition fut préparée avec soin par Criterion et saura trouver une place de choix dans votre collection.
Malheureusement, il y a une fausse note : l'absence d'une piste de commentaires audio de Tavernier. Au moment d'écrire ces lignes toutes les éditions DVD d'oeuvres de Bertrand Tavernier offrent une une piste de commentaires audio. Ces pistes sont toutes de grande qualité, ce qui fait amèrement regretter l'absence d'une piste sur cette édition.



Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,2/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2001-05-10

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Coup de torchon

Année de sortie:
1981

Pays:

Genre:

Durée:
128 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Criterion

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française Dolby mono

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Entrevue, fin alternative, bande-annonce

Date de parution:
2001-03-13

Si vous avez aimé...