Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Cleopatra (Five Stars Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Cleopatra est un de ces films que seule la machine hollywoodienne arrive à créer. Produite entre 1959 et 1963, cette production a fracassé de nombreux records, dont celui du budget qui avoisina les 40 millions de dollars, et le premier contrat versé à un/une interprète de 1 millions de dollars (Elizabeth Taylor). Cleopatra n'est pas seulement l'histoire de cette reine d'Egypte, c'est aussi celle de César (Rex Harrison) et Marc-Antoine (Richard Burton), de manigances politiques et d'un destin tragique. Un synopsis ambitieux qui explique la longueur du film (248 minutes). Les ressources déployées pour la réalisation furent colossales; le combat naval de Marc-Antoine contre Octave, l'ouverture montrant César sur un champ de bataille et la séquence d'entrée de Cléopâtre à Rome, autant de moments qui même aujourd'hui impressionnent. Appuyé par une direction artistique hors du commun (John deCuir), Cleopatra a tout pour faire rêver et émerveiller. Malgré tout ce déploiement de moyen fastueux, la critique fut, et reste, très mitigée sur ce film. La grandeur d'une production n'est rien sans un scénario solide et une interprétation sans faille. Un des problèmes avec ce genre de film épique est que le réalisateur est plus préoccupé par la gestion de la production que par le travail qu'exige une direction solide d'acteurs ou le peaufinement des dialogues.
Cleopatra, à l'instar de Titanic (1997), est une sorte de monstre cinématographique qui a finit par s'autoconsummer; le phénomène devient plus important que le film en lui-même, créant ainsi le succès au guichet...
Tel qu'expliqué dans le documentaire accompagnant cette édition (Cleopatra : The Film That Changed Hollywood), il est hasardeux de se faire une opinion définitive sur cette oeuvre. Joseph L. Mankiewicz, réalisateur du film, prévoyait faire de cette production deux films de 3 heures. Les pressions de la Fox le contraignirent à amputer son film de deux heures, ce qui réduisit Cleopatra à une durée totale de 248 minutes. Cela ne fut pas sans conséquence; pour bon nombre de gens, ces coupures ont considérablement altéré l'œuvre, notamment dans le développement des personnages.
Il reste néanmoins de ce film une mise en scène somptueuse, des décors imposants et une photographie de Leon Shamroy soignée. Cleopatra fut oscarisé quatre fois, soit pour les costumes, les effets spéciaux, la direction artistique et la photographie.


Image
Il existe certains films qui ne peuvent être visionné strictement et uniquement en format original; Cleopatra est un de ceux-là. Le film fut tourné en Todd-AO, marque de commerce d'un procédé de film large qui concurrençait, au cours des années cinquante et soixante, le Cinérama. Dès les premières minutes du film, vous remarquerez la courbure caractéristique (sphérique) du Todd-AO sur les côtés gauche et droit de l'écran.
L'image est présentée en format de 2.35:1 d'après un transfert anamorphique certifié THX; on a refait à l'occasion de la sortie de cette édition un nouveau transfert téléciné numérique haute-définition. On note en premier lieu une définition générale qui laisse percevoir toute la finesse des détails et des textures; seuls quelques rares plans manquent de piqué. Il y a une très légère sur-définition des contours, un défaut mineur mais perceptible. Les couleurs affichent une belle saturation qui étonne et met en valeur tout le soin apporté à la mise en scène artistique. La balance chromatique tend vers le rouge, une caractéristique particulièrement visible sur les tons de peau.
Les parties sombres sont bien détaillées, les noirs sont solides et purs (sans dominante). Si quelques scènes paraissent légèrement trop contrastées, le transfert est constant; il n'y a aucune fluctuation du contraste ou de la densité générale (signe évident d'un nouveau transfert).
On peut voir à quelques moments un subtil fourmillement (shimmering), les parasites visuels sont mineurs. Bizarrement, et pour quelques plans uniquement, on remarque un grain de pellicule fort apparent.



Son
20th Century Fox offre trois bandes-son: un remixage Dolby Digital 5.1 anglais et des bandes sonores anglaise/française Dolby Digital 2.0.
La bande sonore anglaise Dolby Digital 5.1 affiche un dynamisme limité mais non sans vigueur. Le champ sonore se déploie essentiellement des enceintes avant, on note une belle séparation gauche/droit.
Les effets d'ambiophonies sont utilisés avec parcimonie mais judicieusement. Comme pour beaucoup de remixage, c'est la trame-sonore qui profite le plus de ces effets d'ambiophonies, quoique que l'on n'hésite pas à utiliser les canaux arrières lors de certaines scènes d'action. La trame-sonore, pompeuse, est bien rendue mais a une sonorité qui tend très légèrement vers les aigus. Les dialogues sont nets mais manquent à quelques moment de naturalité.
On retrouve sur cette édition des bandes-sons anglaise et française Dolby Digital 2.0 Surround. Pour une raison qui nous échappe, certains passages du doublage français (i.e. chapitre 40, 2e disque) ne sont pas traduit et sont en anglais (Fox fait mention de cette chose au verso du boitier). Notons que l'on offre des sous-titres (en français) pour ces séquences non doublées. Comme c'est le standard chez Fox, il y option de sous-titrage en anglais et en espagnol.


Suppléments/menus
On retrouve d'abord sur cette édition une piste de commentaires audio fort intéressante. Animé par Martin Landau, Tom Mankiewicz, Chris Mankiewicz et Jack Brodsky, cette piste est riche en anecdotes mais aussi en réflexions plus approfondies. Les pistes ont été enregistrées séparément et le propos ne concorde pas nécessairement avec les séquences montrées. On entend dans l'ordre respectif Martin Landau (chapitre 1-20), Tom Mankiewicz (21-29), Chris Mankiewicz (30-40) et Jack Brodsky (chapitre 40 jusqu'a la fin). Une sympathique anecdote peut-être entendu; alors que l'ont tournait Cleopatra à la CineCitta Fellini aperçu Martin Landau. Impressionné par l'acteur il demanda à Joseph L. Mankiewicz, un ami de longue date, si il pouvait l'engager, une demande qu'a du refuser Mankiewicz...
Ne manquez pas les commentaires de Jack Brodsky (attaché de presse de Cleopatra) à partir du chapitre 40, anecdotique mais bien conté!
Les suppléments à proprement dit se retrouvent sur le troisième disque. Malheureusement, ce disque n'est pas fixé dans le boîtier mais plutôt inséré à l'arrière du livret dans lequel on a pratiqué une fente. Un choix d'emballage douteux qui ne nous plait pas particulièrement, l'extraction du disque se fait laborieusement, sans parler du risque de marquer la surface du disque d'empreintes de doigts.
La pièce de résistance de cette édition proposée dans la Five Star Collection est sans l'ombre d'un doute un documentaire de près de deux heures sur le film nommé Cleopatra : The Film That Changed Hollywood. Une certaine période de temps entre la réalisation d'un film et la production d'un documentaire sur celui-ci procure un recul parfois nécessaire. Le ton du documentaire, sans être hargneux, n'est pas d'une complaisance mielleuse. Entrevues, extraits et documents d'archives composent ce supplément. On a visiblement fait des recherches sérieuses et méticuleuses sur le film; la portion du documentaire consacré au tournage au Pinewood Studio en Angleterre est un vrai charme. On n'hésite pas à abordé des aspects entourant la production et le financement du film, des sujets parfois chauds qu'on évitent soigneusement dans certains documentaires. Seule fausse note; un documentaire aussi long aurait définitivement mérité qu'on le divise en chapitres.
Suit un segment réalisé en 1963 à l'occasion de la sortie du film; The Fourth Star of Cleopatra. Le ton est beaucoup moins intéressant, le narrateur se contentant de mentionner l'immensité de la production. Le seul point vraiment intéressant de ce segment est losqu'on présente quelques extraits d'archives absents du documentaire principal (Cleopatra : The Film That Changed Hollywood).
On retrouve par la suite, dans une section distincte, les segments Movietone News et les bandes-annonces. Les segments Movietone sont aux nombres de deux et présentent des extraits des premières du film (côte est et ouest des États-Unis). Suivent les bandes-annonces (au nombre de trois) et trois advance trailers (une bande-annonce sans extrait du film où un texte évoque la nature du film). Chose plaisante, Fox offre un de ces trois advance trailers en français. Il y a finalement une troisième et dernière section composée de dessins et photographies que l'on a divisée en cinq sous-sections. On a vu pire et mieux dans ce type de suppléments chez Fox. Par exemple, il aurait été agréable de pouvoir visionner les dessins préparatoires que l'on peut apercevoir dans le documentaire Cleopatra : The Film That Changed Hollywood. Un livret de huit pages accompagne ce titre, on y trouve un synopsis du film et un court résumé des faits entourant la production du film. Rappelons que ce livret sert également à retenir le troisième disque.
Une section THX Optimode permet une calibration sommaire de votre système de cinéma maison.



Conclusion
Malgré quelques petits défauts cette édition nous a plu et rend justice au grandiose du film, une autre belle réalisation de 20th Century Fox . On aurait toutefois aimé des suppléments plus complets; des biographies, des notes de production et une galerie d'images plus étoffée. La qualité du documentaire principal compense toutefois pour ces manques.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Mathieu Daoust

Date de publication: 2001-03-14

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40X81, Récepteur Pioneer Elite VSX-07 TX, Lecteur DVD Pioneer Elite DV-37, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Cleopatra

Année de sortie:
1963

Pays:

Genre:

Durée:
248 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
3 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaires (2), bandes-annonces et segments Movietone News, galerie d'images, THX Optimode

Date de parution:
2001-04-03

Si vous avez aimé...