Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Disney's Lion King (Special Platinum Edition)

Critique
Synopsis/présentation
The Lion King, sorti en 1994, n'avait jusqu'a présent jamais été édité en DVD. Etant donné que ce film est celui qui s'est le plus vendu en VHS (avec plus de 55 millions de cassettes vendues), cette édition DVD était des plus attendues.

L'histoire, qui s'inspire assez largement de Hamlet, tout en prenant aussi racine dans d'autres récits, dont la Bible, est la suivante. Le Roi Lion de la jungle et de la savane, Mufasa (James Earl Jones), a un fils, Simba (Jonathan Taylor Thomas / Matthew Broderick). La naissance de celui-ci ruine les espoirs du frère de Mufasa, Scar (Jeremy Irons), d'accéder un jour au trône. Gagnant la confiance du jeune Simba lors du début de son apprentissage de la vie, Scar le fait se mettre dans des situations dangereuses, pour ensuite le culpabiliser. Dans le même temps il complote avec les hyènes, ennemies héréditaires des lions, afin d'assassiner Mustafa et Simba et de prendre le pouvoir. Lors de la tentative, Mufasa est tué mais Simba survit. Scar convainc Simba qu'il est responsable de la mort de son père, et lui conseille de s'exiler, avant de charger les hyènes de le tuer. Les hyènes négligeant leur mission, Simba, dévasté par la culpabilité, commence une nouvelle vie en compagnie de camarades insouciants et finit par oublier qui il est.

Si ce film est, comme la plupart des long-métrages animés de Disney, une comédie musicale destinée aux enfants, les thèmes abordés et certaines images sont tout de même assez durs. Une séquence où les hyènes défilent au pas de l'oie devant Scar qui leur promet une ère nouvelle est directement inspirée du fameux film de Leni Riefenstal, Triumph des Willens (le triomphe de la volonté), film de propagande nazie dont une autre séquence a inspiré la fameuse finale de Star Wars episode IV : A New Hope. Autre clin d'oeil destiné clairement au public adulte : le visage de Scar porte exactement la même balafre que l'immortel Tony Montana (Al Pacino) dans le film Scarface. La scène du meurtre de Mufasa, au découpage et à la réalisation parfaitement maîtrisés, est définitivement traumatisante pour le très jeune public.

A certains moments trop effrayant pour les jeunes enfants, à d'autres ennuyeux pour les adultes, ce film hésite parfois sur le ton à employer. Heureusement, la très belle réalisation et l'animation superbe nous offrent des images et des séquences sublimes que les spectateurs ne sont pas près d'oublier. La séquence d'ouverture et la présentation de Simba à ses futurs sujets resteront dans les mémoires comme des sommets du film d'animation. La musique de Hans Zimmer et les chansons de Sir Elton John resteront elles aussi longtemps dans les mémoires, tout comme les hilarantes niaiseries et jeux de mots douteux de Timon et Pumbaa, les insouciants amis de Simba. La fin un peu mièvre et à la limite du politiquement correct apporte par contre de l'eau au moulin des détracteurs des films sortis des studios Disney.

Ce film a reçu deux Oscars en 1995, l'un décerné à Hans Zimmer (Meilleure trame sonore originale) et l'autre à Elton John et Tim Rice (Meilleure chanson, Can You Feel The Love Tonight). Il a aussi reçu le Golden Globe du meilleur film (catégorie comédie ou film musical) ainsi que les deux Golden Globes correspondants aux Oscars cités précédemment et de nombreuses autres distinctions.

Cette édition spéciale offre deux montages du film. La nouvelle version, appelée Edition spéciale en opposition à la Version théâtrale vue au cinéma, ajoute une nouvelle chanson, Morning Report, tirée du spectacle musical inspiré du film.
Une édition limitée en coffret, ajoutant un livre et quelques reproductions de dessins au DVD double, est aussi proposée.


Image
L'image est proposée au format respecté de 1.66:1 (contrairement à sa diffusion en salles où il avait été projeté en 1.85:1) d'après un transfert numériquement restauré et optimisé pour supports 16:9.

L'image ayant été retouchée numériquement (au point d'améliorer l'animation pour certaines scènes), le transfert ne souffre d'aucun défaut de type poussière ou rayure, et ofrre une image superbement définie. Les couleurs, riches et vibrantes, sont superbement étalonnées et justes et ne souffrent d'aucun débordement ni d'aucune variation. Les textures sont elles aussi superbement rendues, subtiles et détaillées. Le contraste et la brillance sont parfaitement ajustés et constants, nous offrant des noirs profonds et détaillés.

L'animation est superbe, mélangeant parfois et de façon totalement transparente animation traditionnelle et animation 3D. Le mouvement de caméra tournant autour de Rafiki présentant Simba, par exemple, aurait été impossible a réussir sans un tel mélange de techniques.

Les seuls défauts de cette édition sont liés à la compression, qui est un exercice ô combien difficile dans le cas d'un dessin animé. Quelques fourmillements sont ainsi visibles parfois autour des traits de cerné (contours des personnages entourant les aplats de couleur) et surtout des effets de blocs et autres bandes de Mach (discontinuités) sont visibles dans les dégradés subtils de certains décors (notamment les magnifiques ciels de nuit) et les effets de brumes et autres nuages de poussière. Heureusement aucune surdéfinition des contours, qui aurait encore compliqué la compression, n'est à déplorer.

Mis à part les défauts de compression décrits au-dessus et qui concernent quelques scènes difficiles, la qualité d'image est de très haut niveau, ce qui est surprenant étant donné le débit utilisé, qui est généralement assez bas (autour de 4 Mbps, avec des points à 8 Mbps pour les plans les plus impressionnants).


Son
Trois bandes-son sont proposées sur cette édition pour chacune des deux versions du film : version originale anglaise, version anglaise améliorée pour cinéma maison et version française, toutes en Dolby Digital 5.1. Une piste de commentaire audio est proposée sur la version originale du film. La version critiquée ici est la version originale.

La spatialité est assez impressionnante, le champ sonore étant large et immersif. La dynamique est assez importante. Les canaux d'ambiophonie sont utilisés de façon judicieuse et subtile, et semblent parfois un peu retenus par rapport aux enceintes avant. La séparation des canaux est impeccable, et les effets de transition sont fluides. La superbe trame sonore de Hans Zimmer est solidement intégrée au mixage, et fait preuve d'une très belle profondeur et d'une grande fidélité, tout comme les multiples chansons qui émaillent l'action. Les dialogues, eux aussi superbement intégrés, sont parfaitement intelligibles. Si les effest de basses fréquences sont judicieusement utilisées, le canal .1 (LFE) semble parfois, comme les canaux d'ambiophonie, être retenu. Ce mixage, qui date des débuts du format Dolby Digital, est en fait un peu conservateur.

La version améliorée pour le cinéma-maison (Disney Enhanced Home Theater Mix), qui est en fait une adaptation du mixage effectué pour la sortie du film au format IMAX, corrige les petits défauts de la version originale, mais va parfois trop loin. Si la dynamique est impressionnante et maîtrisée, les canaux d'ambiophonie et le canal LFE semblent parfois légèrement trop présents par rapport aux voies avant. L'immersion dans l'action et la musique est en tout cas tout à fait impressionnante, ce qui est le but de ce mixage démonstratif. Si ces deux bandes-son sont superbes, chacune à leur manière, un juste milieu entre les deux aurait été absolument parfait.


Suppléments/menus
Cette édition offre un nombre absolument incroyable de suppléments répartis sur les deux disques qu'elle comporte.

Le premier disque offre la possibilité de regarder le film en écoutant une piste de commentaire audio avec le producteur, Don Hahn, et les réalisateurs, Roger Allers et Rob Minkoff, comme intervenants. Ce très intéressant commentaire nous apprend beaucoup sur le processus de création qui a mené à chaque scène, et sur les changements complets de concept intervenus pour certaines d'entre elles.

Les autres suppléments du premier disque sont accessibles depuis différents sous-menus nommés d'après différents endroits du royaume des lions et, ce qui est une bonne idée, sont tous rassemblés dans un menu Index.

Le menu Grasslands permet d'accéder à un documentaire, The Making of "The Morning Report" (3:09), qui comme son nom l'indique porte sur la genèse et la fabrication de cette scène créée spécialement pour l'édition spéciale du film incluse sur avec cette édition DVD. Dans le même menu on trouve un jeu interactif totalement inintéressant, The Lion King Personality Profile Game, qui se propose de déterminer de quel personnage du film vous êtes le plus proche.

Le menu Tree Of Life permet d'accéder à une inutile vidéo musicale The Circle Of Life (4:18) interprétée par Disney Channel "Circle of Stars", à un tout aussi inutile documentaire The Making of the Video (4:09) et à une piste de sous-titre ne contenant que les paroles des chansons transformant le film en karaoke, Sing-Along Track.
Le menu Jungle offre deux jeux interactifs, Timon's Grab-A-Grub et Pumbas's Sound Sensations. Ces jeux n'intéresseront que les plus jeunes spectateurs.
Le dernier menu, Elephant Graveyard, contient une scène coupée, Bug Football (0:53), et deux concepts abandonnés sur d'autres scènes, Hakuna Matata (2:27) et Can You Feel The Love Tonight (1:45). Chacun de ces segments est précédé d'une introduction par un ou plusieurs des artistes impliqués. Ces trois suppléments, avec celui sur la chanson Morning Report, sont les plus intéressants du disque.
Il est à noter que dès l'insertion de ce premier disque, des bandes-annonces commencent à jouer automatiquement avant le menu. Heureusement il est possible de les abréger avec le bouton Chapitre suivant de sa télécommande. Ces bandes-annonces et d'autres (The Lion King 1 1/2, Brother Bear, Sleeping Beauty Special Edition, George of the Jungle 2, Finding Nemo, The Santa Clause 2, Mary Poppins Special Edition ainsi qu'une publicité pour Disneyworld) sont accessibles à partir d'un menu Sneaks. Une option du menu principal, Disc 2 Preview, offre même une bande-annonce du second disque (0:55).

Les suppléments du second disque sont pléthore, et, dans la grande tradition Disney, plusieurs chemins dans les menus mènent au même supplément (sans doute pour donner l'impression qu'il y a plus de suppléments que ce que le disque propose réellement). Heureusement, le livret, en plus de montrer l'arborescence d'une partie de ces menus, offre un index complet des suppléments disponibles avec les différents menus dans lesquels on peut les trouver. Comme il serait trop long de détailler chaque menu et sous-menu, nous détaillerons ici les suppléments en les rassemblant plutôt par centre d'intérêt.

Une scène abandonnée, Warthog Rhapsody (4:20), que l'on peut considérer comme une version précoce de Hakuna Matata, et deux concepts précoces de scènes existant sous une forme différente dans le film, Simba's Presentation (4:01) et Timon and Pumbaa Find Simba (3:00) sont proposées sous forme d'animatiques, chacune précédée d'une introduction pour la remettre dans son contexte. Early Presentation Reel (1:32) est une sorte de pilote du film datant du début de sa production, au moment où il s'appelait encore King of the Jungle.

Les documentaires sont généralement, selon l'endroit où on les trouve dans l'arborescence, rangés par groupes, une option permettant alors de les regarder en un seul bloc.
Trois documentaires, Story Origins (4:37), Timeless Themes (3:57) et The Story Comes To Life (3:14) portent sur l'inspiration et l'écriture de l'histoire. Il est peu courant d'avoir des documentaires s'intéressant à cet aspect de la création d'un film, on ne peut que saluer leur présence.
Une série de documentaires supposés s'intéresser au dessin des personnages, Mufasa (0:50), Rafiki (1:05), Scar (2:40), Simba (1:52), The Hyenas (1:20), Timon & Pumbaa (1:50) et Zazu (1:15), s'intéressent en fait plutôt à l'animation de ceux-ci. Intéressant, mais pourquoi avoir appelé ces documentaires Character Design et non Character Animation ?

D'autres documentaires s'intéressent à la genèse et à la production du film. Film Origins (5:53), Art : African Influence (4:02) et Production Research Trip (2:20) ont pour sujet les source d'inspiration des artistes. Reflections (5:11), Storyboard Process (1:54), Production Design (1:54) et Computer Animation (4:23) s'intéressent au travail artistique et à la fabrication proprement dite.

Comme de coutume chez Disney, une série de documentaires s'adressent plus particulièrement aux plus jeunes : il s'agit ici de documentaires animaliers. Précédés d'une Introduction (1:30), on y trouve les Lions (2:55), Meerkats (sorte de lémuriens, 2:43), Warthogs (les phacochères, 2:55), Hyenas (les hyènes, 2:25) et un documentaire de propagande, Disney & Animals (5:45).
Un ensemble de documentaire porte bien entendu sur la musique. Music Inspiration (3:50), Landmark Songwriting (3:12), Orchestral Color (4:21), Scoring Emotion (2:56) et Music : African Influence (3:46) couvrent ainsi tous les aspects de la composition de la trame sonore et des chansons, avec des interventions de tous les célèbres artistes impliqués. Audio Sequel (3:30) et Full Circle (1:30) concluent les documentaires sur le sujet.

Deux documentaires portent sur les versions internationales du film, International Release (3:33) et Multi-Language Reel (4:11), un montage multilingue qui permet, en utilisant une méthode de branchement inspirée du lapin blanc de l'édition DVD de Matrix, de voir la scène favorite des spectateur du pays concerné par l'extrait en cours.
Une série de documentaires s'intéresse au spectacle musical tiré du film qui a fait ses débuts sur Broaway avant de faire le tour du monde. Musical Origins (3:48) nous parle des origines de ce spectacle, Screen To Stage (3:29), Musical Texture (3:15), Setting the Stage (2:17) et Leaps of Fantasy (2:06) portant plus sur les choix artistiques, musicaux et scéniques faits pour ce spectacle.

Comme pour tous leurs films musicaux, Disney nous propose des clips vidéo musicaux, en l'occurence Can You Feel The Love Tonight (4:03) et Hakuna Matata (4:55) interprétés par Elton John, et Circle Of Life (3:56) interprété par Jimmy Cliff et Lebo M.
Un supplément qui intéressera plus les cinéphiles est la comparaison entre le scénarimage de la scène d'ouverture et cette scène terminée, Storyboard To Film Comparison (4:00).
Des dizaines de galeries sont aussi disponibles, couvrant des sujets aussi divers que les décors, les personnages, les effets spéciaux, les affiches du film, de la comédie musicale ou les jaquettes des CD de la trame sonore et des chansons du film. La qualité d'image de ces galeries est assez inégale, et semble souffrir d'une compression exagérée due à la présence de très (trop ?) nombreux autres suppléments sur le disque.

Il y a enfin des "suppléments" qui auraient pu ne pas être inclus sur ce disque (ce qui aurait permis de gagner un peu de place pour les galeries les plus intéressantes, par exemple), comme deux publicités pour le parc d'attractions Animal Kingdom d'Orlando et la bande-annonce de The Lion King 1 1/2, déjà présente sur le premier disque.




Conclusion
Sans atteindre le statut de DVD de référence, cette édition, par ses qualités techniques, risque d'être souvent utilisée comme matériel de démonstration. Les suppléments sont en nombre suffisant pour satisfaire tous les publics, le principal reproche qu'on puisse faire étant qu'ils sont presque trop nombreux, et ce de façon un peu artificielle. La plupart des segments documentaires auraient par exemple gagné à être rassemblés au sein de documentaires plus longs.

Gageons cependant que ce titre DVD très attendu et plutôt réussi s'apprête à établir de nouveaux records en matière de chiffres de vente.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
4,5/5

Rapport qualité/prix:
4,3/5

Note finale:
4,3/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2003-10-14

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Lion King, The

Année de sortie:
1994

Pays:

Genre:

Durée:
89 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Disney

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.66:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Commentaire audio, documentaires innombrables, jeux interactifs, galeries et bandes-annonces

Date de parution:
2003-10-07

Si vous avez aimé...