Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Lilo & Stitch

Critique
Synopsis/présentation
Ce film, un des touts derniers longs-métrages animés des studios Disney, a été écrit et réalisé par Dean DeBlois et Chris Sanders (III), qui signent là leur premier long-métrage en tant que réalisateurs. Ces deux scénaristes-réalisateurs ont par le passé co-écrit le scénario de Mulan des mêmes studios Disney.

L'histoire commence sur la planète Turo, siège de la Fédération Galactique, où le professeur Jumba Jookiba est condamné à l'emprisonnement pour avoir osé l'impensable : créer une nouvelle forme de vie par manipulations génétiques. Le produit de son travail, l'expérience 626, un petit monstre teigneux, ultra-résistant, hyper-intelligent et fait pour tout détruire, est condamné à l'exil sur un astéroïde désert. Mais pendant le transfert, 626 parvient à s'échapper et finit par arriver sur Terre, sur une petite île de l'archipel de Hawaii. Là, après s'être fait rouler dessus par deux énormes camions, il se fait adopter par Lilo, une petite orpheline qui vit avec sa grande soeur Nani, qui le prend au début pour un chien et le nomme Stitch. Le conseil galactique, au courant de l'évasion de 626, envoie deux idiots, dont son créateur, pour tenter de le récupérer. L'histoire serait presque simple s'il n'y avait pas Bubbles, le travailleur social habillé comme un agent secret, qui menace de retirer Lilo de la garde de sa soeur, et David, cracheur de feu maladroit, qui fait tout son possible pour sortir avec Mani.

Ce scénario, s'il fait un peu penser au début à Iron Giant (une machine de guerre extra-terrestre se perd au milieu de nulle part sur Terre), s'en éloigne assez vite. Nettement moins profonde que l'histoire du géant de fer mais néanmoins fort sympathique, l'histoire est servie par des images de toute beauté, dont le design s'approche franchement des dessins animés Japonais. Stitch, alias 626, semble ainsi tout droit sorti des studios Ghibli, tout comme les vaisseaux extra-terrestres et les effets spéciaux visuels. Ce film correspond bien au virage pris par Disney depuis quelques années. L'aspect visuel s'éloigne nettement de leurs anciens classiques, les rares moments de comédie musicale sont nettement mieux intégrés que par le passé, ce qui donne un rythme bien plus enlevé à la narration, et l'histoire, si elle s'adresse principalement aux enfants, n'oublie pas les adultes, avec des références scénaristiques et visuelles à des films comme Star Wars, Men In Black ou Porco Rosso, et à des séries comme Baywatch ou X-Files. Par ailleurs, la famille non-traditionnelle que forment Lilo et sa grande soeur Nani, et les tracasseries administratives qu'elles renconntrent ajoutent un plus au côté moderne de l'histoire.

On ne peut pas dire que ce film est un chef-d'oeuvre impérissable, mais il franchement très distrayant et sympathique à regarder, on passe un bon moment, et c'est là le principal.


Image
L'image est présentée au format respecté de 1.66:1 d'après un transfert anamorphosé. Ce ratio de 1.66:1, un peu plus étroit que le 16:9, est un format commun en dessin animé.
Le transfert est très propre, avec une belle définition et un très beau rendu des textures (surtout sur les décors qui sont vraiment magnifiques). Les couleurs sont chatoyantes, toujours naturelles et sans débordement. Le contraste fait preuve d'une belle constance, et les zones sombres de l'image ne présentent aucun défaut notable, avec des noirs impeccables.

La compression n'est pas sans défaut, mais il ne faut surtout pas oublier que les dessins animés, avec les contours marqués (ce que dans le monde de l'animation on appelle "cernés") entourant de grandes zones uniformes, sont ce qu'il y a de plus difficile pour la compression MPEG2. On remarque donc parfois quelques fourmillements ou bien quelques macroblocs autours des contours, mais rien de gênant dans l'ensemble.

La qualité d'image de ce DVD, malgré les quelques défauts énoncés plus hauts, est tout à fait adéquate et permet donc de bien profiter de la très belle animation et des décors magnifiquements peints de ce film.



Son
Le son est au même niveau qualitatif que l'image. Les trois bandes-son proposées (Anglais, Français et Espagnol) le sont en Dolby Digital 5.1, ce qui est un bon point.

La bande-son fait preuve d'une belle dynamique et d'une belle présence, avec un espace sonore tout à fait crédible. La trame sonore, faite de musique Hawaiienne et de chansons d'Elvis Presley (revisités par Stitch qui y met toute son énergie d'arme de destruction massive miniature), s'intègre fort bien au mixage.

Tous les éléments sont bien intégrés, avec une bonne séparation des canaux, une utilisation judicieuse de l'ambiophonie et des effets de transition globalement tout à fait convaincants, notamment pour le bruit des vagues sur les scènes de surf.

Les dialogues sont nets et bien intégrés, et les acteurs qui prêtent leurs voix aux personnages sont convaincants (une mention spéciale à Chris Sanders, un des réalisateurs, qui a prêté sa voix et ses grognements à Stitch, et en fait un petit teigneux bien attachant).

L'utilisation des basses et du canal .1 (LFE) est judicieuse, sans jamais être exagérée. Les bruits d'explosion pourront en dérouter certains, mais correspondent à un parti-pris d'originalité destinés à faire ressentir la nature extra-terrestre des objets en jeu.



Suppléments/menus
Bien qu'il s'agisse d'une edition en un DVD simple, les suppléments sont assez nombreux. Leur intérêt est assez inégal, mais certains se détachent tout de même du lot.

Il n'y a malheureusement pas de piste audio de commentaires des réalisateurs, mais un documentaire, On location with the directors (19'05") sur leur travail durant la production du film.

On trouve aussi d'autres documentaires sur la production du film, un sur le design, The look of Lilo and Stitch (4'05") et un autre,Animating the Hula (3'04"), qui analyse plus particulièrement l'animation des scènes de danse, pour lesquelles les animateurs ont très largement utilisé des vidéos de référence de danseurs traditionnels Hawaiiens. Ces trois documentaires sont de loin les plus intéressants, car ils nous renseignent réellement sur la genèse du film et sa fabrication, ainsi que sur les méthodes de travail employées chez Disney, qui deviennent bien souvent des références dans le monde du dessin animé. Deux petits documentaires couvrent l'enregistrement des chansons du film avec leurs interprètes, Young Voices of Hawaii(2'45") et "Burning Love" - Behind The Scenes With Wynonna (1'31"). Ces deux derniers sont nettement moins intéressants que les trois autres, car plus commerciaux que réellement informatifs.

Les scènes inédites, au nombre de trois, sont précédées chacune d'une introduction par un des réalisateurs, ce qui permet de les replacer dans leur contexte. Comme d'habitude avec un dessin animé, les scènes inédites sont loin d'être finalisées, les plans étant à des degrés de finition divers, de l'animatique (montage de cases de storyboard) à l'image finale en passant le plus souvent par le line-test (animation non-colorisée). Ces scènes coupées sont particulièrement intéressantes, avec une mention spéciale pour la scène d'ouverture prévue à l'origine.

Il y a aussi de nombreux suppléments moins techniques et plus ludiques, comme Hula Lesson (3'35") (un cours de Hula), Create Your Own Alien Experiment Game (un Quiz dans le laboratoire du savant fou), "I Can't Help Falling In Love With You" - Music Video Performed By A-Teens (1'01") (un clip musical comportant des images du film), DisneyPedia : Hawaii - The Islands Of Aloha (un petit documentaire interactif et didactique sur les îles Hawaii), A Stitch In Time : Follow Stitch Through The Disney Years (3'30") (des photomontages de Stitch intervenant dans des classiques de Disney) et des bandes-annonces qui nous permettent notamment de découvrir l'existence d'un prochain film mettant en vedette Stitch, Stitch's New Movie, qui promet de nous en apprendre plus sur les 625 autres expériences génétiques de Jumba Jookiba. Ces suppléments présentent un intérêt limité pour les cinéphiles. Le jeu-questionnaire et le documentaire interactif sur les îles Hawaii pourront cependant intéresser les plus jeunes.



Conclusion
Cette édition DVD est globalement d'un bon niveau. Le film est sans prétention et très sympathique. La qualité de l'imageet du son sont au rendez-vous, et cette édition comporte des suppléments assez nombreux, qui pourront pour certains éveiller l'intérêt des enfants ou, pour d'autres, celui de leurs parents passionnés de technique d'animation.
Ce disque ne sera pas le clou de votre collection, mais il s'agit là d'une édition sympathique d'un joli film d'animation.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
3,8/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2002-12-16

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Panasonic CT-36D11E / Moniteur ViewSonic P95f, PC avec GeForce3 et Sonic CinePlayer, Récepteur Denon AVR-1602, Enceintes Wharfedale Cinestar 30 (5 Vivendi Modus Cube + 1 PC-8).

Le film

Titre original:
Lilo & Stitch

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
85 mins minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.66:1 et 1.33:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
Documentaire portant sur la réalisation, Scènes coupées, Quiz, Documentaires interactif et didactiques, Bandes-annonces, section DVD-ROM, THX Optimode

Date de parution:
2002-12-03

Si vous avez aimé...