Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

American Gothic (The Complete Series)

Critique
Synopsis/présentation
American Gothic est l'exemple parfait de la série télévisée dont tout le monde à entendu parlé mais que personne n'a vu. Diffusée pour la première fois a partir de l'automne 1995 sur CBS, la série fût très mal traitée par le réseau, les épisodes furent diffusés dans le désordre et la série ne revint que pour quelques épisodes en Mai après un long hiatus à partir de Janvier laissant quatre épisode non diffusés. Bien entendu avec un tel traitement l'audience ne décollât jamais vraiment et la série fût reléguée aux oubliettes que sont les archives de CBS, du moins jusqu'à ce que Sci-Fi diffuse la totalité des épisodes, les quatre inédits compris, et ce dans le bon ordre. La série, qui se met à avoir du sens maintenant qu'elle bénéficie d'un traitement décent, profitera de cette deuxième chance pour se créer une solide base de fan pour qui la sortie de ce DVD représente l'aboutissement de nombreuses années d'attente.

Créée par Shaun Cassidy et produite par Sam Raimi American Gothic est une série fantastique sombre qui borde sur l'horreur (plutôt dans le genre de "The Exorcist" que celui de "Evil Dead").
Le pilote commence par une introduction parlée d'un des personnages principaux, le shérif Lucas Buck, magnifiquement interprété par Gary Cole, qui nous introduit Trinity une petite ville du sud des États-Unis, tranquille sous sa direction avec ses règles, sa ville. Le pilote s'articule autour des évènements tragique qui feront du jeune Caleb (Lucas Black) un orphelin. Malheureusement pour lui il s'avère qu'il est le fils illégitime du shérif et ce dernier semble bien décidé à le récupérer pour l'éduquer comme il l'entend. Bien que d'apparence très normale, la vie à Trinity n'est pas ce qu'elle paraît et le drame et l'étrange viennent frapper à votre porte sans crier gare, souvent en même temps que le shérif. La plupart des épisodes concernent un habitant ou une famille cherchant à se sortir des griffes de Lucas car il semble que tout le monde lui soit redevable d'une manière ou d'une autre et que lorsque celui-ci décide de collecter le défaut de "payement" se révèle souvent létal. Très bien écrite, l'ambiance est absolument terrifiante mais la série ne décolle jamais vraiment. L'arc principal se traîne à l'allure d'un lilliputien exténué, l'intrigue entre Lucas et Caleb n'avançant que par bonds microscopiques. On tend à se désintéresser rapidement des déboires des habitants de Trinity qui ne récoltent souvent que les fruits de leur avarice ou mauvais penchants et la série se transforme rapidement en une encyclopédie des horreurs dont Lucas est capable, c'est lassant après quelques épisodes. De plus on a du mal à s'identifier avec le moindre personnages, la série les rend tous méprisables à un moment ou un autre. La série s'arrête sur une fin insatisfaisante laissant sans réponse de nombreuses questions, c'est souvent le cas des séries souffrant d'une annulation mais reste frustrant pour les spectateurs.

Malgré un prémisse engageant et une excellente interprétation American Gothic est une série qui n'arrive jamais à cristalliser ni son histoire ni son audience et aurait grandement bénéficié du format mini-série plutôt que celui de la série saisonnière.


Image
Les vingt-deux épisodes de la série nous sont présentés au format 1.33 dans un transfert 4:3.

L'interpositif est étonnement bruité et on constate beaucoup de défauts du matériel source. La définition est au niveau de ce qu'on peut attendre d'une série télévisé d'il y a dix ans, l'image est un peu floue mais garde un piqué suffisant pour un visionnement agréable. Les couleurs sont stables et suffisamment naturelles, on ne constate aucun débordements ou défaut chromatique. Les niveaux des blancs et des noirs (contraste et brillance) sont bien réglés, les partie sombres contiennent un niveau de détails assez conséquent si on considère l'age de la série. On remarquera un fort bruit vidéo très distrayant dans certaines scènes notamment lorsque que la luminosité ambiante descend au dessous d'un certain niveau. De plus une assez forte surdéfinition de contours est présente et un scintillement qui associés au poussières du matériel source rend le visionnement peu propice à l'immersion. Le marquage de trâme est lui aussi déficient. Il est évident que malgré un transfert sérieux aucun effort de restauration n'a été tenté et que le niveau technique de la compression se trouve plutôt dans le bas de l'échelle.


Son
Les erreurs sont devenues tellement courantes dans les coffrets ces derniers mois que l'on s'approche méfiant de ces derniers et que la confiance que nous mettons dans les caractéristiques annoncées commence à franchement s'approcher de la transparence tellement elle est mince. Le cofret d'American Gothic ne fera, malheureusement pas exception. Encore une fois une erreur c'est glissée dans le texte imprimé. Cependant une fois n'est pas coutume se sera à l'avantage du consommateur car la bande originale Dolby mono est en fait une bande originale Dolby 2.0 stéréo. Comment de telles erreurs peuvent se faufiler jusque dans le produit final de manière aussi systématique chez Universal reste incompréhensible pour les plébéien moyens que nous sommes. Le terrain ne leur est cependant pas réservé, Sony est tout a fait dans la course lorsqu'on parle d'erreurs, d'omitions et autre détails complètement oubliés.

Des sous-titres anglais pour sourd et malentendants sont aussi disponibles. Bien entendu aucune option française n'est disponible, c'est pas comme si on n'avait pas l'habitude mais ça reste toujours frustrant, presque vexant tellement c'est systématique.
La bande son présente est très bonne si on considère son origine. Le champ sonore est bien ample. La dynamique est un peu écrasée avec une séparation des canaux très moyenne, mais c'est attendu pour une série télévisée du milieu des années 90.
Les dialogues sont nets et bénéficient d'une compression dynamique qui semble inexistante. Les fréquences de bouts de spectre (basses et aigues) sont plutôt écrasées mais, là encore, c'est de l'ordre de ce qu'on peut attendre vu l'age de la série. C'est une bande son parfaitement honnête qui nous est offerte ici.


Suppléments/menus
La série nous est présentée dans trois coffrets mince de type Amaray plastifiés qui semblent solides. Un très joli boîtier de carton avec le titre de la série imprimé en relief en lettre rouge brillantes solidarise le tout.

On parlait d'erreur dans la section dédiée au son mais c'est maintenant que ce terme va prendre tout son sens. Premièrement les trois DVD sont des disques simple couche double face que les consommateurs haïssent au plus haut point. Ils sont peu compatibles, fragiles, pas pratiques et extrêmement laids. Deuxièmement les génies responsables de la production du coffret ont décidé de présenter les épisodes de la série dans leur ordre de diffusion original sur CBS, une recherche d'environ 3 secondes et demi (OK on exagère, ça prend bien sept secondes) apprend a toute personnes désirant le savoir que cet ordre est tout ce qu'il y de plus fantaisiste et visionner la série dans ces conditions enlève tout sens à l'arc principal. L'ordre correct couramment admis par les fans est le suivant : 01. Pilot, 02. A Tree Grows in Trinity, 03. Eye of the Beholder, 04. Damned if You Don't, 05. Potato Boy, 06. Dead to the World, 07. Meet the Beetles, 08. Strong Arm of the Law, 09. To Hell and Back, 10. The Beast Within, 11. Rebirth, 12. Ring of Fire, 13. Resurrector, 14. Inhumanitas, 15. The Plague Sower, 16. Doctor Death Takes a Holiday, 17. Learning to Crawl, 18. Echo of Your Last Goodbye, 19. Strangler, 20. Triangle, 21. The Buck Stops Here, 22. Requiem. Évidemment cela va impliquer des changements et des retournements de disques massifs, mais c'est certainement pour notre bien...
Il est très courant de ne pas avoir le moindre supplément dans un coffret saisonnier alors vous imaginerez facilement notre surprise de découvrir que celui-ci en offre quelque-uns. On trouve un peu plus d'une vingtaine de minutes de scènes coupées et un commentaire audio de l'épisode pilote.

Les scènes coupées sont extraites de neufs épisodes clefs et vont de l'informative au totalement inutile. Il est quand même toujours intéressant de jeter un coup d'oeil sur les processus décisionnels qu'implique la production d'une oeuvre visuelle et l'addition de ces scènes que les équipes choisissent de ne pas inclurent dans le montage final sont toujours une addition bienvenue dans une édition.

Le gras des suppléments sera cependant l'excellent commentaire du créateur Shaun Cassidy accompagné de l'autre producteur de la série, David Eick. Le commentaire est vif, facile à suivre et plutôt drôle. Les commentateurs se sont visiblement préparés et sont capable de faire venir à la surface de nombreux détails passionnants et anecdotes, tout un exploit si on considère que, de leur propre aveux, ces derniers n'ont pas revu la série depuis son annulation.



Conclusion
Universal possède le don hors du commun de prendre des décisions qui mettent les fans à leur pieds et de se faire ensuite complètement haïr par ces derniers à cause d'une implémentation parfois bâclée, le coffret de la série complète American Gothic en est un parfait exemple. En sortant la série en DVD Universal a exaucé dix ans de prières ferventes des fans de la série, personne n'y croyait plus. Malgré tout les spectateurs seront une seconde fois roulés dans la farine, le coffret que propose Universal est décevant. L'implémentation montre peu de respect pour l'oeuvre et mis a part un bel emballage n'apportera que très très peu au fans et beaucoup de confusion à ceux qui voudrait découvrir American Gothic, ceux ci vont devoir se creuser la tête un bon moment pour comprendre l'étrange histoire qui leur est proposée (si vous trouver un sens à l'histoire dans l'ordre ou sont présentés les épisodes, rendez vous service et consultez immédiatement). Comme souvent la volonté de faire un profit rapidement l'a emporté sur le respect du client et de l'oeuvre. Les années 90 télévisuelles sont désespérément mal représentées et bien peu des séries de cette époques bénéficient d'une édition DVD décente, le coffret de American Gothic ne fait malheureusement pas exception à la règle, l'ordre des épisodes est tout simplement inexcusable. L'achat n'est envisageable qu'au prix le plus bas.


Qualité vidéo:
3,3/5

Qualité audio:
3,9/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
2,0/5

Note finale:
3,1/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2006-03-24

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 50HX70, Amplificateur Denon 3801, Enceintes Energy XL-26(x2), XL-C, XL-R (x4), Caisson d'extrêmes graves Klipsch KSW 12, HTPC (composantes 1080i. Lecteur: Media Portal/decodeur mpeg2 et audio : Dscaler 5

Le film

Titre original:
American Gothic

Année de sortie:
1995

Pays:

Genre:

Durée:
1002 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
3 DVD-10 (double face, simple couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais (CC)
Espagnol

Suppéments:
Commentaire et scènes coupées.

Date de parution:
2005-10-25

Si vous avez aimé...