Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Kingdom of Heaven (WS)

Critique
Synopsis/présentation
Ridley Scott continue sur sa lancée de film d’époques à grand déploiements, substituant cette fois à la Rome des Gladiateurs la période des croisades vers la Terre Sainte au début du premier millénaire. Au milieux des productions du genre de 2004-2005 (Troy et Alexander), et en attendant la prochaine adaptation de Tristan et Iseult (produit par Scott d’ailleurs), ce film de facture très hollywoodienne est certainement celui qui s’en est le mieux sorti, offrant un spectacle de qualité malgré un scénario à la limite du poncif.

Balian (Orlando Bloom) après avoir perdu sa femme voit arriver un croisé, Godfrey (Liam Neeson), qui lui annonce être son père et lui propose de le rejoindre à Jerusalem pour les Croisades. Balian pensant racheter ses péchés le rejoint, et après avoir été adoubé chevalier combattra le Roi arabe Saladin aux portes de Jerusalem.
Si le scénario est tiré par les cheveux, le fond du film reste de bonne facture ne sombrant pas trop évidemment dans les stéréotypes, et s’attachant même à des vraisemblances historiques. Une fois de plus, la réalisation est très efficace et lissée, exercice auquel Scott semble de plus en plus à l’aise. On sent dans ce film que le travail très original qui avait permi au très pénible Black Hawk Down de mériter l’intérêt des cinéphiles est utilisé à bon escient. Le travail sur l’image et la maestria des mouvements de caméra et du montage durant les scènes d’action sont un réel plaisir à voir, et démontrent les qualités techniques indéniables de Scott.

Cette édition de la Fox est comme pour toutes les dernières sorties de ce réalisateur d’un niveau technique de référence.



Image
Cette édition de Kingdom of heaven est offerte au format respecté de 2.35 :1 dans un transfert 16 :9.

Avant d’aller plus loin, il convient de dire que la Fox nous a fait parvenir une édition avec un sous titre incrusté clamant la propriété de la Fox. Cette pratique si elle permet de géner les pirates en puissance leur interdisant probablement de voir une copie du DVD sur internet avant le jour de la sortie officielle (ou le lendemain si l’encodage était compliqué) nous gène particulièrement, car générant un débalancement constant dans les contrastes et la brillance. Nous espérons sincèrement que cette pratique ne durera pas.

Une copie du film a été louée afin de réaliser cette critique.
Autant le dire de suite, aucun problème n’est perceptible dans cette édition. Comme d’habitude pour les récentes œuvres de Scott, l’image est très travaillée, désaturée et généralement un peu plus sombre.
Cette palette assez particulière est rendue à merveille offrant une définition général tout à fait engageante. Les détails et les textures sont très bien rendus, même si le niveau de brillance un peu bas nous prive de temps à autre de micros informations et des subtilités du décors et des costumes.
Comme dit plus haut les couleurs sont très travaillées et tendent à saturer l’image avec un jaune presque sepia. Cet effet combiné à une brillance un peu plus basse qu’à l’habitude donne une image très particulière qui se prête très bien aux images du désert alentour de Jerusalem. Malgré ces effets, les couleurs restent très naturel et toujours réalistes. Aucun problème concernant l’étalonnement n’a été constaté.
Les sombres offrent un très bon niveau de détail, ce qui est indispensable considérant les choix artistiques. Les noirs sont immaculés et profonds.
Bien que certaines images soient techniquement difficiles (vastes scènes avec des nuages de poussière), aucun problème lié au transfert n’a été constaté.

Cette édition offre donc de grandes qualités techniques concernant l’image, relayées par une bande sonore de tout premier plan.



Son
Quatre bande sons sont offerte sur cette édition, en plus d’une bande au format Dolby Surround offerte en Français et en Espagnol, la version originale anglaise est proposée aux formats 5.1 Dolby Digital et DTS. Cette dernière version sera ici critiquée.

Black Hawk Down nous avait impressionné par les qualités de sa bande son, tout comme Gladiator peu de temps avant. Ridley Scott persiste et signe en nous offrant ici encore une expérience sonore de tout premier plan.
Le dynamisme de cette bande sonore est tout a fait surprenant, capable de surprendre l’auditeur par des poussées de décibels tout à fait surprenantes. L’ensemble est parfaitement mixé, offrant une présence tout à fait convaincante et très enveloppante. L’intégration des multiples messages sonores est parfaitement réalisée, mixant sans aucun problème des foleys par centaines au milieu de rugissement guerriers soutenus par une trame sonore épique. Le son se déploie parfaitement sur l’ensemble des enceintes mises à contribution de façon précise et efficace. Les placements spatiaux sont toujours précis et réalistes, n’hésitant pas à faire passer les dialogues vers les enceintes arrières lorsque nécessaire.

Les enceintes arrières sont naturellement mises à contribution, et ce surtout dans les grandes transitions avant/arrière des effets sonores. La bande son se déploie elle aussi sans complexe vers l’arrière offrant ainsi une immersion très convaincante. Les effets de transition sont très dynamiques, et malgré quelques manques de discrétion (effets trop en avant qui deviennent distrayant), permettent de se sentir réellement au cœur de l’action.
Les dialogues sont très biens rendus et toujours clairement audible. Néanmoins, cette bande son offre un tel dynamisme, que lors de passages plus brutaux, le niveau nouvellement atteind en surprendra plus d’un. Mais même lors de déluges sonores, les dialogues sont toujours très clairement rendus, aussi audibles que réalistes.

Les possesseurs de caissons d’extrêmes graves performants en auront certainement pour leur argent. Le canal d’extrêmes graves est utilisé en quasi permanence, et ce de manière aussi convaincante que naturelle. Certains passage (catapultes sur les murs de Jerusalem) sauront aussi vous créer de réels problèmes avec votre voisin ou votre animal domestique. Ces basses sont très profondes, mais bénéficient néanmoins d’une attaque très franche et percutante. Du bonbon pour impressionner les amis.

Bien que n’atteignant pas les prouesses du mixage de Black Hawk Down, cette bande sonore fait quand même partie de ce qui se fait de plus convainquant dans le domaine.
Nous regrettons par contre l’absence d’une bande sonore française dans un format mutlicanal, la version Dolby Surround n’arrivant tout simplement pas à reproduire l’expérience d’un vrai 5.1.

À Noter la présence de sous titrage en Anglais et en Espagnol.



Suppléments/menus







Conclusion
Loin d’être un grand film, Kingdom of Heaven reste néanmoins un divertissement la plus part du temps agréable.
Si la tecnique de réalisateur de Scott permet d’oublier les faiblesses d’un scénario un peu léger, les qualités techniques de cette édition permettent d’en profiter encore mieux. L’image et le son sont d’un niveau certainement au dessus de la moyenne habituelle



Qualité vidéo:
4,4/5

Qualité audio:
4,4/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,4/5

Note finale:
4,4/5
Auteur: Thomas Geffroyd

Date de publication: 2005-11-28

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Sony KV34XBR910; Préampli Audio Refinement par YBA Pre-2; Ampli Audio refinement par YBA Multi-5; Enceintes JmLabs; Sub REL Strata III; Lecteur DVD Denon DVD-1600; cables et interconnects Cardas/Audioquest.

Le film

Titre original:
Kingdom of Heaven

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
144 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Segments promotionels, grille intéractive de production et bandes annonces

Date de parution:
2005-10-11

Si vous avez aimé...