Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Hitchhiker's Guide to the Galaxy, The

Critique
Synopsis/présentation
Le Guide du Routard Galactique définit une critique de DVDenfrancais.com comme étant "un texte écrit par un francophone qui, n'ayant pas le talent pour réaliser ses propres films, préfère écrire un texte que personne ne lira jamais à propos d'un disque en plastique incroyablement primitif contenant une copie numérique de qualité franchement ridicule d'une oeuvre audiovisuelle de qualité elle aussi très discutable."

The Hitchhiker's Guide to the Galaxy raconte les mésaventures d'un descendant du singe, Arthur Dent, qui, à la suite de la destruction de sa planète, la Terre, se retrouve à vadrouiller d'un bout à l'autre de la Galaxie. Le tout en compagnie de son ami Ford Prefect, qui s'est avéré ne pas être natif de Guildford comme il le prétendait jusqu'alors, mais bien d'une petite planète dans le voisinage de Bételgeuse. Ils vont retrouver au cours de leur pérégrinations Zaphod Beeblebrox, semi-cousin de Ford et président de la Galaxie, et de Trillian (Tricia McMillan), une fort jolie descendante du singe, qu'Arthur a complètement manqué de ramener chez lui lors d'une soirée costumée, et qui est partie avec un intrus, qui s'avère être Zaphod, de passage ce soir-là sur Terre. Puisqu'on cite les personnages principaux, il ne faut bien sûr pas oublier Marvin, l'androide paranoide, un robot maniaco-dépressif qui ne se gêne pas pour dire tout le mal qu'il pense de la vie, de l'univers et du reste, et les Vogons, une race d'aliens bureaucrates, bornés, et dont la poésie est la troisième pire de l'Univers.

Le film dont il est question ici n'est que la dernière incarnation de l'oeuvre de Douglas Adams, qui nous a quittés en 2001 alors qu'il était en train de travailler sur le scénario de celui-ci. Tout a commencé par une série radiophonique diffusée sur la BBC dans les années 1980. Par la suite, il y eut les livres (d'abord une trilogie, puis deux autres tomes qui donnèrent un tout nouveau sens au mot "trilogie"), puis la série radio, le jeu vidéo (un jeu d'aventure en mode texte de chez Infocom), la bande dessinée, l'adaptation théâtrale... Chacune des versions étant bien entendu en contradiction avec les autres.

L'adaptation cinématographique ce cette oeuvre n'était donc pas une mince affaire. The Hitchhiker's Guide to the Galaxy (que nous appellerons H2G2 par la suite) est en effet une oeuvre culte (en particulier dans le format roman), particulièrement au Royaume-Uni. Bien évidemment, Douglas Adams, le père du H2G2, était impliqué dans le projet... jusqu'à son décès aussi soudain qu'inattendu, en 2001. Il avait cependant écrit une bonne partie du scénario du film, et avait notamment inventé deux nouveaux personnages (Humma Kavula et Questular Rontok), ainsi qu'un artefact absolument génial (le Point of View Gun) dont nous ne dirons rien de plus ici, spécialement pour cette nouvelle version de son oeuvre phare.

La difficulté de ce genre d'adaptation est de plaire au public des fans sans perdre le public "vierge", qui ne connait pas encore l'oeuvre. Le film parvient à concilier les deux, même s'il aurait pu mieux faire. En effet, malgré une première partie où les dialogues sont un peu rapides là où Douglas Adams en mettait des tonnes (avec une exagération qui faisait mouche à chaque fois) dans les livres, le ton reste finalement proche de ce qu'on a pu entendre dans les épisodes de la série radiophonique. Ces petits détails de dialogues de la première partie passeront inaperçus des spectateurs découvrant l'oeuvre, et les fans oublieront cette relative déception en découvrant, un peu plus tard dans le film, les nouveautés introduites pour cette version, qui s'avèrent excellentes (la visite sur Vogsphere, la planète des Vogons, est particulièrement réussie). Par ailleurs, de très nombresux cadeaux sont là pour les vrais fans. Nous ne citerons pas le plus bel exemple (une surprise qui fera infiniment plaisir à tous les familiers de la série radio ou de la série TV), mais on peut sans danger parler des nombreuses références aux grandes passions de Douglas Adams, la théorie de l'évolution et la défense de l'environnement.

La distribution de ce film s'avère intéressante. En ce qui concerne le rôle-clé du film, le choix s'est arrêté sur Martin Freeman, qu'on a découvert dans le rôle de Tim dans la série britannique The Office. Il interprète un Arthur absolument parfait, parvenant à faire oublier la performance pourtant loin d'être ridicule de Simon Jones dans les séries radiophonique et télévisuelle. Le choix inattendu d'avoir un Ford Prefect noir a fait couler beaucoup d'encre avant la sortie du film. Mos Def s'avère tout à fait excellent, interprétant un Ford à la fois totalement relax et franchement siphonné, et donc impeccable. Le personnage qui change le plus entre les romans et le film est sans aucun doute Trillian. Un des apports les plus discutés au niveau du scénario est l'accent mis sur la romance entre elle et Arthur, et dans cette optique Zooey Deschannel s'en sort relativement bien. Nous passerons rapidement sur la performance de Sam Rockwell, sympathique mais un peu trop exagérée, qui ne rend pas assez bien le côté parfaitement insupportable qu'on attend du président de la galaxie, Zaphod Beeblebrox. Le seul acteur réellement célèbre qui joue dans le film est John Malkovich, qui campe un personnage "nouveau" (qui n'existait pas dans les autres versions de l'oeuvre), le sinistre leader religieux Humma Kavula. Comme toujours, il est parfait, et inscrit avec brio Humma Kavula dans la légende du Guide.

Au point de vue scénaristique, le film est très traditionnel, et est découpé en trois actes. C'est là la principale différence par rapport au roman, qui est découpé en deux actes parfaitement inégaux dans leur durée. Le choix d'une structure narrative classique a évidemment pour but de ne pas dérouter le public peu familier au style très particulier d'Adams, et c'est sans doute cela qui a le plus dérangé les fanatiques les plus intégristes du H2G2, sans toujours qu'ils puissent mettre le doigt sur ce qui les ennuyait vraiment.

Le principal est tout de même là. La voix du Guide, le narrateur de l'histoire, est bien présente, et nous récite les chapitres les plus invraisemblables de celui-ci. Les animations qui accompagnent certains de ces moments sont particulièrement réussies. La réponse à la Question Ultime portant sur la Vie, l'Univers et le Reste est bien donnée, et les dauphins sont bien la seconde race la plus intelligente de la planète (et non pas, comme tout le monde le croyait jusqu'à présent, la première). Certains des éléments clés de l'histoire, notamment le Guide lui-même et le générateur d'improbabilité infinie du Coeur-En-Or, sont le sujet de trouvailles visuelles absolument géniales.

Si la fin laisse manifestement ouverte la possibilité à une suite (il est fait mention du titre du second tome de la trilogie en cinq volumes), celle-ci risque d'être encore moins fidèle à la trame exposée dans les livres que ce premier film. Et malheureusement, Douglas Adams ne pourra pas y participer.

Dans l'ensemble, ce Hitchhiker's Guide to the Galaxy est un film divertissant plutôt réussi, même si ce n'est pas un chef d'oeuvre. Les fans de longue date qui parviendront à passer par-dessus leur déception vis-à vis du début de celui-ci apprécieront les nouvelles idées introduites dans le film. Quand à ceux qui ne connaissent pas cette oeuvre magistrale, ils ne seront pas trop perdus et passeront un agréable moment qui, espérons-le, les poussera à découvrir plus avant l'univers du H2G2, particulièrement à travers la trilogie en 5 volumes.


Image
L'image est proposée au format respecté de 2.35:1, d'après un transfert 16:9.

La qualité est à la hauteur de ce qu'on est en droit d'attendre d'un film récent, c'est à dire très bonne. Le transfert ne montre aucun parasite notable, et la définition est d'un très bon niveau. Les détails sont nombreux et les textures finement rendues.
Les niveaux vidéo (contraste et luminance) sont très bien réglés, et ne fluctuent aucunement sur la durée du film. Les zones sombres sont très bien rendues, avec des noirs purs et profonds, et des dégradés fluides et sans blocage.
Les couleurs sont elles aussi correctement étalonnées, riches et fidèles à ce qu'on a pu voir dans le film, que ce soit les couleurs un peu ternes de la campagne Anglaise où vit Arthur ou celles, bien plus éclatantes, au niveau de construction de la planète Magrathea. Aucun débordement n'est à déplorer à ce niveau.

Au niveau numérique, on notera la présence hélas habituelle de la surdéfinition des contours, dans une mesure sinon raisonnable, au moins habituelle. On ne dira jamais assez que ce filtre, destiné à donner un aspect plus avantageux à l'image sur les téléviseurs bas de gamme, est très artificiel, n'apporte rien et dégrade même l'image sur les moniteurs haute définition et autres projecteurs. En ce qui concerne la compression, quelques fourmillements sont visibles çà et là, mais rien qui ne soit réellement gênant pour un visionnement normal.


Son
Les bandes-son proposées sont la version originale Anglaise en Dolby Digital 5.1 et DTS, la version Française et la version Espagnole en Dolby Digital 5.1. Des sous-tires Anglais, Français et Espagnols sont proposés. C'est la version originale DTS qui est le sujet de cette critique.

Comme pout tout bon film de science-fiction moderne, la dynamique et la présence de cette bande-son sont tout à fait impressionnantes. Le champ sonore s'avère plutôt immersif et convaincant, servi par la parfaite séparation des canaux offerte par le format DTS et par une utilisation judicieuse des canaux d'ambiophonie. Les effets de transition sont quand à eux tout à fait fluides et réalistes.
Les différents éléments composant cette bande sonore sont, dans l'ensemble, assez bien intégrés. On remarquera juste que les dialogues, au début du film, manquent un peu de réalisme et semblent un peu en retrait. Mais dès que tout le monde est dans l'espace, ce problème disparaît, et le tout devient parfaitement naturel et intelligible. Les effets d'ambiance et autres effets sonores sont tout à fait réussis, et conviennent parfaitement à ce type de film de science-fiction décalé. La trame sonore, dont on notera en particulier la fabuleuse chanson d'ouverture, So Long and Thanks for all the Fish (Salut, et encore merci pour le poisson), fait preuve d'une belle profondeur et d'une haute fidélité.

Les effets sonores et la musique font lorsque nécessaire usage des fréquences basses du spectre sonore, qui sont appuyées avec brio par une utilisation judicieuse du canal d'infra-graves.


Suppléments/menus
Cette édition, si elle ne comporte qu'un seul disque, propose tout de même un nombre dort respectable de suppléments. Ceux-ci sont accessibles par un système de menus inspiré de l'interface du Guide (qui est rappelons-le un livre électronique) telle qu'elle apparaît dans le film.

Deux commentaires audio sont proposés. Le premier comporte pas moins de quatre intervenants : le réalisateur Garth Jennings, le producteur Jerry Goldsmith, et les acteurs Martin Freeman (Arthur Dent) et Bill Nighy (Startibartfast). Ceux-ci, enregistrés ensemblent, semblent avoir pris du plaisir à le faire. le résultat s'avère à la fois divertissant et informatif, mélangeant anecdotes sur la production et informations un peu plus "sérieuses".
Le second s'adresse nettement plus aux inconditionnels de Douglas Adams. Les deux intervenants sont le producteur exécutif Robbie Stamp et un collègue de Douglas Adams, Sean Solle. Leur commentaire contient entre autres une foule d'informations sur les multiples références à l'univers d'Adams, évidentes ou discrètes, disséminées dans le film.

Un segment documentaire, The Making Of The Hitchhiker's Guide To The Galaxy (8:53) est aussi proposé. Ce documentaire s'avère être un matériel promotionnel, et donc d'une complaisance insupportable et d'une valeur informative très limitée.

Une entrée supplémentaire du guide, qui n'apparaît pas dans le film, est offerte. Il s'agit de la preuve de la non-existence de Dieu, un passage classique des autres versions du H2G2, qui n'apparaît pas dans le film, sans doute pour des raisons de correction politique.

Trois scènes coupées (Deleted scenes) sont disponibles. La première, Mostly Harmless, fera le bonheur des fans du H2G2. Les deux autres sont assez inutiles, mêmes si elles sont amusantes, et on comprend pourquoi elles n'ont pas été intégrées dans le montage final.

Deux autres scènes, qualifiées de "vraiment coupées" (Really Deleted Scenes) sont aussi proposées. Il s'agit là de gags tournés pour le plaisir, pour lesquels il n'a évidemment jamais été envisagé de les inclure dans le film.

Une version sous-titrée de la chanson du générique, Sing Along "So Long And Thanks For All The Fish, façon karaoke, fera plaisirs aux amateurs de chant. Il s'agit d'une très bonne idée, cette chanson étant tout à fait remarquable.

Un jeu de pendu Marvin's Hangman amusera quelques minutes les amateurs d'interactivité.

Le supplément le plus original, le plus à propos, est le générateur d'improbabilité (Improbability Drive). Ce bouton, présent dans tous les menus du disque, fait en fait exactement ce qu'il est censé faire. Une excellente idée. Il est fortement conseillé de l'essayer plusieurs fois pour en tirer toutes les possibilités.



Conclusion
Si The Hitchhiker's Guide to the Galaxy, le film, n'est pas un chef d'oeuvre comme le sont les livres, il s'agit tout de même d'un film très divertissant, qui saura plaire presque aussi bien à ceux qui ne connaissent pas l'histoire qu'aux fans de cette saga. Cette édition nous le présente avec une qualité technique très correcte, dans les standards d'aujourd'hui. Les suppléments s'avèrent pour la plupart intéressants et judicieux. Il s'agit donc d'un achat recommandable qui, espérons-le, poussera le public à découvrir plus avant un classique de la science-fiction.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
3,8/5

Rapport qualité/prix:
3,9/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2005-10-24

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Panasonic PT-L500U, écran 92'' fait maison screen Goo, Lecteur DVD LG DV7832NXC (sortie composantes 1080i), HTPC (Athlon64 3000+, Radeon 9600 pro, connectique DVI, M-Audio Revolution 7.1, WinDVD, Media Portal), Récepteur Denon AVR-1602, Enceintes Wharfedale Cinestar 30 (5 Vivendi Modus Cube + 1 PC-8), câbles Acoustic Research

Le film

Titre original:
Hitchhiker's Guide to the Galaxy, The (2005)

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
109 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise DTS
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Français
Espagnol

Suppéments:
Commentaires, Documentaire, Scènes coupées, scènes vraiment coupées, Karaoke, Bandes-annonces, Générateur d'imporobabilité

Date de parution:
2005-09-13

Si vous avez aimé...