Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Kung Fu Hustle (Widescreen)

Critique
Synopsis/présentation
Parler de l'essor du cinéma asiatique implique de parler de la chute de l'industrie cinématographique américaine. Il y a bien longtemps que plus rien d'original n'est sorti des studios de Hollywood. Sclérosés par la peur du risque, les grands studios ne sortent plus que des remakes, de pitoyables adaptations de séries télévisuelles antiques et autres films à la chaîne, correspondant à des recettes calibrées, qu'on peut difficilement qualifier d'oeuvres. Les innovations visuelle et scénaristiques, le grand divertissement tel qu'on est en droit de l'attendre au cinéma, viennent maintenant d'Asie, où certains cinéastes ont su s'adapter au marché international (sans pour autant remettre en cause leur identité) pour mieux le conquérir. Le succès de films comme Hero (Chine), Zatôichi (Japon) ou OldBoy (Corée du Sud), entre autres, démontrent une tendance que les studios hollywoodiens auront bien du mal à contrecarrer. Bien incapables de produire des films aussi originaux (et souvent grandioses, un film comme Hero aurait coûté des centaines de millions de dollars s'il avait été produit aux Etats-Unis), ceux-ci ont tout de même trouvé le moyen de faire de l'argent avec, en les distribuant, pour notre plus grand plaisir. C'est ainsi que sort en DVD chez Sony Pictures le nouveau film de Stephen Chow, Kung Fu Hustle.

Stephen Chow, dont la carrière d'acteur a commencé il y a plus de 20 ans, a été une star en tant que réalisateur dès les années 90 à Hong Kong, à l'époque où le reste du monde découvrait Jackie Chan et Jet Li. Il est devenu mondialement connu en 2001, grâce à un chef d'oeuvre d'humour visuel absurde, Shaolin Soccer (Siu Lam Juk Kau). Poursuivant dans la même veine de la comédie kung-fu déjantée, cette fois-ci avec bien plus de moyens, voici Kung Fu Hustle (Gong Fu).

L'action se passe à Shanghaï, dans les années 1940. Toute la ville est contrôlée par le redoutable gang des haches (l'accession au pouvoir de ce gang forme une introduction enlevée et originale, qui alterne images de massacres et plans de danse), sauf les quartiers trop pauvres pour les intéresser. Sing (Stephen Chow), un délinquant de petite envergure, qui aspire à faire partie du gang, attire par ses gaffes l'attention de celui-ci sur une résidence minable, la résidence de la porcherie, tenue par un couple haut en couleurs (Yuen Wah et Yuen Qiu). Très vite, on se rend compte que les locataires sont bien plus forts qu'il y paraît. En particulier, lorsque le vrai gang des haches attaque la résidence, trois des résidents s'avèrent être des maîtres du kung-fu.

Le chef du gang, Frère Sum (Chan Kwok Kwan), décide alors d'engager deux tueurs qui utilisent une technique incroyable basée sur la musique et la magie pour les éliminer. Dans le combat épique qui s'ensuit, les deux propriétaires s'avèrent eux aussi être des maîtres de techniques bien particulières de kung-fu. Pour les combattre, Frère Sum décide de faire appel au plus grand des tueurs, Nuage de Feu Infernal (the Beast en Anglais, rôle tenu par Leung Siu Lung, star des films de kung-fu des anées 90).

Au cours de toutes ces péripéties, et de celles qui vont suivre, Sing, poursuivi par son passé, devra choisir entre sa stupide vocation et comprendre son potentiel. Aux combats épiques mettant en scène des styles de kung-fu totalement fontaisistes succèdent (et parfois se mélangent) des scènes comiques absolument hilarantes. Certaines scènes atteignent le grotesque des cartoons des années 50 (on pensera notamment à la pousuite entre Sing et la proprio, qui se courent après à une vitesse totalement illégale), et certains combats, où les corps volent littéralement par dizaines, feront une fois de plus pleurer de rire les amateurs d'humour visuel. Il est à noter que les combats ont été réglés par Maître Yuen Wo Ping, qui a chorégraphié les combats inoubliables de Crouching Tiger, Hidden Dragon, Matrix et de Kill Bill, et qui a dû inventer de nouvelles techniques pour certaines des scènes les plus inventives imaginées pas Stephen Chow. Les visions des deux créateurs de scènes d'action se complètent parfaitement, ce qui fait que ces scènes de combat atteignent parfaitement leur double objectif, impressionner et faire rire.

La distribution du film, menée par Stephen Chow lui-même dans le rôle de Sing, est particulièrement bien choisie et nous offre une prestation extrêmement solide. Yuen Qiu est particulièrement excellente dans le rôle de la proprio tyrannique qui est une Maîtresse du kung-fu du lion, basé sur des cris particulièrement efficaces. Chan Kwok Kwan est lui aussi parfait dans le rôle de Frère Sum, le chef de gang qui associe une méchanceté sans bornes à un humour très particulier. La mise en scène et le découpage, extrêmement vivants et enlevés, contribuent à créer une ambiance positive et optimiste, même dans les scènes les plus tristes. Les amateurs d'effets spéciaux, aussi bien visuels que sonores, seront eux aussi servis ceux-ci étant dans l'ensemble très réussis.

Après Shaloin Soccer, on pouvait douter de la capacité de Stephen Chow à faire aussi bien. Loin de décevoir, Kung Fu Hustle s'avère encore plus réussi, et s'affirme comme étant d'office un classique du genre.


Image
L'image est proposée au format respecté de 2.40:1, d'après un transfert optimisé 16:9.

Le transfert est tout à fait dans les normes de qualité qu'on est en droit d'attendre de la part d'un studio comme Sony Pictures, à savoir d'une propreté impeccable. La définition est excellente, nous offrant une image d'une grande netteté, avec de nombreux détails et des textures fines et subtiles. Les couleurs sont superbes, la très riche palette de couleurs du film est présentée ici de façon tout à fait remarquable. Parfois chatoyantes, d'autres fois plus froides, ces couleurs semblent respecter complètement le très beau travail d'étalonnage effectué sur ce film. Evidemment, aucun débordement n'est à déplorer, même dans les plans comportant les couleurs les plus vives.

Les effets visuels du film sont dans l'ensemble fort réussis. L'usage d'images de synthèse était rendu obligatoire par le côté totalement cartoonesque de certaines scènes, et pour d'autres qui, sans atteindre de tels sommets d'exagération, sont extrêmement impressionnantes. Si certains effets 3D sont un peu moins léchés, l'ensemble s'avère tout de même extrêmement convaincant, servi par un compositing tout à fait réussi.

Les niveaux vidéo, tels que la luminance (niveau des noirs) et le contraste (écart entre le noir et le blanc) sont impeccablement réglés, et ne souffrent d'aucune variation durant la durée du film. Les zones sombres de l'image sont à l'avenant de tout le reste, à savoir d'un très bon niveau de définition, avec des dégradés fluides, et de noirs profonds sans être aucunement bouchés.

Au niveau numérique, il s'agit là encore d'un très beau travail. Le seul défaut que l'on puisse noter est une surdéfinition des contours (qui est présente, mais pas trop exagérée). Au niveau de la compression, si des fourmillements sont visibles çà et là, il faut vraiment les chercher pour les voir, et ils ne gênent absolument pas le visionnement.


Son
Les bandes sonores proposées sur cette édition sont : la version originale Cantonaise (Dolby Digital 5.1), la version Anglaise (Dolby Digital 5.1) et la version Française (Dolby Surround 2.0). Des sous-titres Anglais et Français sont proposés. C'est la version originale qui est le sujet de cette critique.

Cette bande-sonore est, disons-le tout de suite, assez exceptionnelle. La présence et la dynamique sont tout à fait remarquables. Le champ sonore s'avère particulièrement immersif, avec une utilisation quasiment constante des canaux d'ambiophonie, que ce soit pour la musique ou les nombreux effets sonores et d'ambiance. Les scènes de combat sont à ce sujet un véritable matériel de démonstration, les effets sortant alors vraiment de tous les coins de la pièce. La séparation des canaux est très très bonne, chacun des éléments sonores bénéficiant d'un placement extrêmement précis. Les effets de transition latéraux et avant-arrière sont eux aussi très bien gérés, et sont tout à fait fluides et réalistes.

L'intégration des éléments sonores est excellente. Les dialogues sont toujours parfaitement naturels et intelligibles. Les effets sonores, variés et fort présents, sont eux aussi fort bien intégrés avec les ambiances et le reste, et participent souvent à l'humour du film. Quand à la trame sonore, enregistrée uniquement avec des instruments chinois (contrairement à beaucoup de trames sonores de films orientaux qui m`langent un orchestre symphonique occidental avec quelques éléments de musique orientale), elle est à la fois enlevée, originale, profonde et d'une grande fidélité.

Comme on peut s'y attendre dans un film d'action, les fréquences basses du spectre sont souvent de la partie, de façon parfois musclée, et sont soutenues lorsque nécessaire par une utilisation judicieuse et parfois explosive du canal d'infra-graves (.1 ou LFE).


Suppléments/menus
Cette édition simple disque offre un bel ensemble de suppléments fort variés, pour la plupart en Cantonais et malheureusement sous-titrés uniquement en Anglais, ce qui est dommage.

Le commentaire audio met en scène quatre des acteurs du film, dont Stephen Chow, qui en est aussi le réalisateur et le producteur. s'il s'avère parfois difficile à suivre (pas évident pour un occidental de reconnaître les voix de quatre personnes qui parlent chinois), il est tout de même à la fois informatif (on y parle surtout du tournage) et sympathique (les intervenants ont manifestement passé un bon moment à l'enregistrer).

Un documentaire fait pour la télévision, TV Special : Behind the scenes of Kung-Fu Hustle (41:54), présenté par Lam Tze Chumg et Chan Kwok Kwan, deux acteurs du film, couvre tous les aspects de la création de celui-ci de façon plutôt originale et sans se prendre réellement au sérieux.

Deux scènes coupées (2:07 et 1:58) sont aussi proposées. Si elles sont intéressantes, il est aisé de comprendre pourquoi elles ont été coupées. Ces deux scènes n'auraient en effet rien apporté à la narration.

De nombreuses bandes-annonces, dont celle du film, sont aussi proposées. Il est à noter que plusieurs d'etre elles sont présentées à l'insertion du DVD, mais qu'il est fort heureusement possible de passer directement au menu principal du disque en pressant la touche Menu de la télécommande.

Ric Meyers interview with Stephen Chow (27:54) est une entrevue fort intéressante du producteur/réalisateur et star du film par un spécialiste des films de kung-fu. Ce supplément, un des rares en Anglais, est à la fois intéressant et original par le ton décalé de l'entrevue. On est loin des entrevues habituelles où les journalistes cachent mal leur ego derrière une complaisance quasi-obséquieuse.

Dans le menu des suppléments, on trouve aussi Outtakes and Bloopers (4:45), un bêtisier plutôt sympathique, l'ensemble des spots télévisés utilisés pour la promotion du film aux États-Unis, et enfin une gallerie d'affiches du film dans différents pays.



Conclusion
Stephen Chow nous confirme son talent en nous offrant ici un véritable chef d'oeuvre de la comédie kung-fu. Le film est une complète réussite, à la fois drôle, beau et impressionnant. Cette édition, par son très bon niveau technique, rend justice à la très belle image et à l'envahissante bande-son du film. De plus, les suppléments sont nombreux, intéressants, et leur ton décalé change de ce qu'on a l'habitude de voir. Sony Pictures Classics nous livre ici un DVD parfaitement indispensable.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,3/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
4,2/5

Note finale:
4,3/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2005-08-10

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Panasonic PT-L500U, écran 92'' fait maison screen Goo, Lecteur DVD LG DV7832NXC (sortie composantes 1080i), Récepteur Denon AVR-1602, Enceintes Wharfedale Cinestar 30 (5 Vivendi Modus Cube + 1 PC-8), câbles Acoustic Research / PC avec Radeon et PowerDVD, moniteur 21'' Compaq P110

Le film

Titre original:
Gong Fu

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
98 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Sony Pictures Home Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Cantonaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Français
Anglais

Suppéments:
Commentaire du réalisateur et d'acteurs, Documentaires, scènes coupées, bêtisier, bandes-annonces, affiches

Date de parution:
2005-08-09

Si vous avez aimé...