Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Cats and Dogs

Critique
Synopsis/présentation
Diplômé de la USC School of Cinema-Television en 1996, Lawrence Guterman signe avec Cats & Dogs son deuxième film. En 1994, il réalisait Headless!
Cats & Dogs raconte l'histoire d'un professeur excentrique qui cherche désespérément à mettre au point un antidote pouvant anéantir toute allergie face aux chiens, ce dont est affligé son propre fils. Si l'élixir devait remplir ses promesses, l'équilibre affectif naturel que l'humain déploie envers les chats et les chiens s'en trouverait menacé. La race féline prépare une contre-offensive afin de tourner le tout à son avantage... C'est donc l'éternel combat entre le Bien (chiens), et le mal (chats)!
Après avoir produit quelques scènes additionnelles pour Antz en 1998, Guterman applique son savoir-faire dans la mise en scène d'un film où chats et chiens prennent la parole! Doctor Dolittle (1998) fait pâle figure aux côtés de ces bêtes plutôt volubiles! Techniquement parlant, nous avons droit à du travail bien fait et très réaliste: les sourcils se froncent, les yeux s'écarquillent et les expressions faciales se multiplient! On a même droit à un trio de chatons Ninja, aux mouvements empruntés aux techniques de combat de Keanu Reeves dans The Matrix (1999)!
Plusieurs techniques furent employées afin de donner vie aux animaux: de l'imagerie numérique (CGI) aux marionnettes robotisées. Mais malgré tous ces efforts, les plus observateurs discerneront les techniques utilisées. Parfois agaçant pour un auditoire adulte, il y a fort à parier que le public en bas âge ne pourra y discerner quoi que ce soit! De toute manière, c'est à cet auditoire que le film est destiné...
Appuyé par un scénario (John Requa & Glenn Ficarra) convenu mais éprouvé, on n'hésite pas (un peu à la manière de Shrek - 2001) de faire tout de même quelques clins d'oeil à un auditoire plus âgé.
Malheureusement, le jeu des personnages humains ne s'avère que peu convaincant. Toutefois, Tobey Maguire (Lou), Alec Baldwin (Butch), Sean Hayes (Mr. Tinkles), Susan Sarandon (Ivy) et Joe Pantoliano (Peek) prêtent leur voix de façon enjouée aux principaux animaux.


Image
Cat & Dogs est disponible en deux formats; une édition plein écran (4:3) et l'autre en format original 1.85:1 réalisé d'après un transfert anamorphique.
La définition est excellente; l'image est bien détaillée laissant apprécier les textures et détails (fourrure animale). L'image conserve un piqué surprenant tout au long du visionnement. La saturation des couleurs est plus qu'adéquate; celles-ci sont riches et naturelles tandis que les teintes de peaux demeurent justes en tout temps. Le contraste est correctement ajusté, aucun excès n'étant à déploré. La brillance est adéquate et constante. Appuyée par des noirs solides et des dégradés bien détaillées, Warner signe encore une fois un transfert d'une qualité.
L'ensemble est pratiquement absent de toute sur-définition des contours. Seul bémol: quelques parasites (points) visibles occasionnellement.


Son
Deux bandes-son sont offertes sur cette édition: anglaise (Dolby Digital 5.1) et française (Dolby Digital 5.1).
La son se déploie essentiellement des enceintes avant. Ces mixages sont d'un dynamisme assez percutant lorsque nécessaire en plus d'avoir une profondeur tout à fait acceptable. Les effets d'ambiophonie sont mis à contribution pour donner impact aux scènes d'action (l'attaque Ninja, par exemple) ou à la trame-sonore de John Requa et Glenn Ficarra. Les transitions canaux à canaux sont parfois saisissantes et contribuent à l'impact de plusieurs séquences. Les dialogues sont naturels et parfaitement intelligibles. Les basses sont correctement rendues mais rarement exploitées, tout comme le canal d'extrêmes graves (.1).
La version française offre sensiblement les mêmes caractéristiques. Un dynamisme restreint la différencie principalement de son homologue anglaise.
Des sous-titres anglais, français et espagnol sont offerts.


Suppléments/menus
D'entrée de jeu, vous devrez choisir votre clan: chats ou chiens? Selon votre sélection, l'apparence de la section Suppléments variera.
Animée par Sean Hayes (acteur), Lawrence Guterman (réalisateur ), Chris Defaria (producteur) et James Bissell (directeur de la production ), les commentaires audio ont été enregistrés de façon simultanée alors que les trois derniers intervenants étaient réunis. Sean Hayes est le plus discret des animateurs de cette piste, n'intervenant que lorsqu'il apparaît à l'écran. Dans l'ensemble, le ton se veut léger et teinté d'une bonne dose d'humour. On aborde certes la technique, mais on évite la jargon spécialisé pour privilégier la simplicité. Des raisons qui ont forcé l'abandon de certaines scènes aux défis qu'engendrèrent le travail avec des animaux, on aborde tout avec légèreté, de façon débridée. Rien de bien sérieux, il va sans dire, mais on lève tout de même le voile sur certaines interrogations que se posent les plus petits, comme les grands!
HBO First Look Special (13:54), comme la très grande majorité de ces vignettes, n'est rien d'autre qu'un long segment promotionnel. Animé par l'acteur Sean Hayes, on y aborde que superficiellement quelques aspects techniques entourant la réalisation du film. Entrecoupé d'entrevues et d'extraits, l'intérêt est limité. Seul point intéressant de ce supplément: les techniques de dressage employées.
Cast and Crew vient clore cette première partie des suppléments. On peut y voir les auditions secrètes de Mr. Tinkles (1:38) (à ne pas manquer!), alors que différents dessins conceptuels sont accessibles via la partie chiens.
Une comparaison scénarimages / film du chapitre huit (Three Ninjas) est ensuite proposée. Sans intervention, la séquence défile pendant 2:49, alors que les images et la prise finale sont présentées cote à cote. Simple et direct.
Teaching A New Dog New Tricks (5:58) est axé, comme son nom l'indique, sur les prouesses développées afin de donner vie au meilleur ami de l'homme. Composé d'entrevues, on aborde le travail des entraîneurs professionnels, des marionnettistes et des infographistes. Informatif mais répétitif.
La bande-annonce originale y est aussi accessible, tout comme quelques oeuf de Pâques. Cette fois, Mr. Tinkles prend la parole au nom du clan des chats (1:18), alors qu'une courte bande-annonce promotionnelle (0:55) est dissimulée dans le clan des chiens.




Conclusion
Profitant d'un transfert vidéo de très bonne qualité et de bandes-son Dolby Digital 5.1 anglaise et française décentes, Cats & Dogs saura répondra aux attentes du public auquel ce film est destiné. La consultation des suppléments ROM peut être ardue si vous utilisez comme système d'exploitation Windows Millenium. Il vous faudra télécharger un correctif logiciel, correctif qui dans notre cas ne nous a pas permis de visionner dans son intégralité la partie ROM de cette édition.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,4/5

Suppléments:
3,2/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,6/5
Auteur: Sylvain Bourdon

Date de publication: 2001-11-11

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 RCA ColorTrak, Récepteur Denon AVR-2800, Lecteur Denon DVD-1500, enceintes Nuance / Energy, câbles Monster Cable

Le film

Titre original:
Cats and Dogs

Année de sortie:
2001

Pays:

Genre:

Durée:
87 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Commentaire audio, 2 documentaires, filmographies, scénarimages, 2 bandes-annonce originales, suppléments ROM et oeufs de Pâques.

Date de parution:
2001-10-16

Si vous avez aimé...