Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

MacGyver (The Complete Second Season)

Critique
Synopsis/présentation
Son cerveau est l’arme ultime ! Oui, il s’agit bel et bien de MacGyver, qui est de retour dans cette deuxième saison aujourd’hui offerte en DVD. Suite à des ventes qui ont dépassées les meilleures pronostiques de la Paramount (à titre de comparaison, la première saison de Miami Vice se retrouve loin derrière dans le palmarès des meilleures ventes), cette dernière a mis très peu de temps à mettre en chantier la production de cette édition réunissant la totalité des épisodes de la seconde saison de cette série culte. À l’instar du coffret réunissant la première saison, il s’agit d’une édition un peu bâclée qui n’offre rien de plus que les épisodes présentés via des menus statiques. Mais au fond, en voulons-nous vraiment d’avantages en ce qui concerne MacGyver ?


Après une première saison boiteuse au possible, la série MacGyver fut marqué par quelques améliorations digne de mention lors de sa deuxième saison. Attention, il ne s’agit pas de révolutions en soit puisque les épisodes de cette deuxième saison sont très similaires à ceux de la première. C’est à dire que les intrigues et péripéties vécues par MacGyver sont toujours aussi débiles et que les dialogues sont plus simplistes que jamais. Dans l’ensemble, toutefois, quelques améliorations plus ou moins mineures rendent l’ensemble de la saison plus cohérente, et surtout plus distrayante. D’abord, tandis que les épisodes de la première saison débutaient pratiquement tous par une (longue) séquence d’aventure qui n’avait absolument rien à voir avec l’intrigue principale de l’épisode, ceux de la deuxième sont entièrement dédiés à une seule et même intrigue. Il s’agit d’une amélioration de taille puisque les histoires, aussi minces soit-elles, s’en trouvent tout de même un peu mieux développées. Après tout, il s’agit d’un bon huit minutes supplémentaire qui sont mises au profit de l’histoire, ce qui n’est pas négligeable du tout. Et considérant l’ineptie de ces séquences dans la première saison, il s’agit d’une très bonne nouvelle ne serait-ce que d’en être débarrassé. Aussi, l’on pouvait reprocher à la première saison son manque de personnages récurrents. Pour cette raison la série manquait d’interractions entre ses personnages puisque l’attention était uniquement portée sur MacGyver. Cette-fois, les personnages de Teri Hatcher et Dana Elcar (qui n’ont fait leur apparition que très tardivement au courant de la première saison) sont de retour en compagnie de quelques nouveaux visages et le moins que l’on puisse dire est que l’exploitation de personnages secondaires récurent rend la série un peu plus linéaire, un peu plus humaine.

Pour le reste, les intrigues des épisodes restent essentiellement les mêmes, c’est à dire inspirées des craintes terroristes et communistes de l’époque. La réalisation, peu importe qui la signe, est encore une fois maladroite et anonyme à la fois. À noter qu’encore une fois les auteurs de la série ont eu recours à des images de films à succès pour intégrer dans certains épisodes, une tactique qui fait toujours autant rigoler. De toute façon, on écoute MacGyver pour les prouesses du personnage, qui sont plus rocambolesques que jamais, plutôt que pour les histoires ou pour l’inventivité de la réalisation. Les fans de la première saison apprécieront sans aucun doute.


Image
La série est offerte au format d’image respecté de 1.33:1 (plein cadre), d’après un transfert 4:3.

Ce transfert est très similaire à celui de la première saison, ce qui, vous vous en souviendrez, n’est pas une bonne chose. La définition générale est correcte, mais sans plus. Les détails tout comme les textures sont présentés avec le maximum de précision possible considérant l’état du matériel source (sur lequel nous reviendrons plus tard), mais il n’empêche que la netteté n’est pas toujours au point. Les manques de piqué sont nombreux, particulièrement dans les gros plans. Il en résulte une image d’apparence douce (soft). Le rendu des couleurs laisse lui-aussi à désirer. Les couleurs sont d’apparence terne et désaturée. La restitution est elle-aussi douteuse et respecte de peine et de misère le cercle chromatique. On remarque aussi des débordements évidents. Un minimum de correction chromatique aurait pu et du être apporté pour améliorer le rendu des couleurs. La brillance fluctue beaucoup, allant des noirs un peu mou jusqu’aux noirs carrément grisâtre qui atténuent les contrastes. Inutile de dire que le contraste aurait également pu être accentué… Les parties denses manquent de précision et bloquent beaucoup trop rapidement.

Dans l’ensemble, le matériel source employé pour le transfert était dans un état tout juste potable. Les anomalies y sont nombreuses et évidentes, que ce soit des égratignures, des taches, des points blancs ou du grain. Heureusement, la partie numérique est-elle irréprochable. Elle est exempte de tout défaut de compression ou de numérisation.


Son
Cette édition ne propose qu’une bande-son anglaise de format Dolby 2.0 Stéréo. Il s’agit en fait du mixage original monophonique qui, pour l’occasion, a été reproduit sur deux canaux plutôt qu’un seul. Aucun sous-titrage n’est offert, mais il y a des sous-titres encodés pour malentendants (close captioning).

La dynamique ainsi que la profondeur de ce mixage sont très faible, même en considérant l’âge de la série. À tout le moins, la présence est-elle acceptable. L’ensemble des éléments sonores sont bien mixés et équilibrés, les niveaux sont parfaitement bien gérés. Le hic, c’est que ces éléments ne sont pas toujours très nets, leur sonorité varie de la distorsion évidente (lire agaçante) au son carrément étouffé. Inutile d’insister sur le fait que la fidélité sonore en générale est un peu déficiente. Les dialogues manquent de naturalité et sonnent un peu sourd parfois, mais leur intelligibilité n’est jamais remise en question. La musique est bien intégrée mais les basses trop molles ne lui rendent pas justice. Puisqu’il s’agit d’un mixage monophonique, les deux canaux stéréophoniques ne présentent aucune séparation ni de transitions sonores.


Suppléments/menus
À l’instar de la première saison, il n’y en a aucun.



Conclusion
Les consommateurs qui ont apprécié la première saison de MacGyver en DVD ne voudront probablement pas passer à côté de cette deuxième saison. Malgré que le transfert laisse à désirer et que la bande-son ne soit rien de plus que fonctionnelle, le prix demandé (moins de 35$ CA) fait de ce ce coffret de six disque un rapport qualité/prix des plus intéressant.


Qualité vidéo:
2,0/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
3,2/5

Note finale:
2,8/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2005-06-08

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
MacGyver

Année de sortie:
1986

Pays:

Genre:

Durée:
1046 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
6 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
aucun

Date de parution:
2005-06-07

Si vous avez aimé...