Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Resident Evil : Apocalypse (UMD)

Critique
Synopsis/présentation
Première critique d’un film au Format UMD, donc lisible sur la console portable de SONY, la PSP.
Ces critiques sont faites basées sur deux conditions différentes :
La première, en situation réelle, dans un metro ou dans un parc avec écouteurs et sur la batterie, la seconde, qui serait la situation confort, sur un socle, alimentation électrique (et donc niveau de luminosité 4, indisponible via les batteries), et enceintes de bureau externes (Creatures II de JBL).
Si nos salles de cinéma maison sont dans un environnement contrôlé, la petite console de Sony s’utilise n’importe où. Il nous semblait donc impératif de contrôler en plus des qualités techniques intrinsèques des transferts comment ces éditions se comportaient en situation réelle d’extérieur. Si des problèmes majeurs entre ces deux modes d’utilisation se manifestaient nous vous en ferions part.

Si le film n’est pas très bon, c’est néanmoins un choix idéal pour étrenner ces nouvelles critiques. Resident Evil : Resurection est en effet aussi proche du monde des jeux vidéos que son nom l’indique. Le film est entièrement construit sur une approche de « niveaux », et le scénario un vulgaire prétexte pour admirer des scènes d’action qui compensent une testostérone par citernes entières par la beauté toute en jambe d’une Milla Jovovitch massivement dénudée durant toute la durée du film. Ce film n’est qu’un prétexte à d’innombrables scènes d’actions contre des zombies, bipède ou quadrupèdes infectés par un virus développé par uns multinational toute-puissante. Ce genre très fragmenté et peu demandant en terme d’attention est parfait pour le format PSP, en espérant seulement que ce genre de cinéma de série B ne sera pas exclusif sur ce format. Mais à la vue du catalogue disponible et des sorties annoncées nous pouvons nous attendre à avoir accès à des sorties dépassant les intérêts des joueurs purs et rejoignant ceux des cinéphiles.



Image
Comme pour la majorité des éditions UMD disponibles actuellement, l’image a été redimensionnée afin d’exploiter au mieux les caractéristiques de taille de l’écran, réduisant ainsi le format 2:35:1 au format PSP de 1.78:1. Cette modification reste néanmoins assez discrète et n’affecte pas réellement le film en tant que tel.
Naturellement la jeunesse du film garantie un interpositif exempt de tous défauts, et un transfert offrant une qualité d’image que l’écran LCD de la PSP sait très bien mettre en valeur. L’image est très nette, offrant de nombreux détails et des textures très réallistes. Le film, bien que teinté du début à la fin par un bleu épais, offre une des couleurs plutôt justes qui ne souffrent jamais de débordement ni de problème d’Étalonnage sur toute la durée du programme.
Ce film se déroule principalement dans des environnements sombres, et bien que réglée à son taux de luminosité maximal en mode batterie (3), seul le réglage une fois sur secteur réussissait à rendre grâce des nombreux détails et dégradés des parties sombres. Les noirs quant à eux restaient profonds.
Digne des meilleures productions DVD actuelles, cette édition ne présente aucun défaut évident de transfert, permettant ainsi à la PSP de se montrer sous son meilleur jours dans ses caractéristiques de lecteur multimédia portable.



Son
Les formats autres que Stéréo n’ayant pas leur place sur ce format, ce ne sont pas moins de 4 bandes sons qui sont offertes, Anglaise, Française, Italienne et Espagnole.

Ces bandes sons stéréo bien qu’un peu limitative étant donné le genre du film (qui nous habitue plus a des déploiements massifs d’effets d’infrabasse et d’arrière) réussissent néanmoins a plonger dans l’action par leur propreté et leur dynamisme. Qu’il s’agisse des enceintes de bureaux avec sub ou bien du casque, ces bandes sons offrent un dynamisme tout à fait satisfaisant. Les dialogues sont « malheureusement » toujours parfaitement mis en avant et l’ensemble du mix de son est assez convainquant pour faire oublier que l’on écoute de la stéréo pure.
Les basses restent naturellement en deçà d’une version avec un canal discret d’infrabasse, mais elles savent néanmoins conserver un punch suffisant pour marquer les moments d’actions les plus importants, et naturellement les nombreuses détonation qui ponctuent les dialogues discutés précédemment.
Ne présentant aucun problème et conservant même un peu de punch pour surprendre, cette bande son est tout à fait satsifaisante.
Il convient de noter la présence de très nombreux sous titrages, qui sont dans l’ordre : Anglais, Danois, Finnois , Norvégiens, Suédois, portuguais et Espagnols, sauront plaire un vaste bassin Européen sans avoir à se préoccuper des zones utilisées par les éditions DVDs.



Suppléments/menus






Conclusion
Bien que d’un intérêt plutôt moyen, ce film convient parfaitement au format portable de la PSP. La qualité technique est au rendez vous, même si l’on déplore que certains détails ne sont visibles qu’en mode de luminance alimentée.
Si vous cherchez un produit pour montrer les qualités de l’écran de votre console, ou si vous aimez voir des femmes en serviette de bain tirer de gros pistolets, cette édition sera forcément pour vous.



Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Thomas Geffroyd

Date de publication: 2005-09-21

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Resident Evil : Apocalypse

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
94 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Sony Pictures Home Entertainment

Produit:
UMD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Française Dolby 2.0 stéréo
Italien Dolby 2.0 stéréo
Espagnole Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais
Portugais
Espagnol

Suppéments:
-

Date de parution:
2005-06-28

Si vous avez aimé...