Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Better Off Dead

Critique
Synopsis/présentation
Mis à part les vêtements couleurs fluorescentes, les formations musicales où le clavier électronique dominait et les coupes de cheveux défiant la gravité on se souvient aussi des années quatre-vingt comme étant une décennie marquée par un genre cinématographique bien précis: la comédies romantique destinée aux adolescents.
Produit en 1985, Better Off Dead nous plonge dans l'univers de Lane Myer (John Cusack), un jeune adolescent dont la vie vient de basculer. Abandonné sans scrupule par sa petite amie (Amanda Wyss) au profit d'un instructeur de ski (Aaron Dozier), Lane n'envisage qu'une solution à sa pénible situation : le suicide. Celui-ci tente alors par tous les moyens de mettre fin à sa vie, sans grand résultat. Après plusieurs tentatives infructueuses, Lane fait la connaissance de Monique (Diane Franklin), une étudiante venue de France. Avec l'aide de la belle étrangère, le jeune homme vivra plusieurs aventures visant à regagner le coeur de son ancienne petite amie. Jusqu'au jour où il découvre le vrai visage de celle qu'il croyait aimer à tout prix...
Better Off Dead répond, sans contre-dit, a toutes les conventions du genre. Premièrement le fil scénaristique est typique : l'histoire traite des relations amoureuses entre adolescents et des situations plus ou moins cocasses qui en découlent. Deuxièmement Better Off Dead est un bel exemple du type de personnages que l'on voyait au fil des comédies des années quatre-vingt. À l'image de Matthew Broderick dans Ferris Bueller's Day Off ou de Patrick Dempsey dans Can't Buy Me Love, John Cusack interprète ici un jeune homme ingénieux mais gaffeur qui est plus ou moins adapté à son groupe social. Dans un même ordre d'idées, il est facile de dresser des ressemblances marquées entre les jeunes femmes gravitant autour de Lany Myer et celles tournant autour des protagonistes des autres films l'époque. Finalement, et surement un des traits les plus révélateurs, ce film se conclu sur une note hyper-moralisatrice. Better Off Dead lance les mêmes messages d'amour et de confiance en soi que nous livraient les Breakfast Club, Pretty in Pink et Sixteen Candles....
Sur un plan strictement cinématographique, on doit reprocher à Savage Steve Holland une réalisation manquant d'éclat et très peu inspirée. Ces manques furent fatals pour le réalisateur. Bien que le genre fût un véritable tremplin pour plusieurs réalisateurs dont John Hugues et même Chris Colombus, Holland ne fit jamais sa marque dans le cinéma Hollywoodien et dû se retourner vers la télévision.


Image
Better Off Dead est présentée au format respecté (1.85:1) d'après un transfert vidéo anamorphosé.
L'état de conservation du matériel source utilisé en vue d'un transfert vidéo sera toujours un des facteurs important conditionnant le rendu de l'image. Malheureusement, l'interpositif utilisé pour cette édition est de médiocre qualité. On remarque la présence continuelle de grain et plusieurs égratignures viennent nuire à la présentation.
La définition générale du transfert laisse de plus totalement à désirer. L'image manque de précision, est trop douce et n'offre pas un niveau de détail optimal. De plus, les couleurs paraissent délavées et atténuées, un signe évident du veillissement prématuré de l'interpositif. Les dégradés, souvent grossiers, manquent de détails en plus des parties sombres qui tendent à foumiller quelque peu. Les noirs n'ont quant à eux pas toujours l'intensité et la profondeur désirées.
Il va sans dire qu'aucun travail de restauration n'a été fait. Le potentiel commercial de ce titre catalogue a probablement incité Paramount à ne faire que le stricte minimum.
Notons toutefois l'absence de sur-définition des contours et de problèmes reliés à la compression.


Son
Cette édition est uniquement complètée d'une bande sonore anglaise Dolby Digital 2.0 stéréo (le mixage original).
À l'instar de la présentation visuelle, la bande-son manque cruellement de dynamisme. L'image stéréophonique est limitée au point où on croirait faire l'écoute d'un enregistrement monophonique. La fidélité de la bande-sonore laisse également à désirer. Notons toutefois que les dialogues sont toujours nets et intelligibles. Peu de basses marquent ce mixage ce qui nuit grandement à l'impact des pièces musicales.
Déplorons l'absence à la fois d'un doublage et de sous-titres en français. Des sous-titres en anglais (cc) sont toutefois disponibles.


Suppléments/menus
Il y a vraiement peu à dire car aucun supplément ne complète cette édition; ni même des filmographies, des biographies ou la bande-annonce originale.



Conclusion
Ceux marqués par les comédies hollywoodiennes des années 80 auraient pu revoir avec plaisir Better Off Dead. Malheureusement, les faibles qualités techniques de cette édition en font un produit de piètre qualité....


Qualité vidéo:
2,0/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
2,0/5

Note finale:
2,0/5
Auteur: Steve Tremblay

Date de publication: 2002-07-20

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Samsung HCL5515W, Récepteur Harman/Kardon AVR310, Lecteur DVD Panasonic RP91, enceintes Cerwin Vega, câbles Accoustic Research

Le film

Titre original:
Better Off Dead

Année de sortie:
1985

Pays:

Genre:

Durée:
97 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Aucun

Date de parution:
2002-07-20

Si vous avez aimé...