Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Best In Show

Critique
Synopsis/présentation
Paru discrètement sur grand écran en septembre 2000, Best in Show se veut une parodie moqueuse et légèrement sarcastique des concours de club canin. Mis en scène par le réalisateur/comédien Christopher Guest, celui-là même nous ayant offert en 1996 la comédie Waiting for Guffman, Best in Show se révèle un genre de comédie mêlant habillement le sérieux d'un documentaire à la dérision d'un sujet absurde.
Alors que le jour fatidique du concours annuel Mayflower Kennel Club's Dog Show approche à grands pas, le pseudo-documentaire s'attarde plus particulièrement sur cinq couples propriétaires de chiens de race se préparant pour l'événement. Et, bien évidemment, ces participants sont tous plus pathétiques et ridicules les uns que les autres et ne vivent que pour une seule raison: décrocher le prisé médaillon bleuté "1st Prize -- Best in Show". Ainsi, les compétiteurs vont du couple de yuppies hystériques et sexuellement frustrés (Parker Posey et Michael Hitchcock) au pêcheur solitaire adepte d'anecdotes puériles (Christopher Guest), en passant par le couple gay extraverti (John Michael Higgins et Michael McKean) et le couple de lesbiennes non-avouées composé de la réplique parfaite d'Anne Heche (Jane Lynch) et de la femme-objet aux lèvres et seins siliconés (Jennifer Coolidge). Mais cette distribution ne serait parfaite sans l'ajout du couple marié sacro-quétaine interprété par les excellents comédiens que sont Catherine O'Hara et Eugene Levy. Tout ces personnages, quoique ayant des personnalités fort différentes, possèdent néanmoins tous un point en commun; un amour inconditionnel voué à leur compagnon canin. Au fil de Best in Show, nous suivons leurs imbroglios quant à leur préparation, au départ et à l'arrivée à Philadelphie jusqu'au déroulement du concours en tant que tel. Mais qui remportera donc le fameux ruban du Mayflower Kennel Club couronnant le meilleur chien de la planète?... Pathétique, ridicule, mais drôlement efficace...
La force principale de Best in Show réside dans la création de personnages invraisemblables, bien définis et totalement différents, ainsi qu'au sein de dialogues humoristiques versant fréquemment dans la subtilité et le double-sens (les connotations sexuelles y jouant pour beaucoup). La caméra instable et les entrevues personnelles durcissent le côté documentaire, alors que les actions et paroles des participants abreuvent le côté satirique et humoristique. Comment ne pas éclater de rire devant les remarques imbéciles et colorées de Buck Laughlin (Fred Willard), un des deux commentateurs de l'événement, celui-ci agrémentant ses propos par des blagues tout à fait déplacés. Ou lors de la crise d'hystérie de Meg Swan (Posey) avec le vendeur d'articles pour animaux, celle-ci recherchant un jouet particulier pour son chien. Ou lors de l'emménagement des Fleck dans un local d'entretien de l'hôtel, leur carte de crédit ayant été refusée lors de leur arrivée. Tant de scènes ridicules égratignant habillement les concours canins, et surtout leurs participants bigarrés..


Image
Pour des raisons de style, ce film fut tourné à l'aide de caméras Aäton Super 16 et sur négatif 16 mm, de sorte que, malgré la grande stabilité du système de traction de ce type de caméras, l'image possède une définition inférieure aux productions tournées en 35mm. En vue de la projection du film en salles, Best in Show subit un gonflage (blow-up), soit un procédé consistant à agrandir les images d'un film sur une pellicule de format supérieure (dans le cas présent, tirer sur pellicule 35 mm un film tourné en 16 mm).
C'est d'ailleur à partir d'un interpositif 35mm que l'on a préparé le transfert vidéo (anamorphique) de cette édition. Le gonflage (blow-up) du matériel source est évident et laisse fortement paraître le grain de la pellicule. Combiné à un léger effet de tremblements (shimmering) lors de quelques scènes et une modeste surdéfinition des contours, la définition générale de cette édition n'est point optimale. Toutefois l'image présentent des couleurs vives et justement rendues et des tons de peau naturels. Les parties sombres sont bien détaillées et les noirs purs.
On ne remarque aucun parasites ou artéfacts (points blancs, etc.).



Son
La présente édition de Best in Show propose l'écoute de la version originale anglaise du film en format Dolby Digital 5.1. Fidèle au style documentaire du film, la bande-sonore principale demeure essentiellement monophonique et aucunement agressive. Best in Show se veut une oeuvre principalement axé sur les dialogues, ceux-ci demeurent en tout temps intelligibles et agréablement rendus.. L'usage des canaux arrières est inexistant, de même que pour le canal de basses fréquences (.1 LFE). Bien que le recours à ces canaux ne soit point requis pour ce genre de film, certaines scènes auraient pour le moins bénéficier d'une spatialité et présence accrue.
Encore une fois, Warner Bros récidive en offrant une bande-sonore française en format Dolby Digital 5.1, aux caractéristiques semblables à la bande originale. Il y a option de sous-titrage anglais et français au sein de cette édition.


Suppléments/menus
Bien que peu nombreux, les suppléments de cette édition DVD présentent néanmoins des attraits supérieurs aux simples "featurettes" dont les vertus sont uniquement publicitaires.
La section des suppléments débute par la présence d'une piste de commentaires audio du réalisateur Christopher Guest et du co-scénariste Eugene Levy. Plutôt que de se contenter de raconter des blagues anodines, Guest et Levy proposent des informations intéressantes sur la production du film, le développement du projet, ainsi que des anecdotes de tournage. Malgré leur nature humoristique, les deux acteurs s'en tiennent à ce que devrait être une piste de commentaires, soit des informations additionnelles sur le film et non un prétexte donnant l'occasion de s'amuser.
Suit la possibilité de visionner plus de 17 scènes retranchées au montage. L'intérêt pour ces scènes demeure variable, passant allègrement d'ennuyant à hilarant. Parmi les scènes les plus cocasses mentionnons Harlan at Original Cabin (4), Hair on the Knees (11) et Leslie and Buck (17). La plupart de ces scènes constituent en fait des extraits coupés d'entrevues avec les participants de ce pseudo-documentaire. Soulignons que la totalité de ces scènes retranchées peuvent être écoutées, si désiré, avec commentaires audio de Levy et Guest. Finalement, ce titre offre la bande-annonce originale (anamorphique, Dolby Digital 2.0 Surround), ainsi que deux sections (pourquoi deux?) donnant la biographie et filmographie des acteurs et artisans.



Conclusion
Voilà une rafraîchissante comédie satirique qui a su capitaliser avec justesse sur le ridicule des expositions canines. Best in Show est un divertissement de qualité qui fait appel à l'intelligence du spectateur, ou du moins son sens critique, tant certaines séquences du film sont pathétiques.
Malgré des réserves sur les qualités visuelles et sonores de cette édition, ce titre vaut à tout le moins une location, bien que son coût modeste favorise plutôt l'achat.



Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
3,4/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Alexandre Caron

Date de publication: 2001-05-14

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40F80, Récepteur certifié THX-Ultra, THX-EX, Dolby Digital 6.1, DTS-ES Discrete Denon AVR-4802, Lecteur DVD-Audio / DVD-Video Toshiba SD-4700, enceintes PSB et central Paradigm Reference, câbles Monster Cable (calibre 12).

Le film

Titre original:
Best In Show

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
90 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Piste de commentaires, scènes retranchées, bande-annonce

Date de parution:
2001-05-15

Si vous avez aimé...