Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

We Were Soldiers

Critique
Synopsis/présentation
Après avoir joué les héros d'un soulevement écossais (Braveheart) et de la guerre d'indépendance américaine (The Patriot), voilà que Mel Gibson remet ça, cette fois-ci dans le conflit opposant les États-Unis au Vietnam du Nord. Est-ce l'objectif de Gibson de jouer les héros dans toutes les grandes guerres de ce monde ? Qui plus est, le rôle qu'incarne l'acteur dans We Were Soldiers n'est pas tellement différent de ceux qu'il a interprété dans The Patriot ou Braveheart. Un soldat noble au c?ur pur, au prise avec un conflit qu'il n'a pas voulu ou sur lequel il n'a aucune emprise. Il n'y a que l'environnement qui change?

Mel Gibson incarne donc cette fois le Lieutenant Colonel Hal Moore, un soldat charismatique qui a pour mission de diriger la première frappe guerrière américaine d'envergure au Vietnam du Nord. Largués dans un environnement qui leur était inconnu et face à des ennemis complètement étrangers, les américains subirent de lourdes pertes dans ce qui constitue l'une des plus violente bataille livrée par l'armée de terre américaine.

D'après le véritable Lieutenant Hal Moore, auteur du livre We Were Soldiers Once? And Young à partir duquel est basé le film, aucune oeuvre issue de Hollywood n'a réussi à ce jour à représenter de façon crédible la guerre du Vietnam. Pas même le Full Metal Jacket de Stanley Kubrick, ni le Platoon d'Oliver Stone, ce dernier ayant pourtant participé lui-même à cette guerre en tant que soldat? Le Lieutenant Moore reprochait à toutes ces productions de donner une fausse représentation des guerriers américains en ne montrant que le côté sale de la guerre du Vietnam, au détriment des actes d'héroïsmes qui auraient pu s'y produire. We Were Soldiers tente de rectifier le tir et ne s'attardant qu'à l'héroïsme et au courage des combattants. Mais n'en déplaise au lieutenant Moore, We Were Soldiers ne figurera jamais dans les anales du film de guerre comme étant une ?uvre particulièrement réussie? Tout d'abord, si les Platoon, Apocalypse Now ou Full Metal Jacket tiennent des discours sombres, c'est bien parce que chacun de ces films se voulaient porteur d'un message politique ou social, et qu'incidemment la guerre du Vietnam, vu avec le recul, était une guerre sale et difficilement justifiable. Si We Were Soldiers veut célébrer la bravoure des soldats, il n'en demeure pas moins que le film n'est pas représentatif de l'ensemble du conflit. À ce jour, des réalisateurs tels que Terrence Malick ou Oliver Stone se sont efforcés de condamner les guerres. En tentant à tout prix de glorifier les soldats, We Were Soldiers glorifie du même coup la guerre elle-même, ce qui laisse perplexe sur les intentions des auteurs.

De toute façon, pour atteindre le spectateur, encore aurait-il fallu qu'il soit réalisé de façon convaincante. Or, il n'en est rien. Randall Wallace, le scénariste à qui l'on doit l'exécrable Pearl Harbour, n'a rien d'un réalisateur. Il se contente de planter sa caméra un peu n'importe où, sans imagination aucune, pour filmer platement l'action à l'écran. Il failli à instaurer un rythme et s'approprier l'espace cinématographique. De plus, sa mise en situation, qui vise à nous identifier avec les protagonistes, apparaît lamentable de par son discours moralisateur et pompeux. Incidemment, le reste du film ne réussit pratiquement jamais à nous émouvoir. Seules les séquences où les femmes des soldats reçoivent les télégrammes annonçant la mort de leur mari démontrent une certaine efficacité. En fait, si le film ne sombre pas dans un gouffre monumental, c'est surtout grâce à la contribution de l'équipe responsable des effets visuels. Grâce à eux, le film s'avère assez crédible. Dommage seulement qu'un réalisateur plus chevronné n'ait pas eu la chance d'apporter un peu d'inventivité à cette mise en scène. Ultimement, We Were Soldiers est un film banal qui n'apporte strictement rien de neuf à un genre mainte fois exploré.


Image
Ce film nous est offert au format respecté de 2.35:1, et ce d'après un transfert anamorphique et numérique.

Dans l'ensemble, l'image est d'une définition tout à fait satisfaisante. Les détails et surfaces sont reproduits avec précision, sans jamais aucun manque de piqué. Les couleurs, souvent vives et saturées, sont pleinement reproduites mais sans appui excessif ou débordement. La luminosité est sans reproche, aucune fluctuation n'est à déplorer. Quant aux contrastes, ceux-ci semblent légèrement occasionellement sur-accentués, ce qui a tendance à bloquer un peu trop rapidement les parties sombres dont les dégradés manquent parfois de subtilité. Les noirs sont toutefois intenses et profonds, nous ne remarquons aucune trace de fourmillement.

Une sur-définition des contours parfois excessive est parfois observable, laissant ainsi entrevoir de subtils halos. Aucun défaut lié à la compression n'est visible.


Son
Vous retrouverez avec cette édition deux bandes-son anglaises (Dolby Digital 5.1 EX et 2.0 Surround) ainsi qu'un doublage français (Dolby Surround 2.0).

La qualité du mixage anglais Dolby Digital 5.1 EX est époustouflante ! Le dynamisme sonore est à couper le souffle et l'espace sonore est des plus immersif. Le champ-sonore se déploie avec force de tous les canaux, créant un environnement ample et tout à fait crédible. Les effets d'ambiophonies sont employés de façon fort compétente nous bombardant d'effets localisés plus qu'efficaces. Les transitions de canaux sont également réussies. Dans tout ce boucan, les dialogues sont en général nets et intelligibles. La trame-sonore est intégrée de façon efficace et subtile, tout en retenue. Il n'y a aucune envolée musicale excessive agaçante. Les basses sont profondes et agressives, tandis que le canal .1 (LFE) profite d'une utilisation appuyée et intense.

Quel dommage que le doublage français ne soit offert qu'en Dolby Surround 2.0. Le dynamisme et la richesse de l'environnement sonore s'en retrouve grandement négliger. Seuls des sous-titres anglais sont offerts.


Suppléments/menus
Cette édition n'offre pas un lot très impressionnant de suppléments, mais leur qualité compense néanmoins pour cette quantité limitée. Tout d'abord, on nous offre un excellent documentaire de 25 minutes intitulé Getting It Right. Malgré sa durée relativement courte, ce documentaire synthétise fort bien les enjeux de cette production, tant au niveau humain que technique. Les informations révélées sont concises et pertinentes. Seul petit bémol, la complaisance avec laquelle les auteurs affirment qu'aucun film hollywoodien avant celui-ci n'a réussi à reproduire aussi fidèlement l'expérience de la guerre du Vietnam...

Suit ensuite une piste de commentaires audio animée par le réalisateur et scénariste Randall Wallace. Plutôt que de s'attarder sur les aspects techniques du tournage, l'animateur discute du scénario, des personnages ainsi que des enjeux historiques. Au passage, il souligne le travail des artisans. Si cette piste n'est pas toujours enlevante, on ne peut que souligner la sincérité du réalisateur au sujet de ce film.

Vous retrouverez finalement une dizaine de scènes inédites, chacune offerte avec option de commentaires audio du réalisateur. Bien qu'aucune de ces scènes n'apportent d'information vitale au récit, quelques-unes d'entres elles offrent de bon moment. Curieusement, la bande-annonce originale n'est pas présente avec cette édition.



Conclusion
We Were Soldiers n'est pas sans rappeler le Black Hawk Down de Ridley Scott. Les deux films sont l'évocation d'une expérience guérrière sanglante et viscérale, porteur d'un discours militariste et patriotique. Mais tant We Were Soldiers que Black Hawk Down faillissent à être plus cela... À tout le moins, le film de Ridley Scott était plus stimulant visuellement.

Quoi qu'il en soit, les aspects strictement techniques de cette édition ont tout pour plaire, que ce soit pour l'image, le son et dans une moindre mesure les suppléments.


Qualité vidéo:
3,9/5

Qualité audio:
4,5/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
3,9/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2002-08-23

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
We Were Soldiers

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
138 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaire, piste de commentaires audio et 10 scènes coupées.

Date de parution:
2002-08-20

Si vous avez aimé...