Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Perfect Storm, The

Critique
Synopsis/présentation
Avant d'être un film, The Perfect Storm fut d'abord un excellent livre écrit par Sebastian Junger. Paru en 1998, The Perfect Storm fut rapidement en tête de liste des ventes, non sans raisons d'ailleurs. Sebastian Junger a su admirablement décrire les événements de 1991, alors qu'une des plus fortes tempêtes du siècle dernier sévissait dans l'Atlantique Nord. L'auteur n'a pas que simplement raconté un récit factuel et froid, il nous a plongé dans l'univers des gens ayant vécu ces événements, plus particulièrement un groupe de pêcheurs prit dans les tourments de la tempête.
L'adaptation de ce livre au grand écran était un formidable défi, le pari est-il réussi? En partie. La magie des effets spéciaux sert bien ce film, soit à recréer avec le plus de réalisme possible une tempête d'une telle intensité. ILM (Industrial Light and Magic), responsable des effets spéciaux CGI a donné un style à la tempête (vagues, nuages, eau) qui bien qu'impressionnants, semblent parfois manqué de naturalité.
Un film, pour être une oeuvre entière, ne peut que s'appuyer sur des artifices visuels; une intensité humaine doit se dégager. Et c'est là que The Perfect Storm n'atteint pas les sommets du roman de Sebastian Junger.
Bill Wittliff, le scénariste, a calqué son scénario sur le livre, en relatant en parallèle plusieurs histoires: la vie à Gloucester, le village côtier d'où sont originaires les pêcheurs, une famille prise au piège de la tempête sur un voilier et une mission de sauvetage pour tenter de les sauver, une station météorologique, mais surtout l'équipage de l'Andrea Gail face à la tempête. On prend soin de mettre en situation la vie de ces pêcheurs et les difficultés que vivent ces gens; problèmes familiaux, difficultés de rentabiliser les voyages de pêche en haute-mer, etc.. Les rôles principaux sont interprétés par George Clooney (Billy Tyne), Mark Wahlberg (Bobby Shatford), John C. Reilly (Dale "Murph" Murphy), Diane Lane (Christina "Chris" Cotter) et Mary Elizabeth Mastrantonio (Linda Greenlaw) . Un jeu d'acteur dans le ton, George Clooney est tout à fait crédible dans le rôle de capitaine.
On dit au début du film que l'histoire est basée sur des faits vécus, ce qui est vrai. Précisons par contre que lorsque les pêcheurs de l'Andrea Gail entrerent dans l'oeil de la tempête il n'y eu plus de contact radio, les derniers moments de l'Andrea Gail tel qu'ils sont présentés dans ce film sont purement hypothétiques.


Image
Présenté en format original 2.35:1, ce transfert est anamorphique. La définition est excellente, avec tout le piqué attendu d'un transfert de qualité. Les couleurs sont justement rendues, les tons de peau sont naturels. On ne remarque aucun débalancement chromatique. Contraste et brillance sont à point. Beaucoup des scènes de The Perfect Storm se déroule la nuit ou dans la pénombre. Heureusement, ce transfert laisse percevoir tout les détails sans jamais bloqué dans les parties sombres, une belle finesse.
On remarque une sur-définition des contours minime à quelques occasions mais jamais distrayante. Il y a très peu de trace de compression, pour ainsi dire aucune. Les éléments visuels (eau, vague, pluie, fumée) constamment en mouvement étaient propices à des problèmes de compression. Warner à fait un très beau travail, il n'y a pour ainsi dire aucune trace de compression. Nous n'avons remarqué aucun parasite visuel.


Son
Il y a deux bandes-son sur cette édition; l'une anglaise Dolby Digital 5.1 EX et l'autre française Dolby Digital 5.1.
La bande-son anglaise EX est dynamique et bien spatialisée. Les effets d'ambiophonie sont utilisés abondamment, notamment pour l'enceinte centrale arrière. L'intégration des divers éléments sonores est fait avec soin, cette bande-son a une subtilité étonnante. La pompeuse trame-sonore de James Horner est appuyé mais jamais criarde. On remarque une utilisation active du canal .1 (LFE), avec des basses allant en deçà des 25 Hz. Malgré un ensemble d'éléments sonore, les dialogues demeurent nets, intelligibles et naturels. Les dialogues n'ont pas une sonorité dite ADR (Automatic Dialogue Replacement).
Warner offre sur cette édition une bande-son française Dolby Digital 5.1; comme pour la bande anglaise, celle-ci est active et puissante, mais ne possède pas la même naturalité. Mais là est la nature de tout doublage. Belle initiative, on a inclu des sous-titres anglais et français.



Suppléments/menus
Il y a pas moins de trois pistes de commentaires audio sur cette édition. La première est du réalisateur Wolfang Petersen et J.M. Kenny (producteur de ce DVD). J.M. Kenny oriente la discussion en posant des questions au réalisateur, on s'attarde surtout sur les éléments entourant la production et réalisation du film. La deuxième piste est de Stefen Fangmeier et Helen Elswit, responsables des effets spéciaux. Cette piste est très technique, elle plaira aux plus passionnés seulement.
La troisième et dernière piste est celle qui nous a paru la plus instructive des trois. Sebastian Junger, auteur du livre sur lequel est basé le film nous fait partager tout le travail de recherche qu'il a fait, un bon complément d'information.
En première partie des suppléments, un documentaire de HBO: HBO First Look Special. D'une durée de vingt minutes, ce documentaire réalisé à des fins promotionnelles n'est pas dénudé d'intérêt. Sont entrecoupé interviews avec les artisans, document authentiques, acteurs au travail, réalisations des effets spéciaux.
Suit en deuxième partie Withnesses of the Storm, un segment de cinq minutes où des gens de Gloucester se remémorent la tempête de 1991. On regrette que ce segment soit si court... En troisième partie, Creating an Emotion (4 minutes). On y voit le compositeur James Horner au travail lors de l'enregistrement de la trame-sonore en plus de ces commentaires sur son approche face à ce film.
Suit une galerie d'images des dessins conceptuels, parfois très beaux. On a eu la judicieuse idée chez Warner de faire commenter ces dessins par le réalisateur. Une galerie d'images peut être un document aride et fastidieux, les commentaires de Wolfgang Petersen rendent ce document dynamique. Puis il y a une deuxième galerie d'images montrant des scènes du film accompagnées du thème musical (John Mellancamp) de The Perfect Storm. Finalement, il y a la bande-annonce originale, une publicité pour la trame-sonore, des notes biographiques et des scénarimages.




Conclusion
Une édition d'une belle facture. L'aspect de l'image comme les bandes-son sont impressionnants. Les suppléments complètent bien le film quoiqu'un documentaire complet sur la tempête de 1991 nous aurait plu.
Si le visionnement de ce DVD pique votre curiosité, nous vous suggérons fortement de faire la lecture du livre de Sebastian Junger.


Qualité vidéo:
4,5/5

Qualité audio:
4,2/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
4,3/5

Note finale:
4,3/5
Auteur: Mathieu Daoust

Date de publication: 2000-10-29

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40X81, Récepteur Pioneer Elite VSX-07 TX, Lecteur DVD Pioneer Elite DV-37, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Perfect Storm, The

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
129 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Français

Suppéments:
Documentaires, bandes-annonces, scénarimage, galerie d'images, piste de commentaires audio, partie ROM.

Date de parution:
2000-11-14

Si vous avez aimé...