Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Dead Snow 2 : Red vs. Dead

Critique
Synopsis/présentation
Suite improbable au premier Dead Snow paru en 2009, Dead Snow 2: Red vs. Dead reprend exactement là où le précédent film nous avait laissé : Martin (Vegar Hoel) est le seul survivant d’une fin de semaine d’horreur en montagne. Il est poursuivi par une horde de zombis nazis. Alors qu’il est sur le point de s’échapper à bord de sa voiture, le Colonel Herzog tente de l’éliminer pour une ultime fois. Mais lors d’un accident sur la route, ce dernier perd son bras et Martin est amené à l’hôpital. Lorsqu’il se réveille, on lui a greffé le bras d’Herzog sur le corps !

Si vous trouviez que le premier volet faisait preuve d’un concept pour le moins éclaté avec sa bande de jeunes qui est envahie par une armée de zombis, fuyez ce deuxième tome. Le cinéaste norvégien Tommy Wirkola va encore plus loin cette fois-ci en exploitant sa prémisse à fond et en plongeant plus que jamais dans la comédie d’horreur aux accents gore. Si l’œuvre originale proposait un récit plus linéaire, ici, le réalisateur s’en donne à cœur joie, certainement grâce à un budget moins modeste et plus de liberté. Sa caméra flirte avec la limite du « politiquement correct » en jouant avec les codes du genre.

Cela est sans oublier évidemment l’incursion de l’Amérique dans cet univers étranger où Wirkola en fait un critique cinglante. Non seulement du point de vue de la langue – le long métrage passe du norvégien à l’anglais et vice-versa - que par l’arrivée dans le récit de trois personnages - hilarants – de prétendus chasseurs de zombis américains. Son commentaire, même si peu subtil, est extrêmement savoureux.

Il est très difficile de reprocher quoi que ce soit à ce long métrage, si on est amateur du genre entendons-nous. L’entreprise n’a aucune autre prétention que de faire jubiler les admirateurs de cinéma d’horreur et de leur offrir une production à la fois drôle et violente. Et elle réussit avec énormément d’aplomb.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2:40:1 à une résolution de 1080p.

La définition générale de l’image est d'un très bon niveau. Le film ayant été tourné en numérique, l’image affiche netteté et précision tant dans le rendu du niveau des détails que celui des textures. Film d’horreur oblige, les parties sombres sont plutôt nombreuses et ces dernières brillent par un rendu détaillé et fin. C’est grâce à des dégradés fluides ainsi qu’à des noirs purs qu’on profite de ces séquences. Les couleurs sont aussi reproduites avec constance et précision. Enfin, les effets de surbrillance sont évités grâce à des contrastes parfaitement gérés.

Il n’y a aucun défaut majeur à signaler pour la partie numérique.


Son
Trois bandes-son sont offertes sur cette édition : la première en version originale anglaise (certains passages du film sont en norvégien) au format DTS-HD Master Audio 5.1, l’une en version française au format Dolby Digital 5.1 et une autre en version originale au format Dolby Surround 2.0.

Comme pour plusieurs films d’horreur, le mixage DTS-HD propose ici un univers immersif et dynamique. Les ouvertures frontale et latérale sont nettes et précises laissant les enceintes arrière appuyer solidement les ambiances tout en offrant des effets d’ambiophonie saisissants lors des séquences d’action ou de combat. Les dialogues demeurent constamment et parfaitement intelligibles tandis que la trame sonore s’intègre parfaitement au mixage. Les basses fréquences grondent avec profondeur à de nombreuses reprises et le canal d’extrêmes graves se manifeste avec beaucoup d’efficacité lors des scènes plus mouvementées.

Il y a option de sous-titrage en anglais.


Suppléments/menus
Outre une présentation du film doublé entièrement en norvégien offerte en guise de supplément, nous retrouvons une piste de commentaires audio animée par le réalisateur Tommy Wirkola et l’acteur Stig Frode Henriksen. Les interventions demeurent dans un ton léger et humoristique où la camaraderie entre les deux hommes transparaît. Ils offrent majoritairement des anecdotes sur le tournage.

L’édition propose également l’amusant court métrage « Armen (13:59), réalisé dans le même esprit que le film, le segment « VFX Breakdown (1:53) » qui jette un coup d’œil expéditif, mais étonnant sur les effets visuels conçus pour le film, et le « Dead Snow comic book (2:16) » qui, comme son nom l’indique, propose un montage de scènes sous forme de bande dessinée.

Enfin, la bande-annonce du film complète cette section.



Conclusion
Culotté, violent et surtout hilarant, la suite Dead Snow 2: Red vs. Dead confirme la place indéniable du cinéaste norvégien Tommy Wirkola dans le paysage du cinéma d’horreur. Il ne reste plus qu’à espérer qu’il produise des œuvres dans sa terre natale, car son saut aux Etats-Unis n’a pas été guère convaincant (Hansel & Gretel : Witch Hunters).

Voilà une excellente édition qui rend parfaitement justice au film proposé. Le transfert vidéo est fidèle aux intentions du cinéaste et le mixage est dynamique. Quant aux suppléments, ils sont divertissants, dans le même esprit que le film.


Qualité vidéo:
4,5/5

Qualité audio:
4,4/5

Suppléments:
3,5/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2015-01-04

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Død snø 2

Année de sortie:
2014

Pays:

Genre:

Durée:
100 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
E one Entertainment

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
1 BD-50

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 5.1
Française Dolby Digital 5.1
-

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Piste de commentaires auudio animée par le réalisateur, segments (VFX Breakdown / Digital Comic Book) et court-métrage

Date de parution:
2014-12-09

Si vous avez aimé...