Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Crouching Tiger, Hidden Dragon

Critique
Synopsis/présentation
Etait-ce inévitable? Depuis le début des années quatre-vingt dix le cinéma d'action asiatique n'est plus confiné à d'obscures festivals spécialisés. Les vedettes, les proéminentes de ce genre (Jet Li, Jackie Chan) sont maintenant des noms connus en Amérique du Nord. Once Upon a Time in China, Police Story et The Legend of Fong Sai-Yuk, autant de film qui ont connus un certain succès. Un des films annoncant l'inévitable succès de Crouching Tiger, Hidden Dragom fut peut-être The Matrix dont les influences asiatiques sont ouvertement affichées. Tant pour les scènes de combat que pour quelques thématiques sous-jacentes.
Dans une Chine féodale, un guerrier du nom de Li Mu Bai (Chow Yun-Fat), aux allures presque mystique décide de rendre les armes et se retirer. Il confie son épée à une de ses plus chères amies; Shu Lien (Michelle Yeoh) qui aura comme devoir de la confier à un dignitaire de Beijing. Si tôt l'épée remise celle-ci est volée. On se doute que Jen (Ziyi Zhang), future marié en mal d'aventure, est la voleuse. Mais est-elle plus qu'une simple voleuse?
Aux yeux de nombreux nord-américains les films d'actions asiatiques sont tous sortis du même et unique moule. La réalité est de loin plus complexe; il existe de nombreuses écoles, de philosophies et de manières de montrer l'action. L'histoire de Crouching Tiger, Hidden Dragon est basée sur un livre de Du Lu Wang, un livre dont la forme relève de la tradition Wuxia. Le Wuxia fut d'abord un style littéraire, une manière de conte, propre à la Chine. Ce style a évolué au fil des siècles pour adopter au vintième siècle une forme qui inévitablement s'est transposé au cinéma. Généralement une histoire Wuxia se composera d'un héros (noble et pur) qui cherchera à venger la mort de son maître, de ses parents ou d'un proche. Les conventions du genre impliquent souvent des objets, des armes, des lieux ou voir des personnes ayant des attributs magiques. Evidemment les arts martiaux ont une grande place dans le Wuxia, certains des personnages possédants mêmes des pouvoir surnaturels (pouvoir de voler, de guérir ou une force exceptionnelle). Le ton est plus souvent qu'autrement mélodramatique. Les héros sont purs et nobles.
Ang Lee a su habilement adapter le Wuxia à des thématiques qui lui sont chères. Les comparaisons et analogies avec Sense & Sensibility sont évidentes, on y fait d'ailleurs clairement mention dans les suppléments. L'ordre social, les amours refoulés et l'histoire parallèle de deux couples, autant de thèmes qui marquent les deux oeuvres de ce réalisateur Taiwanais. Contrairement aux impressions que donne l'affreuse bande-annonce destinée au marché nord-américain, Crouching Tiger, Hidden Dragon est bien plus qu'un film d'action. Magie, amour, action mais surtout un certain lyrisme ont bien été dosés pour créer un oeuvre forte.
Crouching Tiger, Hidden Dragon c'est mérité quatre Oscars, soit pour la trame-sonore, la photographie, la direction artistique et finalement l'oscar du meilleur film étranger.



Image
L'image est ici offerte en format original 1.85:1 d'après un transfert anamorphique et numérique.
L'image est de qualité, typique des transferts de Columbia/Tristar. Toutefois quelques petits défauts sont perceptibles.
La définition générale est excellente et laisse entrevoir tous les détails. Les couleurs, dont les palettes sont parfois subtiles, sont rendues avec finesse; rien de trop saturé ou de débordement. Les tons de peau sont naturels, mais pourront à l'occasion sembler un peu chauds. Cela est imputable à la photographie et non au transfert. Les parties sombres sont bien détaillées, les noirs sont purs et profonds.
Seuls défauts de ce transferts; une très légère sur-définition des contours et des points blancs occasionellement visibles.


Son
On retrouve sur cette édition quatre bandes sonore: mandarin (Dolby Digital 5.1), anglaises (Dolby Digital 5.1/2.0 Surround) et française (Dolby Digital 2.0 Surround).
La mixage original (mandarin) se déploie essentièllement des enceintes avant mais avec énormément d'amplitude. Un certain dynamisme est de mise, mais ce qui fait la grande force du mixage est l'extraordinaire présence du son. La trame-sonore de Tan Dun est rendue avec une énergie convaincante, le violoncelle de Yo-Yo Ma respire de lyrisme. Les dialogues sont naturels et bien intégrés à l'atmosphère sonore. Les basses sont parfois puissantes et fortes, la canal .1 (LFE) est intelligemment utilisée. L'utilisation des canaux d'ambiophonies est faite de manière très discrète, que pour reproduire certains sons d'ambiance. Ce qui fait le plus défaut dans cette bande sonore est le manque de spatialité, l'immersion sonore n'est pas aussi complète que souhaité.
La bande sonore anglaise Dolby Digital 5.1 a sensiblement les mêmes attribus que le mixage original. Les bandes sonores Dolby Digital 2.0 (anglaise et française) n'ont pas l'impact, la présence et la fidélité du mixage original. Il y a option de sous-titrage en anglais et français.


Suppléments/menus
Compte tenu du succès du film au niveau américain et mondial il est curieux que ce titre ne soit pas offert dans une édition spéciale. Considérant l'envergure du film les suppléments sont, sommes toute, limités.
Il y a d'abord une piste de commentaires audio où l'on peut entendre Ang Lee (réalisateur) et James Schamus (scénariste). Suit Bravo Making of Special: Unleashing the Dragon. D'une durée d'environ vingt-deux minutes ce supplément n'est malheureusement rien d'autre qu'une longue bande-annonce. Tout est abordé si rapidemment qu'on a peine a retenir l'essentiel du contenu. On peut voir dans ce supplément (initiallement présenté sur la chaîne cablée Bravo) des entrevues avec Ang Lee, Yun-Fat Chow, Michelle Yeoh entrecoupées d'extraits du film et de quelques séquences filmées lors de la réalisation du film.
L'entrevue avec Michelle Yeoh (13 min.) est intéressante mais sans plus. Bien que l'actrice élabore avec honnêteté sur son approche vis à vis Crouchin Tiger, Hidden Dragon, il manque à cette entrevue un intervieweur de qualité capable de poser les justes questions.
Le supplément photo montage est une succession de photographies des costumes, acteurs et plans du film que l'on a montés sur les thèmes principaux de la trame-sonore. Il y a par la suite les filmographies d'Ang Lee, Chow Yun-Fat, Michelle Yeow, James Schamus et Yuen Wo Ping.
Finalement on retrouve deux bandes-annonces du film; l'une destinée au marché américain et l'autre au marché international. Il va s'en dire que la bande-annonce internationale synthétise avec beaucoup plus de justesse l'esprit du film. La bande-annonce américaine fait injustement croire qu'il s'agit uniquement d'un film d'action.




Conclusion
Si les suppléments nous laissent quelque peu sur notre faim, cette édition n'est pas à dédaigner, loin de là. Le film en lui même vaut la peine que l'on s'y attarde; que ce soit simplement pour la photographie ou la trame-sonore, deux éléments fort agréablement rendus sur ce titre.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,6/5
Auteur: Mathieu Daoust

Date de publication: 2001-06-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40X81, Récepteur Pioneer Elite VSX-07 TX, Lecteur DVD Pioneer Elite DV-37, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Wo hu cang long

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
120 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Columbia Tristar

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Mandarin Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaires, entrevue, bandes-annonces

Date de parution:
2001-06-05

Si vous avez aimé...