Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Infernal Affairs

Critique
Synopsis/présentation
Yan (Tony Leung Chiu Wai) est un agent double qui enquête incognito sur la pègre chinoise depuis dix bonnes années. Lau (Andy Lau) travaille depuis le même nombre d’années dans les forces policières, mais en réalité il est un gangster à la solde des brigands que Yan tente de faire tomber. Dans un habile jeu du chat et de la souris, l’un et l’autre seront amenés à se démasquer mutuellement.

Gros succès commercial et d’estime dans son pays natal, il aura fallu pratiquement deux ans avant que Infernal Affairs (Wu jian dao) n’atterrisse sur nos écrans. La Miramax a ni plus ni moins répété le même scénario que pour Hero. Les droits de distribution ont été achetés par des insouciants qui ignoraient quoi faire du film. Résultat : une distribution bâclée qui est passée inaperçue suivie, trois mois plus tard, d’une parution précipitée en format DVD. Dommage, considérant qu’Infernal Affairs est un exercice des plus honorable dans le genre fatigué du drame policier. D’avantages un thriller psychologique qu’un film d’enquête, Infernal Affairs se veut une étude fascinante de personnages filmée avec vigueur et imagination. La splendide photographie ainsi que le jeu inspiré des comédiens, Tony Leung Chiu Wai en tête, font de Infernal Affairs une œuvre d’une grande réussite dont le seul raté est l’épouvantable trame-sonore. Déjà, en remake américain est en préparation avec Martin Scorcese aux commandes.


Image
Le film est présenté au format respecté de 2.35:1, d’après un transfert 16:9. Aux États-Unis, c’est la Miramax qui était responsable de cette édition DVD, et donc du transfert. L’édition canadienne d’Alliance-Atlantis reprends très exactement le même transfert, ce qui n’est pas une bonne nouvelle…

La définition générale est correcte, sans plus. L’image, loin d’afficher une netteté optimale, trahi un manque de piqué. Le rendu des couleurs nous a semblé tout à fait honnête. Les dominantes froides qui ont prépondérance dans le film sont bien restituées et ne provoquent aucun débordement involontaire dans le cercle chromatique. Les noirs tout comme les blancs restent purs et bien balancés du début à la fin. La saturation est bien ajusté et respecte l’apparence tout juste terne de la colorimétrie.
Le contraste paraît un peu mou et aurait dû être accentué. La brillance est correctement ajustée et présente des noirs solides et profonds dont le niveau ne fluctue jamais. Ces derniers sont dans l’ensemble nets, c’est à dire exempts de fourmillement. Seules quelques rares scènes trahissent quelques subtiles fourmillements. Les parties denses ont un niveau de détail plutôt moyen. Les dégradés bloquent parfois un peu rapidement.

Si la sur-accentuation des contours vous agace, et bien vous risquez de trouver le visionnement de film assez pénible par moments. La sur-accentuation est par moments si évidente qu’il en résulte des halos.


Son
Cette édition canadienne propose un choix de trois bandes-son mixées en Dolby Digital 5.1. L’une est en cantonais, l’autre en français et la dernière en anglais. L’édition américaine ne propose que les mixages cantonais et anglais seulement. À noter que des sous-titres anglais et espagnols sont également disponibles. Il est dommage qu’aucun sous-titrage français ne sois offert puisque cela oblige les cinéphiles unilingues français à endurer le terrible doublage français (qui est par contre beaucoup moins pire que le doublage anglais). Pour cette critique, nous avons choisi d’analyser la bande-son originale cantonaise.

À l’instar du transfert vidéo, ce mixage nous a semblé un peu bâclé. La dynamique est franchement impressionnante, mais la présence et la profondeur ne sont vraiment pas à la hauteur. De toute évidence la spatialité a été négligée. Malgré qu’il se déploie à travers tous les canaux disponibles, le champ-sonore n’est pas aussi immersif que souhaité. Les canaux d’ambiophonies ne sont pas sollicités à leur juste valeur puisqu’ils ne servent qu’à bêtement reproduire des effets localisés tonitruants et pas du tout subtils. La séparation des canaux fait défaut puisqu’elle manque de précision et de subtilité.
L’intégration des multiples éléments sonores affiche aussi quelques ratés. Le niveau de chacun ne semble même pas avoir fait l’objet d’un quelconque ajustement. Ainsi, les voix sont souvent limites tandis que la trame-sonore nous défonce les tympans au même moment. De même, un plus juste équilibre entre les effets localisés et les effets d’ambiances aurait été de mise puisque l’ambiance est constamment enterré par des effets tapageurs. Plutôt dérangeant. Sinon, il est à noter que la trame-sonore est intégrée avec une profondeur respectable ainsi qu’une fidélité irréprochable. Elle est le seul élément qui profite d’une intégration à travers tous les canaux, ce qui lui confère beaucoup (trop) de présence.

Principaux points forts de ce mixage, les basses sont bien gérées et le canal .1 (LFE) profite d’une intégration judicieusement agressive.


Suppléments/menus








Conclusion
Les amateurs de cinéma asiatique se doivent de jeter un coup d’œil à ce superbe thriller qui, malgré quelques ratés mineurs, s’avère être une belle réussite en son genre. On ne peut en dire autant des aspects techniques de cette édition, qui ont de toute évidence été négligés. D’un niveau tout juste moyen, ni la bande-son ni le transfert ne sont à la hauteur des standards du marché. Quant aux suppléments, ils se résument à deux segments promotionnels sans intérêt et une fin alternative vite oubliée. Que voilà une édition dont le seul point fort est le film lui-même…


Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
3,1/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,2/5

Note finale:
3,2/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2005-02-28

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Wu jian dao

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
101 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Alliance Atlantis

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Cantonaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
2 documentaires, fin alternative et bandes-annonces.

Date de parution:
2004-12-07

Si vous avez aimé...