Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Drinking Buddies

Critique
Synopsis/présentation
Production indépendante américaine, Drinking Buddies est une comédie qui a attendri une partie de la critique en 2013. Projeté en grande première au festival South by Southwest, le long-métrage du cinéaste Joe Swanberg (qui n’en est pas à ses premières armes et qui est connu pour son travail d’acteur) s’est construit doucement une solide réputation. Grâce à son étiquette de film indépendant, à son regard attendrissant sur les jeunes trentenaires et à un point de vue original et osé sur l’amitié entre hommes et femmes, Drinking Buddies s’offre comme un indispensable de la comédie romantique.

Le film suit Kate (Olivia Wilde) et Luke (Jake Johnson). Les deux travaillent ensemble dans une brasserie de Chicago où ils passent leur soirée à boire et à déconner. Si la ligne entre le flirt et l’amitié demeure mince, c’est que Luke et sa copine Jill (Anna Kendrick) envisagent de se marier alors que Kate commence à considérer sa relation avec Chris (Ron Livingston) comme vraiment sérieuse. Malgré tout, la tentation demeure. Kate et Luke passent beaucoup de temps ensemble. Et la bière est toujours au rendez-vous.

La principale force du long-métrage de Johnson est certainement son propre flirt avec ses deux principaux protagonistes. Jouant constamment avec les attentes du spectateur, la caméra du réalisateur évite les clichés de la comédie romantique traditionnelle en créant une tension (sexuelle?) parfaitement soutenue entre Kate et Luke. Il a le culot de ne jamais succomber aux facilités du genre et enfouir les démons de ces deux personnages ailleurs. Son œuvre devient ainsi incroyablement pertinente et ce portrait touchant (certains pourront le voir comme désespéré) d’une génération de jeunes adultes à l’aube de la trentaine paraît juste et sensible. Plusieurs critiques ont reproché à Drinking Buddies de ne raconter que bien peu de choses. Il est vrai que dans le film du cinéaste américain il se déroule très peu d’évènements. Swanberg filme quelques banalités (une fin de semaine à la campagne entre les deux couples, un déménagement, etc.) pour y révéler une relation particulièrement rafraîchissante dans le cinéma américain.

Le réalisateur affirme une voix forte et singulière à ne pas mésestimer non seulement grâce ses sujets, mais aussi par sa mise en scène qui laisse toute la place à l’improvisation. En effet, les esquisses de scénario qui servaient aux acteurs leur offraient toute la liberté quant au jeu en plus du déroulement des scènes. Pour la plupart d’entre elles, notamment celle sur la plage, l’issue était inconnue de tous au moment du tournage. Ce sont Olivia Wilde et Jake Johnson qui ont surpris Swanberg avec des actions et des réactions imprévues. Évidemment, l’effet de sincérité n’est que décuplé. À ce propos, nous devons saluer la performance de Wilde, étonnante de naturel à travers cette proposition.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2.35:1 à une résolution de 1080p.

La définition générale de l’image est excellente. Le film ayant été tourné avec une caméra numérique Red, l’image affiche une qualité plutôt exceptionnelle étant donné son étiquette de film indépendant. Les détails et les textures sont précisément reproduits tandis que les effets de l’improvisation sur le choix d’une caméra à l’épaule sont miraculeusement évités. L’image affiche ainsi une étonnante netteté. Les couleurs demeurent riches et précis alors que les tons de peaux restent naturels et constants. Les effets de surbrillance sont évités grâce à des contrastes bien gérés. Quant aux dégradés, ils sont fluides et précis livrant de très belles parties sombres (on pensera ici à la séquence sur la plage). Des noirs purs et profonds complètent ce transfert.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.


Son
Une bande son au format DTS-HD Master Audio 5.1 est offerte en version originale anglaise.

Le mixage demeure plutôt en retrait. Basé presque exclusivement sur les dialogues entre les personnages, ceux-ci demeurent constamment et parfaitement intelligibles. Ils sont entendus grâce aux ouvertures frontale et latérale qui demeurent claires et précises. Les enceintes arrière appuient les ambiances, mais de façon très subtile. Elles ajoutent une certaine profondeur à l’ensemble qui n’est pas négligeable, mais qui est loin d’être mémorable. La trame sonore profite d’un solide support des basses fréquences qui hormis ces quelques occasions n’ont pas l’opportunité de se manifester avec énormément de profondeur. L’emploi du canal d’extrêmes grave demeure quant à lui complètement anecdotique.

Il y a option de sous-titrage en anglais et en espagnol.


Suppléments/menus
Nous retrouvons d’abord une piste de commentaires audio animée par le réalisateur Joe Swanberg et les productrices Andrea Roa et Alicia Van Couvering. C’est en buvant ouvertement une bière dès les premiers instants que débute cette amusante, pertinente et très informative piste de commentaires. Les interventions de Swanberg demeurent les plus intéressantes puisqu’il précise son projet en élaborant sur son travail avec les acteurs, sur l’improvisation, le tournage et le travail archarné de son directeur photo Ben Richardson.

Nous avons ensuite un montage de scènes supprimées (7:15) avec en option les commentaires du cinéaste Joe Swanberg. D’un intérêt évidemment inégal, les scènes se laissent regarder et Swanberg justifie clairement son choix de les couper au montage final.

Un montage d’entretiens (12:54) avec les quatre acteurs principaux (Olivia Wilde, Jake Johnson, Anna Kendrick, Ron Livingston) du film est aussi offert. Pouvant être visionnées séparément, ces extraits donnent quelques minutes aux acteurs pour parler de leur personnage ou encore de leur rapport au rôle et au choix de l’improvisation.

Le segment « AXS TV :A Look at Drinking Buddies (3:15)É reprend sensiblement des extraits des entretiens précédents dans un montage promotionnel typique.

« All Things Drinking with Director Joe Swanberg and Drinking Made Easy Host Zane Lamphrey (29:38) » présente le réalisateur qui s’entretient avec le comédien Zane Lamphrey. Même si le tout demeure divertissant et informatif, rien de bien nouveau nous est appris qui n’était pas offert dans la (très complète) piste de commentaires audio.

Enfin, « Behind the Scene at Revolution Brewing (4 :15) », qui fait le tour de la brasserie qui a servi de décor pour le tournage, et la bande-annonce du film complètent cette section.



Conclusion
Comédie romantique touchante et originale, Drinking Buddies offre non seulement un regard tendre et sincère sur les jeunes trentenaires, mais offre un portrait rafraîchissant des relations homme/femme. Porté par une réalisation axée sur l’improvisation (les mouvements de caméra, les dialogues, les actions, etc.), le cinéaste américain Joe Swanberg s’affiche comme une voix du cinéma indépendant à suivre de très près.

L’édition est techniquement satisfaisante. Malgré un mixage DTS-HD qui est limité par une trame sonore peu complexe, le transfert vidéo affiche une image étonnamment admirable étant donné les méthodes de tournage. Les suppléments sont nombreux, divertissants, informatifs quoique un peu redondants. Ce serait cependant bouder une édition tout à fait recommandable.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
3,5/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2014-02-05

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Drinking Buddies

Année de sortie:
2013

Pays:

Genre:

Durée:
90 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Mongrel Media

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
1 BD-50

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 5.1

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, scènes supprimées, entretiens avec les acteurs, segment, entretien avec le réalisateur, bande-annonce

Date de parution:
2013-12-03

Si vous avez aimé...