Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Bling Ring, The

Critique
Synopsis/présentation
Cinquième long-métrage de la réalisatrice Sofia Coppola, The Bling Ring a été présenté en première mondiale en ouverture de la section Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes. Bien plus que «la fille à papa», la cinéaste a su, au fil des années, construire une filmographie des plus pertinentes. Ses choix de mise en scène ont rarement fait l’unanimité (on pensera évidemment à la bande sonore très « eighties » de Marie-Antoinette), mais son œuvre s’est néanmoins imposée comme singulière. Elle a pu ainsi obtenir le respect de ses pairs et la reconnaissance de la critique. Un film comme The Bling Ring s’impose presque pour une cinéaste comme Coppola. Le sujet à lui seul paraît idéal : le titre qui donne son nom au groupe de sept adolescents de la Californie qui ont effectué des vols dans les domiciles de plusieurs célébrités, dont Paris Hilton et Lindsay Lohan. Le long-métrage de Coppola propose de s’attarder sur ces crimes.

Depuis The Virgin Suicides, la cinéaste s’intéresse à la question de l’adolescence. Période de malaises, de solitude et d’emprisonnement, elle semble être aussi le lieu de tous les excès. C’est cette Kirsten Dunst que Coppola filmait dans son premier film et c’est la même qu’elle captait dans Marie-Antoinette : une jeune femme ennuyée par une vie contrôlée et monotone qui tentait de compenser par l’interdit et les frivolités. C’est précisément dans cette veine que la réalisatrice américaine filme The Bling Ring. En ne laissant jamais ses obsessions quitter l’objectif, la caméra de Coppola s’attarde à cette jeunesse ici dans un contexte contemporain. Ces sept adolescents, Rebecca (Katie Chang), Marc (Israel Broussard), Nicki (Emma Watson), Chloe (Claire Julien), Sam (Taissa Farminga) et Emily (Georgia Rock) cambriolent les objets de valeur de leurs célébrités favorites permettant à la cinéaste de poser un regard cynique sur le rêve américain, mais aussi et surtout sur le culte que voue cette jeune génération pour la consommation.

Parce qu’elle filme ces crimes pendant plus de soixante des quatre-vingt-dix minutes, on a reproché à Coppola son approche répétitive et vide alors que pourtant, la mise en scène épouse précisément les futilités, l’ennui et la superficialité qui habitent la vie de ces jeunes adultes. Comme Spring Breakers paru plus tôt cette année, The Bling Ring veut montrer la vacuité qui caractérise le monde de ces adolescents. Un univers où les téléphones cellulaires deviennent l’outil de l’instantanéité, où Facebook sert constamment au « status update » et où les célébrités hollywoodiennes incarnent des idoles. Beaucoup moins éclaté que le film d’Harmony Korine, The Bling Ring reste cependant très réaliste. Ancré dans une Californie tangible et actuelle, le long-métrage de Sofia Coppola témoigne d’une génération hantée par la construction de l’image et de la popularité.

Mais le sujet de prédilection de la cinéaste demeure sans contredit la culture populaire. Elle prend ici les traits des célébrités les plus en vogue chez nos voisins du sud (Hilton, Lohan, Megan Fox, Rachel Bilson, Orlando Bloom, etc.), mais aussi d’une trame sonore des plus « in » (Azaelia Banks, M.I.A. Sleigh Bells, Kanye West etc.), pour rendre compte du pouvoir fascinant qu’elle exerce sur la jeunesse américaine. Coppola montre non seulement la superficialité qui hante ces jeunes, mais aussi la fascination et l’attrait pour ces vedettes qui deviennent de véritables miroirs. L’ironie de la finale confirme cette hypothèse lorsqu’une jeune fille de la bande est mise sous les feux de la rampe pour les crimes qu’elle a commis.

Le propos de Sofia Coppola peut sembler réducteur et plutôt primaire. Malgré l’honnête proposition, The Bling Ring donne l’impression d’être un peu frileux et de demeurer en surface. Pourtant, lorsqu’elle s’intéresse plus sincèrement à ses personnages, comme pour aborder l’amitié et ses trahisons, Coppola démontre un talent réel pour filmer les tourments intimes de l’adolescence, alors que sa caméra opte souvent pour le côté mondain. La démarche demeure cependant fort intéressante et le tout très divertissant.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 1.85:1 à une résolution de 1080p.

Filmé à partir de la caméra Épic de Red, The Bling Ring profite d’un superbe transfert. Les détails et les textures sont reproduits avec précision et permettent ainsi à l’image d’afficher netteté. Le travail de direction photo signé par le défunt Harris Savides et Christopher Blauvelt est impeccablement rendu. Le style souvent « délavé » des couleurs est reproduit avec justesse. Les tons de peaux demeurent naturels. Les effets de surbrillance sont évités grâce à une bonne gestion des contrastes. Les parties sombres, somme toute assez nombreuses (la plupart des cambriolages ont lieu durant la nuit), sont reproduites avec détails. Cela est dû en grande partie aux dégradés fluides et aux noirs purs et profonds.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.


Son
Une seule bande son au format DTS-HD Master Audio 5.1 est disponible sur cette édition. Étonnamment, aucun doublage francophone n’est offert. Le choix est curieux considérant l’envergure de l’œuvre et de sa réalisatrice.

Le mixage est particulièrement agressif. Si, de prime abord, le genre cinématographique ne se prête pas aux prouesses sonores les plus saisissantes, le potentiel de la bande son DTS-HD permet immersion et dynamisme. Le déploiement du champ sonore s’effectue de façon conventionnelle, les ouvertures frontale et latérale servant à entendre la majorité des éléments sonores et les enceintes arrière appuyant subtilement les ambiances. C’est certainement la trame sonore, composée notamment de morceaux de Kanye West, Sleigh Bells, M.I.A et Azaelia Banks, qui engendre le grondement des basses fréquences et des extrêmes graves. Enfin, les dialogues demeurent constamment et parfaitement intelligibles.

Des sous-titres anglais et français sont disponibles.


Suppléments/menus
Seul un documentaire « Making The Bling Ring Featurette (22:51) est offert. Il contient plusieurs extraits de tournage intéressants et des entretiens relativement pertinents des artisans et des acteurs. Divertissant, sans plus.

Il est important de mentionner que l’édition américaine du film comprend aussi deux autres segments, dont un sur les vrais cambriolages ayant inspiré le film et un autre animé par nulle autre que Paris Hilton et nous offrant un tour guidé de sa demeure qu’elle a gentiment prêtée pour les besoins du tournage du film.



Conclusion
Voilà un long-métrage qui entre pertinemment dans la filmographie d’une cinéaste qui a prouvé son talent et sa place. Les thèmes chers de Sofia Coppola sont ici bien présents (la célébrité, l’adolescence, la culture populaire, la vacuité du quotidien, etc), mais The Bling Ring ne semble pas aller au bout de ses idées. Même si la démarche est parfaitement justifiable, il semble que le film se laisse mollement regarder alors qu’il devrait plus profondément questionner.

Techniquement très à la hauteur, l’édition présente un beau transfert fidèle au travail de direction photo alors que le mixage DTS-HD est dynamique et immersif et ce, malgré le genre cinématographique présenté. On ne pourra que regretter l’absence d’un doublage français pour une œuvre de cette envergure en plus d’un simple documentaire « making-of » alors que l’édition américaine en offre un peu plus pour son argent.


Qualité vidéo:
4,3/5

Qualité audio:
4,2/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,4/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2013-10-20

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Bling Ring, The

Année de sortie:
2013

Pays:

Genre:

Durée:
90 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Alliance Vivafilm

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
1 BD-50

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Français

Suppéments:
Documentaire ''Making of The Bling Ring Featurette''

Date de parution:
2013-09-17

Si vous avez aimé...