Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Homeland (Season Two)

Critique
Synopsis/présentation
Cette critique peut contenir quelques révélations importantes concernant l’intrigue de la série.

Succès public et critique, Homeland, créée par Howard Gordon et Alex Gansa en 2011 a récolté honneurs et récompenses au cours des deux dernières années (Golden Globes et Emmys pour Claire Danes et Damien Lewis ainsi que le prix de la meilleure série dramatique). Maintenant constituée d’un solide et fidèle auditoire, la télésérie proposait comme prémisse de suivre l’agente de la CIA Carrie Mathison (Danes) qui suspectait très fermement le sergent Nicholas Brody (Lewis), mystérieusement revenu d’Iraq après avoir été disparu pendant plusieurs années, d’être une taupe et de travailler pour Al-Qaïda. Sous ses airs de 24, la série a rapidement pris une toute autre tournure présentant deux personnages complexes et nuancés. L’improbable histoire d’amour née entre cette employée de la CIA et un présumé terroriste créait un suspense entourant les véritables motifs du sergent Brody. Cela est évidemment sans compter sur l’état instable et fragile de l’héroïne souffrant de bipolarité, rendant la moindre de ses hypothèses douteuses. Après avoir été humiliée puis congédiée pour ses théories paranoïaques et sa trahison, Carrie termine la première saison dans une piètre position : elle choisit de guérir sa maladie par des traitements d’électro-chocs. Alors que Brody assure son ascension dans le monde politique en devenant le bras droit du vice-président des États-Unis.

La deuxième saison démarre peu de temps après ces évènements. Brody est membre du congrès et Carrie se remet de son séjour à l’hôpital. Toujours sans emploi, elle est néanmoins rapidement contactée par la CIA pour effectuer une mission à Beyrouth lorsqu’une nouvelle menace terroriste se pointe à l’horizon. Les premiers épisodes servent ainsi à replacer l’héroïne au cœur du conflit et à lui faire reprendre sa (juste) place au sein de la CIA. Quant à Brody, son double jeu continu et sa situation devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que la série avance.

Homeland continue avec cette deuxième saison à être une des séries télévisuelles les plus imprévisibles, merci au personnage de Carrie Mathison. Ses actions, ses décisions et son instabilité créent quelques-uns des moments les plus intenses et marquants de la série (et de la télévision actuelle) en plus de propulser le rythme des épisodes à une vitesse étonnante. Les revirements de situation qui surviennent sans crier gare évitent aux intrigues de faire du surplace (notamment celle de la saison 1, à savoir prouver les intentions terroristes de Brody) et de surprendre constamment le spectateur. Le dénouement de cette saison est, à ce titre, particulièrement percutant.

Quelques défauts sont toujours présents, notamment le personnage de Dana, la jeune adolescente de Brody. Irritante et inutile, sa présence est beaucoup trop appuyée. Les intrigues que les scénaristes développent autour du personnage n’ont souvent absolument rien à voir avec les enjeux plus importants. En revanche, l’ajout du personnage de Peter Quinn (Rupert Friend), un nouvel allié de Carrie est particulièrement réussi.

Avec cette deuxième saison Homeland confirme son rang, son succès public et critique ainsi que les nombreux prix remportés. Ses personnages sont toujours aussi riches et fascinants et son intrigue demeure aussi imprévisible que prenante. Grâce à ces risques pris par les scénaristes, la série prend une toute autre tangente à partir du quatrième épisode, New Car Spell, qui se termine sur une scène mémorable et déchirante. Homeland déstabilise et surprend constamment le spectateur, impatient de voir la troisième saison qui sera de retour à partir du 29 septembre.
.


Image
Les douze épisodes sont tous offerts au format d’image respecté de 1.78:1 à une résolution de 1080p.

Tout comme la première saison, les épisodes sont tournés avec la caméra numérique Arri Alexa. L’image haute définition expose ainsi un niveau de détails et de textures très précis. Le rendu des couleurs est également irréprochable. Profitant des différents décors (notamment les premiers épisodes qui se déroulent à Beyrouth), ces dernières sont reproduites avec richesse et finesse. Les tons de peaux demeurent naturels alors que les effets de surbrillance sont complètement évités et ce, grâce à des contrastes parfaitement gérés. Les dégradés sont fluides et précis livrant des parties sombres justes et magnifiques. Enfin, des noirs purs et profonds complètent ce superbe transfert qui a très peu à se reprocher.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.


Son
Une seule bande son au format DTS-HD Master Audio 5.1 en version originale anglais est disponible sur cette édition.

Le mixage DTS-HD est à l’image du transfert vidéo. Même si la série n’est pas constamment axée sur l’action, la bande son fait preuve de dynamisme et d’une solide présence. Le déploiement du champ sonore s’effectue principalement à travers les ouvertures frontale et latérale alors que les enceintes arrière servent à appuyer les ambiances, mais aussi à créer de saisissants effets d’ambiophonie qui contribuent à créer une intense immersion. Les dialogues demeurent constamment et parfaitement intelligibles alors que la trame sonore (on pensera évidemment ici au générique d’ouverture) s’intègre parfaitement au mixage. Les basses fréquences appuient d’ailleurs les passages musicaux en plus de gronder profondément lors des séquences d’action tandis que le canal d’extrêmes graves se manifeste efficacement lors de ces mêmes moments, principalement lors des scènes d’explosions.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus
Sur le premier disque, nous retrouvons « Returning to the Homeland : Filming in Israel (7 :52) qui jette un regard sur le tournage en Israël pour les premiers épisodes de la saison. Informatif et intéressant, ce premier segment mérite le détour. Puis, un montage de scènes supprimées (1:12) est offert.

Sur le deuxième disque, une autre scène supprimée (1:29) d’un intérêt très quelconque est disponible.

Sur le troisième et dernier disque, nous retrouvons trois segments : le premier « The Border : A Prologue to Season Three (1:40) est un bref et vague aperçu de ce qui attend la troisième saison. « A Super 8 Film Diary By Damien Lewis (11:05) est un divertissant film maison où l’acteur Damien Lewis offre quelques commentaires en narrant le tout. Le troisième « The Choice : The Making of the Season Finale (15:41) s’attarde avec pertinence au dernier épisode et à son imprévisibilité. À visionner après avoir terminé la deuxième saison de préférence ! Enfin, une scène supprimée (2:29) est aussi disponible sur ce disque.



Conclusion
Il n’y a plus de doute, Homeland est l’une sinon la série du moment à la télévision. Elle a su s’imposer grâce à la qualité de l’écriture et des personnages, grâce à son étonnante imprévisibilité et au jeu impayable de ses deux acteurs principaux. Si ce n’est déjà fait, nous ne serions vous recommander immédiatement de suivre cette passionnante télé série.

L’édition est techniquement excellente. Pour une série télévisée, le transfert HD est d’une finesse et d’une beauté exemplaire alors que le mixage DTS-HD est immersif et d’un dynamisme approprié étant donné le genre de série présenté ici. Il n’y a cependant que très peu à se mettre sous la dent côté suppléments, ce qui représente le seul bémol d’une édition qui demeure très recommandable.


Qualité vidéo:
4,5/5

Qualité audio:
4,4/5

Suppléments:
2,8/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2013-10-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Homeland

Année de sortie:
2012

Pays:

Genre:

Durée:
628 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
3 BD-50

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Segments (The Border : Prologue to Season 3 / Return to the Homeland: Filming in Israel / Damian Lewis: A Personal Video Diary / The Choice: The Making of the Season Finale) et séquences rejetées au montage

Date de parution:
2013-09-10

Si vous avez aimé...