Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Ladder 49 (WS)

Critique
Synopsis/présentation
En 1991, "Backdraft", dirigé par Ron Howard, sortait en salle. Ce film mettait en scène les enquêteurs du département des sapeurs-pompiers de Chicago. Visuellement beau, ce film Hollywoodien était passé totalement à côté du travail réel des pompiers. Treize ans plus tard, un autre film prend les sapeurs-pompiers comme thème principal : Ladder 49.
Basé sur script de Lewis Colick (Domestic dirsturbance, October Sky) et dirigé par Jay Russell (Tuck Everlasting, My Dog Skip), Ladder 49 prend une toute autre direction que son prédécesseur. Pas de crimes, ni de mystérieux psychopathes, pas de suspens à couper le souffle ou d'enquêtes complexes, le film suit simplement la carrière du sapeur-pompier Jack Morrison, ces défis professionnels et le poids que son métier exerce sur sa vie familiale. Ici c'est le pari du réalisme qui est fait, et, autant le dire tout de suite, pari tenu.
Le film s'ouvre sur un impressionnant feu dans une grande usine du centre de Baltimore. Jack Morisson (Joaquin Phoenix), membre de la 49ième brigade de sapeurs-pompiers de Baltimore, Ladder 49, se retrouve piégé au coeur du bâtiment après que le sol se soit dérobé sous ces pieds. Blessé, il attend impuissant que ces pairs viennent le tirer de la fournaise pendant que les souvenirs de sa vie, depuis son enrôlement dans les sapeurs-pompiers, remontent à la surface.

Le film est structuré autour de la tentative de sauvetage de Jack. Les différentes interventions des pompiers sont entrecoupées par les souvenirs de Jack. On suit ces débuts dans le métier, les blagues initiatiques, l'apprentissage du métier sous l'aile du capitaine Mike Kennedy (John Travolta), la vie de caserne avec ses collègues, Lenny Richter (Robert Patrick), le vieux vétéran bourru, Tommy Drake (Morris Chestnut) et les frères Dennis et Ray Gauquin (Billy Burke, Balthazar Getty) pour n'en citer que quelques-uns. Les liens de camaraderie se tissent, une autre famille issue des longues heures passées à la caserne se crée. Malheureusement, le drame est aussi une partie de la vie de pompier et Jack ne sera pas épargné, les accidents qui touchent ces hommes sont dépeints franchement sans débordements inutiles et démontrent bien que les pompiers sont des gens normaux qui font des erreurs et sont soumis aux aléas du destin.

Nous accompagnons aussi Jack dans ses débuts de vie familiale, la rencontre avec Linda (Jacinda Barret) qui deviendra sa femme, la création d'une famille et les difficultés que fait peser le dangereux métier de Jack sur cette dernière. Nous vivons l'établissement du couple, les appréhensions qui se posent au moment de la naissance de leur premier enfant, les craintes de Linda fasse au métier de Jack. Les pompiers ne sont pas les seuls héros de ce film, leurs familles n'ont pas été oubliées, l'hommage qui leur est fait ici est bien trop rare.
Ladder 49 n'est pas un film d'actions ni un drame familial, c'est un hommage au courage des pompiers et des civils qui les entourent, à leurs vies mais aussi malheureusement à leurs morts et même si bien souvent ceux-ci refuseront le qualificatif de héros, ils n'en restent pas moins des gens d'exception.


Image
Le film est présenté au format d’images respecté de 1.85:1 d’après un transfert 16:9.

L'image possède un grain étonnement important pour un film aussi récent, il est difficile de savoir si c'est un choix de l'équipe de réalisation ou un problème avec l'interpositif. La qualité visuelle reste cependant tout à fait comparable à la majorité des productions actuelles, la résolution est bonne, l'image n'est jamais floue et les textures sont bien détaillées. Les couleurs sont elles aussi bien calibrées, très stables et sans aucun problème de débordement ou de manque de saturation. Les niveaux de contraste et de brillance sont très bons ce qui donne un excellent niveau de détails dans les parties sombres. Aucun blocage n'a été perçu dans les dégradés.

La surdéfinition de contour est malheureusement présente, très présente par moment. Un bon exemple est l'arrivée de Jack à la caserne en début de film : ses jambes doublent pratiquement de volume à cause de la surdéfinition de contour, c'est beaucoup trop et c'est très distrayant, même pour des personnes peu sensibles au phénomène.


Son
Ce titre DVD nous propose deux bandes sons Dolby Digital 5.1, une en Anglais l'autre en Français. Seule la bande originale (Anglaise) sera commentée ici. Les sous-titres sont disponibles en Anglais (CC), en Français et en Espagnol. C'est une excellente bande son certifiée THX qui nous est offerte. Très dynamique, le champ sonore se déploie amplement et nous jette au coeur de l'action. Les effets sonores sont très bien localisés, à tel point que par moment le spectateur ressent la désorientation que crée la pénombre, la fumée et la chaleur lors d'un incendie. Les dialogues sont toujours compréhensibles et impeccablement intégrés à la trame sonore. Ce mixage donnera un bon exercice à votre caisson d'extrêmes graves, le feux ronronne profondément et les explosions sont puissantes. Le canal d'extrêmes graves reste cependant utilisé à bon escient sans débordement comme on le voit souvent. Le travail effectué sur cette bande sonore est excellent.

Il faudra quand même remarquer que les ballades Rock choisies pour certaine scènes du film sont particulièrement mièvres et intrusives, une erreur qui fait bien tâche dans cette réalisation très contrôlée.

On notera que la pochette annonce : « Enhanced Home Theater Mix – A Dynamic Audio-Sensory Experience Designed Specifically For Your Home Theater System » (toutes les majuscules sont d'origine). Le marketing chez Touchstone, ça ne rigole pas !

Traduit en Français de tous les jours ça donne : « Très bonne bande son Dolby Digital 5.1 »...


Suppléments/menus
Ce DVD nous offre un ensemble de compléments typiques incluant un commentaire audio, un documentaire sur la réalisation, un deuxième documentaire sur le vrai « Ladder 49 » de Baltimore, quelques scènes coupées et un vidéoclip.

Commentaire audio du réalisateur Jay Russell et de l'éditeur Bud Smith : Malgré quelques longs silences c'est un excellent commentaire qui nous est offert. J. Russell et Bud Smith ne tombent jamais dans le piège de nous raconter le film et s'expriment clairement résultant en un commentaire fluide et intéressant. Les commentateurs abordent notamment les difficultés techniques que présentent la part énorme qui est faite au feu dans le film. Le casting et l'entraînement des acteurs est bien évidemment abordé, leur admiration pour le travail considérable de ceux-ci en général et Joaquin Phoenix en particulier ressort clairement du discours. On y apprend aussi que le script date d'avant la catastrophe du 11 Septembre et que J. Russell s'est posé beaucoup de questions avant de finalement se décider à faire « Ladder 49 ».

Scènes coupées : Elles sont au nombre de cinq pour un total de 13min59. Il est aisé de comprendre pourquoi ces scènes ont été coupées du film, même si elles sont généralement intéressantes elles présentent toutes une forme de digression inutile par rapport à l'action principale. La scène intitulée 911 ne fait cependant pas partie de cette catégorie et à nettement été coupée à cause de son contenu qui malgré sa justesse aurait été trop polémique pour le but du film.

Documentaire « Everyday Heroes » (13:38) : Ce documentaire traite des vrais sapeurs-pompiers de la « Ladder 49 » de Baltimore. Les entrevues avec ceux-ci et quelques-uns de leurs proches sont chargées d'émotions et forment un touchant hommage aux véritables personnes qui sont l'inspiration de ce film. Fait sans sensationnalisme ce complément sera certainement le plus intéressant du lot.

Documentaire de réalisation « Making of Ladder 49 » (21:09) : Il se présente en trois parties distinctes avec une option pour visionner l'ensemble.
« On location » (5:25) : Cette partie n'aura de véritable intérêt que pour les natifs de Baltimore ou bien pour les personnes qui fréquentent la ville. On y suit le travail de recherche des différents emplacements nécessaires au film.
« Fire Academy: training the Actors » (7:11) : Ici c'est le travail d'entraînement des acteurs qui est suivi. Le camp d'immersion à la vie des pompiers a surpris les acteurs par la difficulté du travail des combattants du feux. Cette partie est la plus intéressante des trois.
« Anatomy of a scene: The warehouse fire » (8:33) : C'est le classique décorticage technique du filmage d'une scène complexe du film. Pas vraiment passionnant, c'est cependant un passage obligatoire pour tous les documentaire de ce type.
Vidéoclip « Shine your light » de Robbie Robertson (4:24) : Comme toujours on aime ou pas. À noter que le morceau nous est présenté avec un mixage Dolby Digital 5.1

Pour arrondir le tout, nous trouvons quelques bandes annonces et clips promotionnels dont notamment celle de l'adaptation cinématographique de « Hitchhiker's Guide to the Galaxy » et l'excellente série d'ABC « Lost ».

Si l'ensemble de ces suppléments est très honnête, il faut cependant faire deux reproches importants, la compression est généralement mauvaise voire carrément exécrable pour les scènes coupées, et les les suppléments sont, une fois de plus, présentés aux de 1.33:1 dans un transfert 4:3 ce qui est plutôt irritant.



Conclusion
Bien que ce titre ne déclenchera pas une émeute de cinéphiles fébriles à l'idée de posséder leur propre copie, cela reste un DVD honorable pour un film qui somme toute se résume à un excellent hommage pour une profession dont les risques et les difficultés au quotidien ne seront jamais suffisamment reconnus.

Au final c'est une bonne édition dans la moyenne des productions actuelles sans toutefois atteindre la qualité des meilleures.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,3/5

Suppléments:
3,5/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2005-04-14

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Ladder 49

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
115 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Français
Espagnol

Suppéments:
Commentaire audio, scènes coupées, documentaires, video-clip, THX Optimizer

Date de parution:
2005-03-08

Si vous avez aimé...