Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Pitch Perfect

Critique
Synopsis/présentation
Ayant amassé un total de 65 millions au box-office nord-américain, Pitch Perfect, qui a pris l’affiche en septembre 2012, peut prétendre avoir été la comédie de l’automne pour adolescents (excluant Twilight, naturellement !). C'est Jason Moore, dont le curriculum vitae est principalement composé de réalisations pour la télévision (Dawson’s Creek, Everwood, One Tree Hill), qui assure ici la réalisation. C’est à travers cette histoire de jeunes collégiens que Moore baigne dans ce qu’il semble être le plus à l’aise la comédie musicale pour adolescent.

Bien sûr, Pitch Perfect n’est en fait pas une comédie musicale comme le genre le dicte et il ne met pas en scènes des adolescents, mais dirons-nous de jeunes adultes. Cela permet de banaliser la consommation d’alcool et d’excuser les rapports sexuels. Les numéros chantés ne sont pas l’expression des tourments intérieurs des personnages, mais bien exclusivement des moments de spectacles où l’enjeu est de gagner une compétition. C’est que Beca (Anna Kendrick), une jeune femme marginale et précieuse a l’ambition de partir pour Los Angeles et devenir une grande DJ. Or, son paternelle prévoyant l’inévitable échec de sa progéniture oblige Beca à s’intégrer socialement en s’inscrivant à une activité parascolaire. La jeune femme sera recrutée par les Bellas, un groupe de chanteuses a capella qui reprennent les morceaux du Top 40 et doivent se refaire une sérieuse réputation après avoir été battues par les Treble Makers leurs compétiteurs masculins.

Pitch Perfect exploite visiblement le succès de la télésérie Glee qui fait aussi reprendre des succès à une bande d’adolescents et le buzz autour de la sensation Web du moment Mike Tompkins qui refait également à l’aide de sa voix et de sa bouche les chansons du moment. Mais malgré la brochette de jeunes acteurs bien connue du public visé (Anna Kendrick de 50/50, Rebel Wilson de Bridesmaids, Brittany Snow de Hairspray, Skylar Astin de Hamlet 2, Elizabeth Banks), malgré ce marketing puant l’autopromotion (bande sonore, chansons sur iTunes, etc.), malgré les clichés inévitables, malgré la prévisible romance entre Beca et Jesse (Skylar Astin), le nouveau chanteur de l’équipe adverse, le film divertit énormément. Sans jamais jouer la carte de l’excès, Pitch Perfect possède suffisamment d’éléments originaux ou marquants (les personnages sont plutôt mémorables, particulièrement Fat Amy, les numéros a capella sont entraînants et efficaces) et un humour qui demeure assez de bon goût (mis à part une ou deux scènes de dégurgitation) pour se distinguer du peloton ingrat de la comédie pour adolescents.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 1.85:1 à une résolution de 1080p.

La définition générale de l’image est excellente. Les détails et les textures sont reproduits avec finesse et précision. Si la direction artistique de Pitch Perfect ne brille pas particulièrement par son originalité (campus, gymnase, etc.), les séquences musicales elles, par contre, scintillent et le transfert vidéo leur rend parfaitement justice. Les jeux de lumière, les costumes, tout est reproduit avec fidélité. Les couleurs y sont riches et précises alors que les tons de peaux demeurent naturels. Le contraste est bien géré évitant toute forme de surbrillance. Les parties sombres sont, quant à elles, reproduites avec précision. Les dégradés y sont fluides et les noirs intenses.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.


Son
Deux bandes son sont offertes sur cette édition, la première en version originale anglaise au format DTS-HD Master Audio 5.1 et la deuxième en version française doublée au Québec au format DTS 5.1. Une bande son Descriptive Video Service destinée aux non-voyants est aussi offerte.

Film musical l’oblige, le mixage DTS-HD est évidemment agressif et excitant. Naturellement, ces moments plus dynamiques où les enceintes arrière s’activent, les basses fréquences se déchainent et les extrêmes graves grondent se déroulent pendant les numéros musicaux. Les voix sont reproduite avec précision et fidélité. Sinon, la bande son évolue de façon conventionnelle pour une comédie : les dialogues demeurent intelligibles grâce aux ouvertures frontale et latérale alors que les enceintes arrière appuient les ambiances. Heureusement, les numéros sont nombreux ce qui permet au mixage d’exploiter tout son potentiel. Un mixage dynamique, efficace et précis.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus
Une section un peu pêle-mêle débutant par deux pistes de commentaires audio. La première est partagée par le réalisateur Jason Moore, la productrice et actrice Elizabeth Banks et le producteur Max Handelman. Le ton est demeure toujours très flatteur et l’esprit de camaraderie est senti. Les interventions concernent surtout des anecdotes de tournage. La deuxième piste de commentaires est animée par le producteur Paul Brooks. Seul, ses interventions sont plus sérieuses et pertinentes.

Une poignée de scènes supprimées (15:38), qui peuvent être visionnées séparément, d’un intérêt très moyen est offert de même qu’une série de prises ratées/scènes alternées/séances d’improvisation. Le premier de ces segments, « Line-O-Rama (12:39) » propose de revoir trois scènes du film avec des prises alternées offrant d’autres répliques improvisées. La même chose pour Meanwhile divisé en cinq segments (« Activities Fair (4:51) », Hood Night (5:07) », « Burriot Hit (1:37) », « Tonehanggers (4:48) » et Confessional (2:46) ») et qui permet surtout en valeur le talent comique de Rebel Wilson. « Burrito (1:16) » prétend montrer les dessous de cette fameuse séquence en moins d’une minute trente et « A Look Inside (2:54) » est un vulgaire prétendu tour de vue sur la production du film des plus expéditifs.

Enfin, le vidéo « Starships (3:55) » interprété par la distribution du film et le fameux Mike Tompkins complète cette répétitive section.



Conclusion
Certainement une des comédies pour adolescents les plus divertissantes du moment, Pitch Perfect offre un lot honorable de rires, de numéros musicaux et de personnages mémorables, et ce, malgré des intentions mercantiles évidentes.

L’édition a techniquement très peu à se reprocher. Le transfert vidéo est admirable et le mixage DTS-HD excitant devrait vous faire bouger aux rythmes des numéros musicaux. Les suppléments demeurent légers, (trop) nombreux et en surface. La présence d’autant de séquences alternées/rallongées ou supprimées laissent perplexe et finit par lasser.


Qualité vidéo:
4,1/5

Qualité audio:
4,2/5

Suppléments:
2,8/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2013-02-18

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Pitch Perfect

Année de sortie:
2012

Pays:

Genre:

Durée:
112 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
Blu-ray + DVD

Nombre de disque:
1 BD-50

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 5.1
Française DTS

Sous-titres:
Anglais (CC)
Français
Espagnol

Suppéments:
Pistes de commentaires audio, segments, prises ratées, scènes supprimées, allongées, alternées, vidéoclip

Date de parution:
2012-12-18

Si vous avez aimé...