Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Godsmack - Changes

Critique
Synopsis/présentation
Les membres du groupe Godsmack se targuent d’être les plus important dignitaires du mouvement hard rock / heavy metal actuel. Le hic, c’est que malgré tous leurs efforts leur musique n’est jamais digne de leurs prétentions, avec ses riffs banales et leur son terne au possible. Cependant, il faut donner au gars de Godsmack ce qui leur revient, à savoir une parfaite maîtrise de l’art de livrer un spectacle enlevant.

Changes, le plus récent DVD du groupe, prouve hors de tout doute que Godsmack manifeste un sens impressionnant de la mise en scène. À mi-chemin entre le documentaire et la captation musicale, Changes alterne constamment entre la prestation en concert, les entrevues avec les membres du groupe, et des images filmées en coulisse lors de la préparation de la tournée « Facelesse ‘03-‘04 ».


Image
Godsmack : Changes est présenté dans un format de 1.85:1 et d’après un transfert 16:9.

Ce « film » a été tourné essentiellement sur deux formats différents en vidéo HD pour les portions en spectacle et en MiniDV (dont le CCD varie de 1 à 3) pour les documentaires et entrevues. Inutile d’insister sur le fait que les séquences du spectacles paraissent beaucoup plus nettes, précises et saturées que les segments documentaires… D’autant plus que ces derniers sont filmés un peu maladroitement, sans aucune rigueur (aucun éclairage, cadrages aléatoires, etc.). Quoi qu’il en soit, nous nous attarderons d’avantage sur les séquences en concert puisqu’il s’agit certainement du principal intérêt de cette édition. La définition des images filmées en Vidéo HD est franchement excellente. L’image apparaît toujours parfaitement nette, tandis que les moindres détails sont toujours parfaitement visibles et ce, malgré la relative obscurité. Le rendu des couleurs est parfait. Les couleurs sont vives et saturées. Le cercle chromatique est bien restitué et on ne remarque aucun débordement. Le niveau des noirs est correctement ajusté, demeurant aux alentours de 7,5 IRE du début à la fin. Il en résulte des contrastes solides et de bon niveau. Les noirs ne sont malheureusement pas aussi profonds qu’on l’aurait souhaité, et un fourmillement assez apparent est observable. Les parties denses offrent des dégradés subtils et précis.

La partie numérique du transfert est irréprochable et ne souffre d’aucun défaut de compression ou de numérisation. Un léger grain omniprésent peut-être remarqué dans le transfert, mais il s’agit là du résultat de l’emploi de gain employé lors de la captation du spectacle et non pas d’un défaut du transfert. Il est à noter que toutes les qualités offertes par les images du concert sont absentes des portions documentaires, qui sont granuleuses, mal définies, ternes au possibles et mal contrastées.


Son
Cette édition nous offre pas moins de quatre bandes-son différentes : PCM Stéréo 48Khz non-compressé, SRS Circle Surrond 5.1, Dolby Digital 5.1 et DTS. Pour ceux qui s’interrogerait sur la nature du SRS Circle Surround, il s’agit d’un format qui permet d’encoder un signal imitant le multi-canal 5.1 dans une source analogique stéréophonique. Ensuite, à l’aide d’un décodeur SRS Circle Surround (suggéré) ou encore à l’aide de votre décodeur Dolby Surround/Digital vous pouvez profiter d’un environnement sonore se rapprochant d’un mixage multi-canal. Après avoir testé cette bande, nous pouvons affirmer que le résultat est potable, mais sans plus. Les mixages DTS ou Dolby Digital 5.1 sont hautement supérieurs en terme de présence, de profondeur, du positionnement des éléments sonores et même de la netteté du son. Précisions toutefois que la technologie SRS Circle Surround est généralement employée en télédiffusion, ce qui permet donc aux téléspectateurs de profiter d’un semblant de mixage multi-canal.

Pour cette critique, nous avons choisi d’analyser plus en détail le mixage DTS puisqu’il est le plus intéressant des quatre. La bande-son Dolby Digital 5.1 est toutefois très similaire à sa rivale DTS et constitue une alternative des plus valables pour les consommateurs qui ne possèdent pas de décodeur DTS. Le son est profond et dynamique. L'espace sonore, très immersif, apparaît fort bien exploité (voir même un peu trop). Les canaux d’ambiophonies sont sollicités pour reproduire la foule ainsi qu'un retour de son qui aurait manifestement profité d’une plus grande subtilité. En effet, les enceintes arrières sont parfois si présentes qu’elles deviennent distrayantes. La fidélité sonore est irréprochable, chaque instrument (y compris la voix) profite d'une reproduction sonore nette et précise. Le mixage garde un bel équilibre entre le son des divers instrument et la voix pour le moins intense du chanteur. Les basses offrent une présence solide. Sa profondeur et son agressivité appuient efficacement les instruments. L'emploi du canal .1 (LFE) est quant à lui assez décevant, uniquement là pour appuyer le grosse caisse (Bass drum). Une utilisation plus soutenue, ne serait-ce que pour les effets pyrotechniques (qui, telles quelles, sont peu impressionnants), aurait été souhaitable.

Pour les segments documentaires, la présence et la profondeur diminuent évidemment de façon considérable.  La prise de son bâclée se traduit par des voix étouffées et difficilement intelligibles. Les canaux arrières sont néanmoins sollicités pour reproduire très subtilement une trame-sonore qui donne du rythme à l’ensemble sans pour autant compromettre d’avantage la qualité exécrable des dialogues.


Suppléments/menus








Conclusion
Sans aucun doute, Godsmack : Changes s’adresse aux fans purs et durs du groupe. Le montage qui alterne sans cesse entre des portions documentaires d’un intérêt très moyen et les séquences de spectacles risque de lasser les amateurs plus modérés qui sont à la recherche d’un spectacle plus classique. Techniquement, cette édition propose une qualité d’image d’un très bon niveau durant les séquences de concert. Il en va de même pour les mixages sonores qui sont efficaces durant le spectacle. Au niveau des suppléments, il n’y a qu'une banale galerie d'images à se mettre sous la dent.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,4/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2004-11-11

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Godsmack - Changes

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
105 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):
-

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal Music Canada

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
PCM
Dolby Digital 5.1
DTS

Sous-titres:

Suppéments:
galerie d'images

Date de parution:
2004-10-05

Si vous avez aimé...