Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Tree of Life, The

Critique
Synopsis/présentation
Attendu et annoncé comme l’arrivée du Messie, The Tree of Life du cinéaste Terrence Malick aura assurément marqué l’année 2011 pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il est reparti avec la prestigieuse statuette de Palme d’or lors du dernier Festival de Cannes. Aussi, parce qu’on annonçait déjà avant même sa sortie cette nouvelle réalisation comme un grand chef-d’œuvre. Et surtout, parce que chacune des productions de Malick, aussi rare soit-elle, est un événement en soi. Plus de cinq ans après The New World, le cinéaste américain s’attaque au mythe de la création de l’univers en mettant en scène la vie d’un homme dont l’enfance a été bouleversée par un drame familial.

Le film commence en nous annonçant qu’il n’y a que deux façons d’affronter la vie : la nature et la grâce. The Tree of Life passera plus de deux heures quinze à hésiter entre les deux, offrant des personnages et des symboles incarnant chacune de ces deux possibilités. D’abord, la mère représentant la bonté, l’amour, l’abandon de soi et la pureté, donc se rapprochant de la grâce. Puis, le père contrôlant, absent, obsédé par son gazon serait plutôt du côté de la nature. La mise en scène aussi préfèrera présenter l’un et l’autre plutôt que de choisir un camp définitif. Étonnamment, puisque chez Malick l’homme a souvent sinon toujours été le fils de la Nature. Par conséquent, il devient un peu surprenant de voir des personnages (et le film) accordé autant d’importance à la religion.

Il y a aussi deux parties au film de Malick. La première, magnifique, reconstitue dans un montage à couper le souffle l’enfance du personnage principal. La caméra est vive et les images sont poétiques. Même si elle filme les hommes (et une femme), cette caméra finie toujours par se perdre dans le vent, dans un arbre ou encore dans le ciel prouvant que le cinéaste et l’homme ne peuvent rien contre les Forces de la nature. Cette nature l’homme en découle et Malick nous le rappelle avec sa fameuse séquence de près de vingt minutes qui reconstitue la création de l’univers. La séquence dont tout le monde parlera et qui sera (sur)analysée dans les années à avenir est aussi un très grand moment de cinéma. C’est en juxtaposant l’histoire d’un garçon « normal » à la création de l’univers, en passant du particulier à l’universel, que l’œuvre de Malick viendra nous remuer, nous faire questionner, nous ramener à la question la plus importante que l’homme s’est posée depuis qu’il a développé sa conscience : que faisons-nous sur cette Terre ?

Cependant la deuxième partie du film laisse perplexe. Plus réaliste dans sa façon de filmer, la caméra de Malick s’attarde cette fois-ci aux conséquences du drame familial. Les réflexions s’estompent pour laisser place à des clichés qui détonnent dans ce drame : le père distant, absent et autoritaire, la femme aimante qui ne peut finalement n’être que mère ou Vierge et l’enfance qui devient le refuge (ou plutôt la source) de tous les maux. Cela est sans compter une séquence mystico-spirituelle sur la vie après la mort très « new age » qui en rebutera plus d’un.

L’œuvre de Malick est certes loin d’être le chef d’œuvre annoncé. C’est un film à la symbolique souvent trop lourde et trop présente qui sombre dans sa deuxième partie dans des clichés souvent grossiers. Mais il s’agit aussi d’une véritable proposition de cinéma, d’une œuvre qui divisera les spectateurs pour le meilleur et pour le pire (à l’image de la nature et de la grâce), d’un film aux multiples lectures et aux richesses cachées à l’image de son plan final évocateur et énigmatique.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2.35:1 à une résolution de 1080p.

Un seul mot : Sublime ! Un transfert à faire pleurer de … joie ! Malick ayant filmer avec plusieurs types de caméras (35 mm, 65 mm, Caméra Red One, etc.), l’image n’est pas toujours de même nature et n’est pas toujours « constante ». C’est-à-dire qu’un plan peut laisser transparaitre un grain cinématographique et qu’un autre peut être d’une netteté à couper le souffle. Les détails et les textures sont donc reproduits avec une précision rare. Le rendu des couleurs est carrément époustouflant, d’une richesse et d’une précision rarement égalée rendant ainsi justice au travail de maître du réalisateur et de son directeur photo. Le niveau des noirs est parfaitement géré évitant tout les défauts de surbrillance possibles. Les dégradés sont aussi parfaitement fluides et précis offrant de magnifiques parties sombres. Les noirs sont bien entendus d’une profondeur et d’une intensité remarquables. Vous l’aurez compris. Il s’agit d’un transfert vidéo absolument remarquable et qui deviendra assurément une référence. Un excellent travail qui éblouira bien des salons.

La partie numérique se sauve de tout défaut apparent.


Son
Deux bandes sons sont disponibles sur cette édition. La version originale anglaise est disponible au format DTS-HD Master Audio alors que la version française est offerte au format Dolby Surround 2.0.

Un message placé au début du visionnement proposant au spectateur de monter le son pour une expérience optimale est l’indice qui nous annonce que ce mixage 7.1 est à l’image du transfert vidéo. Puissant et dynamique, le mixage exploite habilement son potentiel grâce à plusieurs effets d’ambiophonie particulièrement saisissants et d’autres fins dans leur subtilité. Ces enceintes arrière appuient aussi parfaitement les ambiances alors que les ouvertures frontale et latérale sont claires et précises pour la majorité des éléments sonores. Les dialogues sont impeccablement reproduits (les nombreuses voix-off notamment) alors que la trame sonore signée Alexandre Desplat s’intègre superbement au mixage. Les basses fréquences gronderont avec une puissance et profondeur des plus étonnantes particulièrement lors de la séquence de la reconstitution de l’univers tandis que les extrêmes graves se veulent d’une efficacité redoutable lorsqu’elles seront sollicitées principalement lors du même moment.

Des sous-titres anglais sont disponibles.


Suppléments/menus
En plus d’une bande-annonce du film, nous retrouvons un documentaire « Exploring the Tree of Life » d’une durée de trente minutes. Désir du cinéaste de se vouloir discret et peu bavard à l’égard de ses films, le segment verra Terrence Malick briller par son absence.

En revanche, des réalisateurs comme David Fincher et Christopher Nolan font quelques interventions pour vanter les mérites du cinéaste. Il explore également la genèse de l’œuvre, son tournage, son montage et sa distribution grâce à des interventions de Brad Pitt, Jessica Chastain et du producteur Bill Pohlad et de Douglas Trumboll qui a conçu les effets spéciaux du film.



Conclusion
Œuvre métaphysique et spirituelle, The Tree of Life interroge notre passage sur Terre. À la fois d’une beauté enivrante et d’un convenu parfois ennuyant, le film de Terrence Malick est néanmoins un film qui mérite toute l’attention que l’on lui accorde. Sans être le chef d’œuvre annoncé, le film demeure toute de même l’expérience cinématographique la plus pertinente de l’année.

Cette édition frôle la perfection. Le transfert vidéo est absolument magnifique et est à la veille d’être une référence alors que le mixage est quant à lui d’une puissance surprenante et d’une subtile finesse. Si seul un documentaire est disponible, il faut tout de même avouer qu’avec Malick qui est peu bavard et surtout peu friand des sorties publiques, ce segment de trente minutes est néanmoins la bienvenue. Si vous avez manqué The Tree of Life en salles (ou non), courez vous procurez cette édition. Tout a visiblement été mis en œuvre pour reproduire le plus fidèlement les conditions de représentation cinéma.


Qualité vidéo:
5,0/5

Qualité audio:
4,9/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
4,7/5

Note finale:
4,5/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2011-10-27

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Tree of Life, The

Année de sortie:
2011

Pays:

Genre:

Durée:
139 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
E one Entertainment

Produit:
Blu-ray + DVD

Nombre de disque:
1 BD-50

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 7.1
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaire (Exploring the Tree of Life)

Date de parution:
2011-10-11

Si vous avez aimé...