Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Zelig

Critique
Synopsis/présentation
Zelig est une réussite cinématographique et technique indéniable. Dès 1980, Woody Allen commence à travailler sur le film, projet qui lui demande plus de deux années de travail. Cette oeuvre est un pastiche de documentaires qui présentent des personnages oubliés. Allen crée une magnifique mystification et prouve, encore une fois, son très grand talent de réalisateur. Comme pour tous ses films, il en signe également le scénario.
Zelig, qui signifie "Bienheureux" en yiddish, est un faux documentaire sur le phénomène Leonard Zelig dit l'homme caméléon. À la fin des années 20, quand les médias découvrent que Zelig a la faculté d'adopter les attributs physiques et intellectuels des gens autour de lui, il devient une curiosité mondiale. Grâce à la psychiâtre Eudora Fletcher, Zelig entreprend une thérapie qui le guérit. La célébrité qu'il acquiert attire les profiteurs. Il devient suspect auprès de la majorité morale et finit par être montré comme un monstre immoral. Zelig, traumatisé, fait une rechute et s'enfuit en Allemagne nazie où le docteur Fletcher va le chercher.
Zelig est une oeuvre complexe et dense. Woody Allen a construit un savant mélange humoristique de faits historiques véritables et d'événements construits de toutes pièces. Le film, dont la forme et le contenu sont en parfaite adéquation, exige d'être vu plusieurs fois pour en apprécier toutes les subtilités.
Zelig, l'homme caméléon, est l'archétype du conformisme. Il se conforme tellement à ceux qui l'entourent, qu'il en devient anormal. D'autre part, lorsqu'il est guéri et réintègre la normalité, il s'avère une menace pour la société. Cette contradiction illustre la place inconfortable qu'occupe un individu provenant d'une minorité.
Allen adresse de multiples clins d’oeil au spectateur: citons le moment où des mères dénoncent Zelig comme étant le père de leurs enfants. C'est exactement ce qui est arrivé à Charlie Chaplin: ce dernier a eu des problèmes avec des ligues de défense des bonnes moeurs dans les années trente. Allen s'amuse ici à montrer toute l'hypocrisie qui se cache derrière les puritains de tout poil.


Image
Il est assez difficile de juger de l'image de l'interpositif, l'image a été volontairement vieillie et endommagée pour rendre vraisemblables les passages de faux documents d'époque. Mais les passages durant lesquels des personnalités parlent du cas Zelig sont tous de bonne qualité.
Le transfert anamorphique et numérique propose le format original du film, soit 1.85:1. Disons que l'esthétique générale du film fait penser aux séries documentaires présentées sur PBS (Public Broadcasting Service). Donc, il ne faut pas s'attendre à une image très belle avec une photographie impeccable.
Ceci dit, le transfert ne comporte pas de défauts de compression. La définition est excellente et l'image offre un très beau contraste. Les passages en couleurs sont assez ternes dans l'ensemble mais, encore là, il y a peu à dire sinon que c'est l'exacte reproduction des volontés esthétiques du réalisateur.



Son
Une seule bande sonore est proposée avec cette édition DVD: Dolby Digital anglaise monophonique. Encore une fois, étant donné le caractère spécial du film, le son ne peut être comparé à celui d'autres éditions DVD. Il est souvent très plat, souffre de distorsion et présente un souffle très perceptible, ce qui est normal car il doit dater des années trente. Durant les entrevues, le son est très acceptable: autant que celui de n'importe quel documentaire tourné en 16 mm. Il aurait été idiot de la part de la MGM d'effectuer un mixage 5.1 de ce film.


Suppléments/menus
Comme pour toutes les éditions à prix économique de la MGM/UA, le seul supplément offert est la bande-annonce du film. Notons qu'on retrouve un livret de deux pages dans le boîtier. Ce texte, en anglais seulement, est intéressant et situe très bien l'oeuvre dans son contexte de production.



Conclusion
Ce film est l'un des trésors du coffret Woody Allen. Bien que le transfert soit bon, il est très regrettable que la MGM n'ait pas proposé une édition spéciale pour cette édition. Le film en valait vraiment le coût. Zelig n'est pas un comédie comme les autres: il fait partie de ces rares films que l'on a plaisir à revoir encore et encore.


Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
1,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2001-11-05

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Zelig

Année de sortie:
1983

Pays:

Genre:

Durée:
78 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Livret et bande-annonce

Date de parution:
2001-11-07

Si vous avez aimé...