Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Supernatural (The Complete Sixth Season)

Critique
Synopsis/présentation
Créée par Eric Kripke, et co-produite par Robert Singer, McG et Kim Manners, la télésérie américaine Supernatural est arrivée en onde septembre 2005. L’épisode pilote mettait en scène trois personnages : John et ses deux fils, Dean et Sam Winchester. Lors d’une soirée, un inconnu pénètre dans la maison des Winchester et fait une apparition dans la chambre de Dean, alors âgé de six mois. La mère, qui a aperçu l’inconnu, est aussitôt absorbée par le plafond et disparaît à travers des flammes. John, le père, ayant assisté de façon impuissante à la scène, se sauve avec ses deux fils. Il comprend alors que c’est un démon qui a fait le malheur de sa famille et se jure de se venger. Il élève donc ses deux fils en véritables chasseurs de forces du Mal, de sorte à l’aider dans sa quête. Mais voilà, une vingtaine d’années plus tard, Sam a pris un chemin différent. Il est étudiant en droit et est follement amoureux de sa copine Jessica alors que Dean est resté à chasser aux côtés de son père. Un jour, Dean vient rendre visite à son frère sur le campus et lui apprend que leur père a disparu. Sam refuse de partir à sa recherche et de retrouver ce monde démoniaque. Mais voilà, Sam rentre chez lui et assiste à la mort de sa copine Jessica, enflammée de la même façon que sa mère, il y a de cela vingt ans. C’est donc l’élément déclencheur qui fera en sorte que Sam partira avec son frère Dean pour retrouver leur père et, par la même occasion, le démon qui a causé tous leurs malheurs.

Cela fait maintenant six saisons que la série est diffusée sur la CW et même si elle continue d’obtenir un franc succès et de combler les plus fanatiques, l’intrigue commence dangereusement à s’essouffler. À travers les saisons, les frères Winchester se sont affrontés aux démons, à Lucifer, aux anges et même à Dieu. Ils ont traversé à plusieurs reprises à travers les dimensions faisant des allers-retours entre l’Enfer et la Terre. D’ailleurs, cette sixième saison reprend quelques temps après que Sam soit allé en Enfer pour sauver le monde. Dean a, quant à lui, refait sa vie avec Lisa et son fils. Naturellement lorsque Sam revient sur Terre, il n’est plus tout à fait lui même. Froid, méfiant et distant, il se rendra compte qu’il lui manque … son âme.

Le principal problème d’une télésérie comme Supernatural n’est certainement pas sa mythologie qui, même si elle est parfois tirée par les cheveux, demeure cohérente et captivante. Et c’est encore moins une série qui ne s’est pas rire d’elle–même. En effet, cette saison-ci donne encore une fois une belle part à la dimension auto-dérisoire si chère à la série dans un épisode « The French Mistake » où Sam et Dean sont envoyés dans un univers parallèle, notre monde, où ils sont des acteurs jouant dans la télésérie Supernatural. Non, ce qui était à l’origine une force de la série et qui devient ici sa plus délicate faiblesse ce sont ses personnages. Supernatural est une télésérie qui devrait introduire davantage de personnages récurrents. Si les créateurs ont misé juste avec l’ajout du personnage de Castiel et l’importance plus périodique que prend Bob, fidèle ami de la famille Winchester, il en va tout autrement des personnages féminins. En effet, depuis les touts débuts les femmes n’ont pas la belle part dans les aventures de Dean et Sam. Si elles ne sont pas expédiées lorsqu’elles se rapprochent un peu de l’un ou de l’autre (Jo, Lisa, Ruby), elles sont les méchantes forces à éliminer pour la fin de la saison (Lilith, et dans le cas de la présente saison, Eve). Un peu comme si les héros (les acteurs) devraient restés des objets potentiellement disponibles aux nombreuses amatrices de l’émission.

Quoi qu’il en soit, les fins de saison commencent à se ressembler : on expédie un des deux personnages principaux en Enfer et on le ramène dans la saison suivante avec quelques traumatismes. Or, cette fois-ci, les créateurs ont le mérite de se concentrer sur un tiers personnage et de l’amener dans une toute nouvelle direction laissant promettre de belles (et nouvelles) choses pour la septième saison. Supernatural demeure néanmoins une série fort divertissante, toujours consciente de son auditoire et qui continue de développer une mythologie passionnante et unique.


Image
Les épisodes sont tous offerts au format d’image respecté de 1.78:1 d’après un transfert 16:9.

Supernatural est désormais présentée (et tournée) en haute définition.

L’image affiche une définition générale tout à fait excellente. Les détails et les textures sont reproduits avec précision et finesse. Le rendu des couleurs est irréprochable également; correctement étalonnées. Ces dernières demeurent riches et saturées. Les contrastes sont bien gérés évitant la plupart des effets de surbrillance. Les parties sombres, constituant ici souvent la grande majorité des séquences, sont reproduites avec détails et précision grâce à des dégradés précis et des noirs purs et intenses.

En ce qui concerne la partie numérique, on se sauvera de tout défaut majeur.


Son
Une seule bande son est disponible sur cette édition et elle est offerte en version originale anglaise au format Dolby Digital 5.1.

Cette bande son Dolby Digital 5.1 est satisfaisante. Remplissant pleinement son mandat de nous immerger dans l’univers de la série grâce à une habile utilisation des ouverture, frontale et arrière ainsi qu’à de multiples effets d’ambiophonie plutôt saisissants dans les moments d’action. Cela est sans compter sur l’utilisation périodique du canal de basses fréquences. Les dialogues demeurent constamment et parfaitement intelligibles alors que la trame sonore profite d’un solide appui des basses fréquences. Le canal d’extrêmes graves est également souvent sollicité avec efficacité et profondeur.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus
Seules deux pistes de commentaires audio se retrouvent sur cette édition. La présente se trouve sur le troisième disque pour l’épisode « Clap Your Hands If You Believe » et la deuxième se trouve sur le quatrième disque pour l’épisode « The French Mistake ». Les deux proposent les interventions des producteurs exécutifs Robert Singer, Sera Gamble et Ben Edlund. Et si l’on doit admettre que l’absence des deux stars de la série, Jensen Ackles et Jared Padalecki, se fait sentir par un ton nettement moins divertissant que des pistes de commentaires passées, ces interventions demeurent informatives et pertinentes sur assurément deux des meilleurs épisodes de la saison.

Sur le premier disque, nous retrouvons le documentaire « Jensen Ackles : A Director’s Journey (26:45) » qui s’intéresse à l’épisode « Week-end at Bobby’s » que Ackles à lui-même réalisé. Assez conventionnel, les images du tournage surprennent néanmoins par le simple fait de voir l’acteur diriger son plateau.

Sur le quatrième disque, nous retrouvons un bêtisier « The French Mistake Alternate Takes and Outtakes (4:27) » divertissant, mais plutôt dispensable.

Sur le sixième et dernier disque, nous retrouvons la majorité des suppléments. D’abord, « Supernatural and the Quest for the Soul (29:30) » est un documentaire qui explore les thématiques de la série et de la saison grâce à des interventions des artisans, des producteurs, mais aussi de spécialistes en théologie. Nous retrouvons également un bêtisier (11:10), et surtout deux épisodes complets de la série dérivée Supernatural : The Anime Series, soit « All Hell Breaks Loose Part 1 (22 :42) » et « All Hell Breaks Loose Part 2 (22:42) ». Un beau cadeau pour fans. Ces deux épisodes se visionnent également avec des « introductions » optionnelles de Jared Padalecki et Jensen Ackles.



Conclusion
Rejoignant et satisfaisant toujours son fidèle public, Supernatural demeure toujours une valeur sûre en termes de série fantastique. Certainement, la plus pertinente et la plus établie dans sa mythologie depuis Buffy the Vampire Slayer, cette sixième saison démontre néanmoins les limites et les défauts qui commencent à se faire un peu trop sentir. Néanmoins, elle contient des épisodes absolument géniaux (« The French Mistake ») et la conclusion promet de biens grandes choses pour cette prochaine et septième saison.

L’édition DVD est techniquement réussie. Le transfert vidéo et le mixage 5.1 sont à la hauteur et répondent aisément au type de série présentée ici. On ne regrettera, comme les autres saisons, que l’on doive attendre une réédition pour une bande-son française. Les suppléments sont tantôt intéressants mais surtout destinées au amateurs purs et durs de cette série.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
3,4/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2011-11-26

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Supernatural

Année de sortie:
2010

Pays:

Genre:

Durée:
917 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
6 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Pistes de commentaires audio, documentaires, bêtisiers, épisodes animés

Date de parution:
2011-09-13

Si vous avez aimé...