Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Supernatural (The Complete Second Season)

Critique
Synopsis/présentation
Créée par Eric Kripke, et co-produite par Robert Singer, McG et Kim Manners, la télésérie américaine Supernatural est arrivée en septembre 2005 sur la chaîne de la Warner Bros. L’épisode pilote mettait en scène trois personnages : John et ses deux fils, Dean et Sam Winchester. Lors d’une soirée, un inconnu pénètre dans la maison des Winchester et fait une apparition dans la chambre de Dean, alors âgé de six mois. La mère, qui a aperçu l’inconnu, est aussitôt absorbée par le plafond et disparaît à travers des flammes. John, le père, ayant assisté de façon impuissante à la scène, se sauve avec ses deux fils. Il comprend alors que c’est un démon qui a fait le malheur de sa famille et se jure de se venger. Il élève donc ses deux fils en véritables chasseurs de forces du Mal, de sorte à l’aider dans sa quête. Mais voilà, une vingtaine d’années plus tard, Sam a pris un chemin différent. Il est étudiant en droit et est follement amoureux de sa copine Jessica alors que Dean est resté à chasser aux côtés de son père. Un jour, Dean vient rendre visite à son frère sur le campus et lui apprend que leur père a disparu. Sam refuse de partir à sa recherche et de retrouver ce monde démoniaque. Mais voilà, Sam rentre chez lui et assiste à la mort de sa copine Jessica, enflammée de la même façon que sa mère, il y a de cela vingt ans. C’est donc l’élément déclencheur qui fera en sorte que Sam partira avec son frère Dean pour retrouver leur père et, par la même occasion, le démon qui a causé tous leurs malheurs.

Durant cette première saison, la série construit son identité. À chaque épisode, les frères Winchester affrontent une entité surnaturelle différente tout en tentant de retrouver les traces de leur père qui est évidemment parti à la recherche du fameux démon. Au volant de la voiture de Dean, une Chevrolet Impala 1967, les deux frères parcourent les routes des Etats-Unis afin d’enquêter sur différents phénomènes paranormaux (fantômes, démons, vampires, esprits vengeurs, etc.). C’est donc le prétexte idéal pour offrir une série visuellement très riche, avec un aspect « films d’horreur des années 70 et 80 » particulièrement réussis. Cette saison sert aussi à mettre en place les bases d’une mythologie dont les scénaristes ont visiblement un contrôle absolu, une mythologie qui, tout de même, n’est pas aussi forte que celles de The X-Files et Buffy the Vampire Slayer, les deux séries auxquelles Supernatural a été comparée. Car, ce qui pouvait être reproché à cette première saison, c’est le fait qu’elle semblait être surtout destinée à un public adolescent. Malgré cela, la série a réussit à trouver son public et à offrir une fin de saison particulièrement enlevante avec les retrouvailles entre le père et ses deux fils. Mais la principale qualité de Supernatural, et elle est de taille : ses personnages. Sam et Dean Winchester sont deux héros aux antipodes (l’un est réfléchi, humaniste et l’autre est impulsif et fidèle aux valeurs familiales) et demeurent particulièrement charismatiques. Leur relation est particulièrement intéressante, autant peuvent-ils être en désaccord total allant même jusqu’à se cacher des secrets l’un envers l’autre, autant peuvent-ils être de grands complices au fil de leurs enquêtes. À ce titre, l’humour et le drame sont les deux éléments caractéristiques et judicieusement dosés de cette série fantastique.

La saison qui nous intéresse ici, la deuxième, reprend exactement où la précédente nous avait laissé, c’est-à-dire lors de l’affrontement final entre les Winchester, père et fils, et leur démon. Laissés pour morts dans la voiture de Dean, les trois hommes sont ramenés à l’hôpital où Dean reposera dans le coma. Afin de sauver son fils qui est gardé dans cet état par une entité démoniaque, John se sacrifiera laissant ses fils livrés à eux-mêmes pour combattre le Mal. Ainsi, cette deuxième saison démarre sur les chapeaux de roues en offrant plus qu’un simple arc scénaristique déchirant. Car, on s’en doute, au fil de la saison, on découvrira d’autres secrets concernant le père Winchester. C’est aussi un judicieux prétexte pour approfondir la relation entre les deux frères ainsi qu’avec leur réaction face à cette douloureuse perte. Cette deuxième saison est donc plus riche en émotions et en rebondissements tout en offrant une nouvelle dimension aux personnages. C’est aussi une saison où l’on découvre davantage de personnages récurrents. Ces personnages sont la réponse même de la mort de John puisqu’ils permettront aux frères Winchester de réaliser qu’ils ne sont pas seuls dans leur quête d’anéantir les forces du Mal. À ce titre, nous découvrons, entre autres, Ellen Harvelle et sa fille Jo, une amie de John qui aidera beaucoup les frères tout en révélant un des secrets concernant la vie de John en tant que chasseurs des forces du Mal. C’est aussi cette saison que Sam et Dean devront apprendre à être plus discrets puisqu’ils seront rapidement recherchés par la police. On exploitera également très bien le statut « spécial » de Sam en intégrant de nouveaux personnages ayant aussi des habiletés psychiques (notamment, le personnage charismatique de Ava). C’est aussi la saison où la série joue avec une dimension d’autodérision des plus amusantes dans un hilarant épisode se déroulant dans les studios d’Hollywood.

Supernatural est assurément une bonne série. Tournée à Vancouver, cette deuxième saison est encore meilleure et plus riche que la précédente. Les thématiques sont plus ambitieuses, les personnages plus fouillés et la mythologie est beaucoup plus assumée et assurée. Si vous n’avez pas encore découvert cette série, cette deuxième saison ne risque pas de trop vous déboussoler puisqu’il s’agit réellement d’une nouvelle intrigue qui commence pour les frères Winchester. Assurément, Supernatural est promise à devenir un incontournable de la télévision fantastique.


Image
Les épisodes sont tous offerts au format d’image respecté de 1.78:1 à une résolution de 1080p.

Diffusée en haute définition, la série retrouve ici ce qui se rapproche le plus de sa qualité d’image originelle et surpasse en tout point le transfert de l’édition DVD. Un grain très prononcé est perceptible presque constamment, mais l’image affiche néanmoins netteté et précision. Les détails et les textures sont bien reproduits. Le rendu des couleurs est exemplaire. Le travail sur la photographie très particulier effectué sur la série pour lui donner son côté « sombre » et « sale » est ici impeccablement rendu grâce à un rendu des couleurs précis. Les tons de peaux sont reproduits aussi avec naturel. Les dégradés sont fluides et précis livrant à des parties sombres richement détaillées. Les noirs sont purs et profonds.

Tout comme le transfert de l’édition DVD, le transfert HD ne se sauve pas de quelques signes de compression perceptibles ici et là à quelques occasions, mais rien de trop grave pour gâcher le visionnement.


Son
Pas moins de 5 bandes sons sont offertes avec cette édition. Une seule bande son est disponible au format Dolby Digital 5.1., en version originale anglaise. Les autres toutes au format Dolby Surround 2.0 sont offertes en versions espagnole, portugaise et allemande. Mais le véritable ajout de cette édition qui plaira au public québécois est assurément la présence d’un doublage français (Dolby Surround 2.0) qui n’était pas disponible sur l’édition DVD d’origine (une réédition avec une version française est parue, mais beaucoup tard).

C’est le mixage 5.1 qui a été employé pour cette critique. Bien que très impressionnante, la bande son 5.1 demeure un peu « limitée » quant à son format. En effet, on se demande un peu la pertinence d’inclure une bande-son au même format que l’édition DVD mais revampée pour le format HD (640 kbps) alors qu’une Master Audio HD ou une DTS est presque devenue une norme de l’audio haute définition.

Malgré tout ce serait bouder notre plaisir, puisque comme mentionné le mixage 5.1 livre la marchandise.
Faisant preuve de présence et de dynamisme, le mixage ne manque pas de nous immerger dans l’univers sonore de Supernatural. Le déploiement du champ sonore s’effectue de façon conventionnelle, mais efficace : les ouvertures frontale et latérale servent à laisser entendre la grande majorité des éléments sonores alors que les enceintes arrière servent à appuyer les ambiances, mais aussi à produire plusieurs effets de d’ambiophonie (particulièrement dans les scènes d’action) ajoutant ainsi une profondeur au mixage. Les dialogues demeurent constamment et parfaitement intelligibles alors que la trame sonore s’intègre efficacement au mixage. Les basses fréquences grondent souvent et avec une profondeur bien sentie alors que le canal d’extrêmes graves se manifeste aussi dans les séquences plus mouvementées et fait preuve d’une grande efficacité.


Des sous-titres anglais, français et espagnols, portugais, allemands et néerlandais sont disponibles.


Suppléments/menus
Ce sont les mêmes suppléments présents sur l’édition DVD que nous retrouvons sur cette édition en format Blu-ray. Sur le premier disque, nous retrouvons une piste de commentaires audio partagée par les acteurs Jared Padalecki et Jensen Ackles, le producteur Cyrus Yavneh et le producteur et réalisateur Kim Manners pour le premier épisode « In My Time of Dying ». Nous avons droit à quelques anecdotes constructives et amusantes de tournage, mais il y a beaucoup trop de temps morts pour le nombre d’intervenants sollicités ici. Pour le même épisode, nous retrouvons deux scènes supprimées (0:59 et 0:21) amusantes, mais qui n’apportent absolument rien à l’intrigue. Nous avons aussi une scène supprimée (1:16) pour l’épisode « Bloodlust » qui nous montre un Dean enthousiasmé par sa chasse et un Sam anxieux. Intéressante, mais sans plus.

Sur le deuxième disque, nous retrouvons deux scènes supprimées (1:35 et 0:50) pour l’épisode « The Usual Suspects ». La première est une version rallongée d’un dialogue entre les deux détectives alors que la deuxième sert à accentuer le doute du détective jouée par Linda Blair concernant la possibilité d’un esprit vengeur. Nous avons également deux scène supprimées (1:22 et 1:59) pour l’épisode « Hunted ». La première met en scène le personnage de Ash et la deuxième est une version rallongée d’un échange entre Sam et le personnage d’Ava. Encore une fois, ces deux scènes n’apportent rien de bien grandiose à l’intrigue, mais peuvent être amusantes à visionner une fois.

Sur le quatrième et dernier disque, nous retrouvons d’abord une piste de commentaires audio pour les épisodes « What is and What Should Never Be » (animée par le créateur, producteur et réalisateur Eric Kripke) et « All the Hell Loose Breaks Part I » (animée par Eric Kripke, le producteur et réalisateur Robert Singer et la scénariste Sera Gamble). Le premier commentaire offre une regard très explicatif et relativement contemplatif du créateur et réalisateur son épisode. Il parle, notamment de ce qu’il l’a poussé à avoir l’idée de l’épisode (l’épisode « Normal Again » de la sixième saison de Buffy the Vampire Slayer ») et comment il a traité cette idée avec les différentes possibilités scénaristiques de la situation. Bref, l’homme demeure intéressant tout au long de son commentaire. Le deuxième, beaucoup plus différent dans le ton, offre davantage d’anecdotes personnelles et de moments de tournage qu’un véritable regard sur l’épisode ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi et ne le rend pas moins intéressant pour autant. Les deux pistes de commentaires sont offertes avec option de sous-titrage en chinois.

Aussi, sur ce disque, nous retrouvons également un montage de prises ratées (9:15), l’essai du comédien Jared Padalecki (7:42) ainsi que trois segments d’un ton très promotionnel et assez superficiel sur le travail des superviseurs aux effets visuels « The Inside Scoop With Ivan Hayden / VFX Supervisor » (2 :55), sur le travail des scénaristes « Inside the Writer’s Room (7:07) » et sur le travail du chef accessoiriste « Inside the Scoop With Christopher Cooper / Prop Master (3:02) » par rapport à la série.

Le « nouveau supplément » présent sur cette édition Blu-ray est « The Devil’s Road Map : Interactive U.S. Map Guide to Urban Legends and Factoids Pertaining to Each Episode ». Il s’agit en fait de la même carte interactive présente sur l’édition DVD où il est possible de visionner divers segments concernant divers aspects de la production et certains épisodes. La nouveauté se trouve ici dans le fait que plusieurs segments et documentaires ont été ajoutés à cette carte totalisant ainsi la durée du matériel à presque deux heures pour les fans. À noter que le documentaire « The Episode From Hell : The Making of All Hell Breaks Loose Part 2 (11:32) » est accessible uniquement et inexplicablement à partir de la carte interactive mentionnée plus haut.



Conclusion
Le temps aura permis de faire de Supernatural une incontournable. Certes, la série n’a pas atteint le culte d’une Buffy the Vampire Slayer ou encore le prestige d’une X-Files, mais en terme de série de science-fiction difficile de faire mieux dans le paysage télévisuel actuel. Les années auront aussi eu raison de cette deuxième saison qui est loin d’être la meilleure et qui sert plutôt à présenter une série encore aux prises avec des questions d’identité (l’intrigue principale n’est pas toujours à l’avant-plan, par exemple).

Cette édition Blu-ray est excellente. Le transfert vidéo HD est une nette amélioration par rapport à l’édition DVD et reproduit fidèlement le travail visuel d’une série comme Supernatural. Tout comme le mixage 5.1. Nous serons par contre plus heureux de la présence d’une bande son en version française alors l’édition DVD d’origine n’en contenait aucune. Du côté des suppléments, ils sont nombreux, divertissants, mais si vous déteniez l’édition DVD, rien de bien nouveau à se mettre sous la dent. Quelques documentaires, c’est tout. La principale raison de l’achat de cette édition devra donc être pour faire le saut en haute définition. Pour les autres, il n’est certainement pas trop tard pour vous mettre à Supernatural et cette édition est une belle occasion.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,9/5

Suppléments:
3,7/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2011-08-17

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Supernatural

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
903 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
4 BD-50

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround
Allemand Dolby 2.0 Surround
Portugaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol
Portugais
Allemand
Néerlandais

Suppéments:
Pistes de commentaires audio, scènes supprimées, documentaires, bêtisier, carte interactive, audition de Jared Padalecki

Date de parution:
2011-06-14

Si vous avez aimé...