Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Blood Simple

Critique
Synopsis/présentation
Blood Simple est la première réalisation des frères Coen. Il s'agit d'un obscur film noir tourné avec très peu de moyen et qui devait leur servir de carte de visite dans le milieu du cinéma indépendant. C'est en visionnant Evil Dead, film-culte de Sam Raimi, que les deux frangins eurent l'idée d'écrire et de produire eux-mêmes un premier long-métrage et, ainsi, de faire carrière au cinéma (une ambition qu'ils n'avaient que très sommairement envisagée dans le passé…). Sous les valeureux conseils de Sam Raimi lui-même, qui devint leur mentor et ami, les deux hommes réussirent à amasser la somme de 1,5 Millions de dollars (US), somme provenant presque exclusivement d'entreprises privées, et ainsi produire Blood Simple, un film noir au scénario grossier, mais truffé de rebondissements et d'idées diaboliquement mordantes.
Le récit de Blood Simple se résume en quelques mots à peine. Un mari cocu décide tout bonnement de faire assassiner sa femme et son ami, qui se révèle être l'un de ses propre employé. Il fera appel à un détective privé sans scrupule qui pourrait bien avoir un autre objectif en tête… On ne vous en dit pas d'avantage, ce serait là ruiner tout l'intérêt du film, qui réside essentiellement en une série de rebondissements tordus mais imaginatifs. Seul intérêt dit-on parce que tout le film, toute l'histoire repose essentiellement sur ces revirements. Tout d'abord, les personnages sont confus et à peine définis. On ne connaît strictement rien d'eux, de leur vécu ou de leur motivations. Leur présence dans le film n'est que fonctionnelle. Force est d'admettre que n'importe quel autre personnage placé dans ces circonstances aurait très bien pu faire l'affaire. Les frères Coen se sont également très peu souciés du développement narratif de leur histoire. Les situations se succèdent sans véritable enchaînement logique et ne sont prétextes, elles-aussi, qu'à multiplier les rebondissements. N'empêche finalement que le film tient la route du début à la fin par cette minutie avec laquelle les revirements sont déployés. Le film tient en haleine du début à la fin, ce qui est un exploit considérant la faiblesse de l'histoire. Qui plus est, le film est ponctué d'une touche d'humour noir qui fait depuis la renommée des deux frangins. Un peu à la manière de Fargo, les gags sont subtils, mordants et quelques fois incisifs.
Finalement, la mise en scène franchement habile et inventive, tout comme la photographie soignée et imaginative de Barry Sonnenfeld (mieux connu comme étant le réalisateur de Men in Black et Family Adams), font de ce film un exercice de style absolument fascinant à regarder. À noter que cette édition DVD présente le film dans un nouveau montage effectué à l'occasion du quinzième anniversaire du film. Les deux frangins en ont alors profiter pour ajouter quelques scènes ou plans, mais aussi pour retirer quelques passages jugés ennuyeux…


Image
Blood Simple nous est présenté en format original de 1.85:1 et ce, d'après un transfert anamorphique. Malgré l'âge du film et, surtout, le budget minime dont il bénéficia, ce transfert présente une qualité d'image surprenante.
Tout d'abord, l'interpositif utilisé pour le transfert a visiblement bénéficié d'une restauration (effectuée dans le cadre de ce nouveau montage). Pratiquement aucun grain ou anomalie majeure n'y est perceptible. L'image présente une netteté fort satisfaisante, on ne dénote que très peu de plans souffrants d'un léger manque de piqué. Les détails et les textures sont représentés avec une finesse des plus appropriée. Les colorimétrie nous a semblé manqué légèrement de saturation et de pureté, mais les couleurs demeurent néanmoins constantes et n'affichent aucun débordement. Les teintes de peau, quant à elles, nous ont semblées naturelles en tout temps. Brillance et contraste sont tout deux adéquats, aucune variation indésirable n'est à déplorer. Les noirs sont d'une profondeur irréprochable et sont exempts de quelconque trace de fourmillement. Les parties sombres, fortement stylisées par la photographie de Sonnenfeld, sont plus problématiques. La plupart du temps elles sont bien dégradées, mais certains jets de lumières complexes nous font parfois remarquer quelques dégradés grossiers et déficients. Le défaut est plutôt mineur, mais tout de même apparent.


Son
Seule une bande-son anglaise de format Dolby Digital 2.0 Surround est offerte sur cette édition. Cette bande-son constitue en réalité un re-mixage effectué en 1998 à partir du matériel original monophonique. Le mixage n'offre certainement pas la spatialité et le dynamisme d'une bande-sonore contemporaine, mais elle a le mérite de traduire de façon plutôt efficace l'esprit et l'ambiance du film. Les effets d'ambiophonies sont principalement utilisés pour créer une atmosphère à l'aide d'effets sonores subtils (sons ambiants) et de la trame-sonore. On nous épargne ainsi tout effet tapageur inutile pour se concentrer sur l'essentiel. Les dialogues sont toujours naturels et parfaitement intelligibles. Les basses sont utilisés avec beaucoup de modération, un peu plus de puissance aurait peut-être été souhaitable lors de quelques scènes plus corsées.
À défaut d'avoir inclus une bande-sonore française (y en avait-il une de disponible ?), des sous-titres français ainsi qu'anglais et espagnols sont offerts sur cette édition.



Suppléments/menus
Comme pour tous les films des frères Coen disponible en DVD, très peu de suppléments sont offerts sur cette édition. Cependant, quelle ne fut pas notre surprise de constater qu'une piste de commentaires audio était disponible. La surprise est rapidement passée à la déception, puis à l'incrédulité lorsque nous avons remarqué l'animateur de cette piste. Kenneth Loring, de Forever Young Films ? Qui est donc cet homme ? Et qu'est-ce que cet organisme ? À entendre ses propos, l'interrogation n'est que plus grande. Il raconte, avec fort un accent britannique, pratiquement n'importe quoi. L'hypothèse la plus logique a été soulevée par le site internet DVDfile : Kenneth Loring serait en réalité Ethan Coen déguisant sa voie et prenant un malin plaisir à se moquer des auditeurs. Considérant que les frères Coen ont toujours refusé de produire toute piste de commentaires audio, et connaissant leur humour tordu, le doute reste bien mince. De plus, Kenneth ne serait-il pas un anagramme grossier de Ethan ? Certainement, si c'est le cas, cette piste représente l'une des meilleure plaisanterie qui soit…
Le seul supplément réellement intéressant (ou intelligent…) de cette édition est présenté sous forme de notes de production. Elles sont brèves, mais très intéressantes dans leur contenu. La bande-annonce originale est également disponible.



Conclusion
Pour tout amateur du cinéma des frères Coen, ce film est un incontournable. Pour les autres, le film constitue un exercice de style impressionnant, une variation mordante des films noirs classiques. La qualité d'image est à de quoi surprendre par sa qualité, alors que la bande-son traduit adéquatement les intentions stylistiques des auteurs. Les suppléments sont malheureusement bien minimes, mais l'étrange piste de commentaires offerte à de quoi vous faire rire un bon coup à condition de ne pas la prendre au sérieux.



Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
1,5/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
2,5/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2001-10-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Blood Simple

Année de sortie:
1983

Pays:

Genre:

Durée:
96 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Français
Espagnol
Anglais

Suppéments:
Piste de commentaires audio, bande-annonce, notes de production

Date de parution:
2001-10-09

Si vous avez aimé...