Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Supernatural (The Complete First Season)

Critique
Synopsis/présentation
Créée par Eric Kripke, et co-produite par Robert Singer, McG et Kim Manners, la télésérie américaine Supernatural est arrivée en septembre 2005 sur la chaîne de la Warner Bros. L’épisode pilot mettait en scène trois personnages : John et ses deux fils, Dean et Sam Winchester. Lors d’une soirée, un inconnu pénètre dans la maison des Winchester et fait une apparition dans la chambre de Dean, alors âgé de six mois. La mère, qui a aperçu l’inconnu, est aussitôt absorbée par le plafond et disparaît à travers des flammes. John, le père, ayant assisté de façon impuissante à la scène, se sauve avec ses deux fils. Il comprend alors que c’est un démon qui a fait le malheur de sa famille et se jure de se venger. Il élève donc ses deux fils en véritables chasseurs de forces du Mal, de sorte à l’aider dans sa quête. Mais voilà, une vingtaine d’années plus tard, Sam a pris un chemin différent. Il est étudiant en droit et est follement amoureux de sa copine Jessica alors que Dean est resté à chasser aux côtés de son père. Un jour, Dean vient rendre visite à son frère sur le campus et lui apprend que leur père a disparu. Sam refuse de partir à sa recherche et de retrouver ce monde démoniaque. Mais voilà, Sam rentre chez lui et assiste à la mort de sa copine Jessica, enflammée de la même façon que sa mère, il y a de cela vingt ans. C’est donc l’élément déclencheur qui fera en sorte que Sam partira avec son frère Dean pour retrouver leur père et, par la même occasion, le démon qui a causé tous leurs malheurs.

Durant cette première saison, la série construit son identité. À chaque épisode, les frères Winchester affrontent une entité surnaturelle différente tout en tentant de retrouver les traces de leur père qui est évidemment parti à la recherche du fameux démon. Au volant de la voiture de Dean, une Chevrolet Impala 1967, les deux frères parcourent les routes des Etats-Unis afin d’enquêter sur différents phénomènes paranormaux (fantômes, démons, vampires, esprits vengeurs, etc.). C’est donc le prétexte idéal pour offrir une série visuellement très riche, avec un aspect « films d’horreur des années 70 et 80 » particulièrement réussis. Cette saison sert aussi à mettre en place les bases d’une mythologie dont les scénaristes ont visiblement un contrôle absolu, une mythologie qui, tout de même, n’est pas aussi forte que celles de The X-Files et Buffy the Vampire Slayer, les deux séries auxquelles Supernatural a été comparée. Car, ce qui pouvait être reproché à cette première saison, c’est le fait qu’elle semblait être surtout destinée à un public adolescent. Malgré cela, la série a réussit à trouver son public et à offrir une fin de saison particulièrement enlevante avec les retrouvailles entre le père et ses deux fils. Mais la principale qualité de Supernatural, et elle est de taille : ses personnages. Sam et Dean Winchester sont deux héros aux antipodes (l’un est réfléchi, humaniste et l’autre est impulsif et fidèle aux valeurs familiales) et demeurent particulièrement charismatiques. Leur relation est particulièrement intéressante, autant peuvent-ils être en désaccord total allant même jusqu’à se cacher des secrets l’un envers l’autre, autant peuvent-ils être de grands complices au fil de leurs enquêtes. À ce titre, l’humour et le drame sont les deux éléments caractéristiques et judicieusement dosés de cette série fantastique.

Cette première saison présente bien les bases de la série et présente tout le potentiel de la série. Car il faut l’affirmer, avec sa sixième saison à la veille de prendre l’antenne, Supernatural est désormais une télésérie de science-fiction avec sa propre mythologie et est en voie de devenir une référence en son genre. L’occasion est donc ici très belle pour quiconque ayant un moindre intérêt au genre de découvrir cette savoureuse et passionnante aventure qu’est celle des frères Winchester. Et nous vous en conjurons, ne vous laissez pas décourager par cette première saison très moyenne. Le meilleur est à venir.


Image
Les épisodes sont tous offerts au format d’image respecté de 1.78:1 à une résolution de 1080p.

Même si elle fut diffusée en haute définition et dans une qualité d’image qui ne cesse de s’améliorer, la première saison de cette série ne bénéficiait pas de cette grande qualité d’image qui caractérisera les saisons suivantes. La définition générale de l’image est néanmoins bonne. Elle manque seulement de précision dans la reproduction générale des détails et des textures. On remarquera tout de même que la qualité du visionnement est bien meilleure que la version DVD. Le rendu des couleurs fera paraître ces dernières « délavées » en comparaison aux autres rendus Blu-ray des saisons suivantes, mais il s’agit bel et bien d’un « problème » de l’image originale et non du transfert. Pour cela, on saluera la reproduction des couleurs puisqu’elles réussissent à rendre superbement le travail déjà si précis et fin sur la photographie et les décors terrifiants. Le niveau des noirs est parfaitement géré évitant tout effet de surbrillance. Les dégradés sont aussi superbement rendus avec précision et fluidité livrant de très belles parties sombres. Des noirs purs et profonds complètent ce transfert.

Heureusement, la partie numérique semble se sauver de tout problème numérique majeur apparent.


Son
Une bande son anglaise au format Dolby Digital 5.1 est disponible. Mais la mention spéciale revient à la présence d’une bande son française (au format Dolby Surround 2.0) ainsi que d’une bande son espagnole (elle aussi au format Dolby Surround 2.0.). Lorsque l’on connaît le triste sort habituellement réservé à la francisation des séries télévisées américaines, nous ne pouvons que nous réjouir de cette initiative !

Malgré tout c’est le mixage 5.1 original qui nous servira pour cette critique. Un mot d’ailleurs sur la légère déception de se retrouver avec un simple mixage 5.1 pour la version Blu-ray de la série alors que nous connaissons maintenant le potentiel des mixages pour la haute définition. Néanmoins, le mixage fait preuve de dynamisme et de présence. Le déploiement du champ sonore s’effectue bizarrement de façon plutôt limitée. Les ouvertures frontale et latérale laissent place aux éléments sonores alors que les enceintes arrière se font assez discrètes. Appuyant les ambiances, leur potentiel multicanaux n’est décidément pas très exploité. Les effets d’ambiophonie se veulent très subtils et pas nécessairement excitants. Peut-être est-ce dû, comme la qualité de l’image, à la comparaison avec les saisons suivantes qui sont de qualité supérieure. Les dialogues sont néanmoins totalement et constamment intelligibles alors que la trame sonore s’intègre parfaitement au mixage. Les basses fréquences l’appuient d’ailleurs avec profondeur et efficacité tout comme lors des autres moments où elles sont sollicitées, c’est-à-dire assez fréquemment. Le canal d’extrêmes graves gronde un peu moins fréquemment, mais avec une efficacité tout aussi digne de mention.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus
Sur le premier disque, nous retrouvons deux pistes de commentaires audio. La première est pour l’épisode pilote (« Pilot ») et comprend des interventions du créateur Eric Kripke, du réalisateur David Nutter et du producteur Peter Johnson. C’est Kripke qui se manifeste la grande majorité du temps en relatant des anecdotes de tournage (des blagues, et en insistant sur le fait que le tournage à Vancouver à influencer le tournage). La deuxième piste de commentaire audio est sur l’épisode « Phantom Traveler » et est partagée par les deux acteurs Jensen Ackles et Jared Padalecki. Eux aussi y vont de nombreuses anecdotes de tournage et à défaut d’être pertinente, cette piste de commentaire audio est extrêmement divertissante. La chimie entre les deux acteurs y est palpable. Nous retrouvons aussi un segment de scènes supprimées.

Sur le deuxième disque, un autre segment de scènes retranchées ou allongées qui ne viennent réellement ajouter quelque chose aux montages finaux des épisodes.
Sur le troisième disque, nous retrouvons le premier supplément exclusif à cette édition Blu-ray : « Supernatural at the Museum of Television & Radio’s Paley Television Festival (1:12:39) ». Il s’agit d’un panel de plus d’une heure qui comprend un « question / réponse » entre les fans de la série et l’équipe, soit Ackles, Padelecki, Kripke, les producteurs Kim Manners, John Shiban, Peter Johnson et Robert Singer. Un segment très divertissant et indispensable pour les fans de la série. Sur ce disque-ci se retrouve aussi un segment de scènes supprimées plus ou moins pertinentes.

Enfin, sur le quatrième disque, nous retrouvons « Supernatural : Tales from the Edge of Darkness (22:53) » un documentaire sur la « mythologie » de la série. Les créateurs, les producteurs et les acteurs réussissent à faire le tour des sujets avec suffisamment de détails (l’origine du choix de la Impala, notamment) pour rendre le segment agréable et intéressant. Vient ensuite « Day in the Life of Jared and Jensen (10:37), un documentaire superficiel (qui semble avoir été conçu pour les jeunes filles) et qui se concentre sur la préparation pour le tournage de l’épisode « Dead Man’s Blood ».

Le deuxième supplément exclusif à cette édition Blu-ray et assurément le plus intéressant est « The Devil’s Road Map ». Il consiste en un « guide interactif » où il est possible d’accéder aux informations supplémentaires sur les épisodes. Le tout sous une forme de carte routière. Trois types d’informations sont disponibles. En premier lieu, les icônes vert permettent d’accéder à un segment sur l’épisode choisi (son origine, ses idées, etc.). En second lieu, les icônes bleu feront apparaître des symboles marqués pour signifier les endroits hantés sur la carte. En dernier lieu, les icônes jaune serviront à donner accès à certains passages du journal du père Winchester. De quoi passer plusieurs heures occupées !

Un segment de prises ratées plutôt rigolo et divertissant vient clore cette section.



Conclusion
Supernatural est clairement en train de s’établir comme une véritable référence en matière de série de science-fiction. Elle est passée de série pour adolescents vers une série mature consciente de ses forces et ses faiblesses, pourvue d’un sens aiguisé de l’autodérision en plus d’asseoir fermement sa mythologie. Mais avant tout, Supernatural nous présente l’histoire du lien puissant qui unit deux frères. Et ceux qui attendent la prochaine saison avec impatience pourront témoigner de toutes ces qualités. Pour les autres, il ne reste plus rien à attendre. Cette édition en haute définition de la première saison est pour vous.

Une édition satisfaisante, mais qui souffre malheureusement de la comparaison inévitable avec les saisons suivantes qui ont été précédemment éditées en format Blu-ray. En résulte une édition somme toute très bonne techniquement, mais en dessous de ce qui nous a été offert auparavant avec les saisons suivantes. Le transfert video HD est bien, mais la série était nettement inférieure en terme de qualité d’image. Le mixage 5.1 ne semble pas profiter du potentiel multicanaux en plus du fait simple que le HD permet plus que du 5.1. Par contre, Warner remporte énormément de points pour avoir finalement inclus un doublage français sur cette édition alors que c’est chose peu courante pour les séries américains, nous le savons. Reste les suppléments qui sont divertissants et relativement intéressants pour quiconque est fanatique de la série. En somme, une bonne édition et un achat tout à fait recommandable.


Qualité vidéo:
3,9/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
3,5/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2010-11-23

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Supernatural

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
936 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
4 BD-50

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Documentaires, segments, guide interactif, pistes de commentaires audio, prises ratées, scènes supprimées

Date de parution:
2010-06-15

Si vous avez aimé...