Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Carrie (Special Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Brian de Palma (1940) n'a pas besoin de présentation: ce réalisateur américain fait partie de la génération des Spielberg, Lucas et compagnie. Au début de sa carrière, de Palma est attiré par le cinéma de suspense et d'horreur. Il a d'ailleurs donné au cinéma hollywoodien quelques-unes des belles réussites dans ces genres telles que Obsession (1975), Carrie (1976) et Blow Out (1981). De Palma connaît malheureusement un parcours inégal et ses "passages à vide" sont fréquents.
Carrie raconte l'histoire sordide de Carrie White, une adolescente innocente souffre-douleur de ses collègues de classe. Carrie possède un don de télékinésie qui se manifeste quand elle est contrariée. Sa mère (Piper Laurie), fanatique religieuse qui voit le péché partout, la tient consciemment ignorante de tout ce qui touche de près ou de loin à la sexualité. Le jour où Carrie a ses premières règles dans la douche du vestiaire des filles à l'école, elle panique et devient la risée de toutes. Chris (Nancy Allen) une "camarade" de classe, met sur pied une terrible plaisanterie pour le bal de fin d'études. Terriblement humiliée, Carrie utilisera son pouvoir pour se venger.
Carrie est la première adaptation d'un roman de Stephen King à l'écran. Le scénariste Lawrence Cohen a été assez fidèle à l'oeuvre romanesque, sauf pour la fin qui est, dans le film, plus chargée de symboles (par exemple, dans le film, la mère est crucifiée, alors dans le roman, elle fait un arrêt cardiaque). La réalisation est très soignée et la composition des plans est riche et recherchée, démontrant une belle utilisation de la profondeur de champ. On observe également de très beaux et complexes plans séquences. L'ensemble donne beaucoup de dynamisme au développement du récit, ce qui a pour conséquence que le film a remarquablement bien vieilli. 25 ans plus tard, la scène du bal garde toute sa puissance.
De Palma aime faire diverses références cinématographiques. Ici, c'est Psycho d'Alfred Hitchcock qui est à l'honneur. Les références à cette oeuvre puissantes sont nombreuses. Premièrement, citons la musique qui accompagne les moments ou Carrie utilise ses pouvoirs. Deuxièmement, le couteau employé par la mère de Carrie est semblable à celui de Bates. Troisièmement, l'utilisation des vues en plongée ont la même fonction que celles employées par Hitchcock: elles représentent Dieu qui regarde sa création. Mentionnons finalement le fait que les problèmes de Carrie viennent du comportement et de la personnalité de sa mère, tout comme ceux de Normand Bates.
On retrouve toutefois dans Carrie des éléments plus perturbateurs. En dépouillant l'histoire de tous ses artifices, que reste-t-il? Une jeune femme sensible qui assassine les deux représentations de la mère qui composent sa vie: la maléfique (sa mère biologique) et la bienveillante (la prof de gym). Fait très intéressant à noter: dans le roman, la prof survit. Dn plus, le film est carrément misogyne: les femmes y sont montrées comme étant des manipulatrices. Le massacre du bal orchestré par Carrie est le résultat de l'action malveillante de deux femmes: sa mère et Chris...



Image
L'interpositif utilisé n'est pas de première génération, mais il a été visiblement nettoyé et restauré. Il reste ici et là des traces de poussière, mais il serait difficile pour un film de cet âge d'être en meilleur état. Le problème vient du grain prononcé de l'image qui ajoute une instabilité à l'ensemble. Ajoutons qu'avec cette édition spéciale, la MGM répare l'erreur commise lors de la première édition DVD de ce film où le transfert était non anamorphique.Maintenant, le transfert est anamorphique au ratio original du film de 1.85:1.
L'image de ce DVD ne passera pas à l'histoire, mais demeure toutefois très acceptable dans son ensemble: le consommateur moyen n'aura pas grand chose à lui reprocher. Les couleurs sont bien rendues, on note quelques petits problèmes de stabilité, mais rien de véritablement dérangeant. Les teintes de la peau sont naturelles. La résolution est correcte, il n'y a aucun effet mosaïqué et l'image garde une bonne netteté. Au chapitre du contraste, on ne remarque rien de problématique: dans les scènes de nuit, l'image offre des noirs très bons et est bien dégradée.


Son
Ce DVD propose quatre bandes sonores: une bande anglaise Dolby Digital 5.1, la bande originale monophonique anglaise pour les puristes, une bande française et une bande espagnole monophoniques. La championne toutes catégories est celle Dolby Digital 5.1 qui apporte une intensité dramatique que la bande sonore originale ne pouvait pas procurer, d'autant que le remixage a été exécuté avec soin, donnant à ce film un impact plus grand encore.
Ce qui est, au premier abord, des plus remarquables, est le rendu de la trame musicale. Vient ensuite l'amélioration de la scène stéréo qui gagne en largeur et en définition. Les voix des comédiens et les bruits ambiants gagnent en intelligibilité et en détachement. En terminant, mentionnons que les effets ambiophoniques sont très bien intégrés à l'ensemble et donnent l'impression d'avoir toujours fait partie du film : voilà ce qu'on appelle du beau travail.
Les autres bandes sonores présentent beaucoup moins d'intérêt, si on les compare à celle en 5.1, car elles n'ont bénéficié d'aucun traitement particulier. Heureusement, l'éditeur offre également des sous-titres en français et en espagnol, ce qui n'empêchera pas un spectateur francophone unilingue de pouvoir apprécier le film en 5.1.


Suppléments/menus
Le pluriel est ici de mise et la qualité au rendez-vous. Les suppléments proposés dans ce DVD sont dignes d'une édition spéciale. On retrouve deux documentaires réalisés par Laurent Bouzerau, des notes sur le roman de Stephen King et sur l'adaptation de celui-ci, ainsi qu'une galerie d'images.
Le documentaire de 43 minutes, Acting Carrie, ouvre la section des suppléments de ce DVD. Il présente essentiellement des entrevues avec les acteurs qui ont joué dans le film et qui en étaient à leur première expérience au cinéma. Appuyés par de nombreux extraits du film et des photos prises sur le plateau, les comédiens racontent leur relation avec le réalisateur et des anecdotes de tournage. Bien que le tout soit de convenance (" tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil "), l'ensemble n'est pas dénué d'intérêt.
Le documentaire de 40 minutes intitulé Visualizing Carrie est résolument orienté vers la production et la mise en scène de De Palma. Il offre des renseignements intéressants sur le travail d'adaptation du scénario jusqu'à la scène finale du film, en passant par les effets spéciaux et les anecdotes de tournage. Comme dans le premier documentaire, celui-ci est composé d'entrevues avec De Palma, le scénariste Lawrence Cohen, le directeur artistique et le chef opérateur. La présentation est sensiblement pareille à celle du premier documentaire: des photos de plateau et des extraits du film.
Dans l'ensemble, ces documents sont bien réalisés et pertinents. Il ne faut pas oublier que ce sont des produits qui critiquent ou proposent une analyse de l'oeuvre. Si vous aimez les analyses fouillées, vous risquez d'être déçus.
Carrie the musical - Featurette est une curiosité. Le scénariste explique que Carrie a déjà été créé en Angleterre sous forme de comédie musicale. Cette oeuvre théâtrale s'inspirait de l'opéra Lulu, d'Alban Berg, et connut un succès critique.
Animated Photo Gallery: pendant 6 minutes, ce supplément présente des photos de la production de Carrie : intéressant pour les amateurs de diaporamas seulement.
Stephen King and The Evolution Of Carrie - Biography: ce petit supplément est très intéressant et instructif. Trois textes de Bouzereau expliquent les sources de l'inspiration de Stephen King, la genèse du scénario de Cohen et les différences existant entre le roman et le film.




Conclusion
Malgré un transfert correct mais en rien exceptionnel, nous avons ici droit à une édition spéciale qui procurera beaucoup de plaisir aux amateurs de ce thriller, en plus d'offrir beaucoup d'informations utiles sur cette production qui n'a été nullement handicapée par un petit budget.


Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
3,4/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
3,4/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2001-08-14

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Carrie

Année de sortie:
1976

Pays:

Genre:

Durée:
98 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby mono
Française Dolby mono
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Français
Espagnol

Suppéments:
Bande annonce, deux documentaires, segment, notes, photos de la production et livret

Date de parution:
2001-08-21

Si vous avez aimé...