Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Friday The 13th (Uncut Deluxe Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Dans une décennie qui a vu naître plus que sa part de films d’horreur, l’année 1980 nous a fait connaître une nouvelle menace: Jason Vorhees et Friday the 13th. L’histoire nous présente un groupe de jeunes qui sont les nouveaux moniteurs du camp Crystal Lake, maintenant réouvert au public. Le site était fermé depuis la fin des années 50 après la mort de plusieurs jeunes dans des situations inexpliquées. Les gens du coin prétendent même que le camp est hanté et qu’une malédiction règne toujours. Croyant à des ragots sans importance, les nouveaux moniteurs continuent leurs préparatifs en vue de la grande réouverture, jusqu’à ce qu’ils soient tués un après l’autre.

Réalisé par Sean S. Cunningham, Friday the 13th est sa seule réalisation qui a su se distinguer. Souvent affilié au domaine de l’horreur, Cunnigham a également assumé le rôle de producteur pour certaines des suites de la série Jason (Jason Goes to Hell, Jason X, Freddy vs. Jason et la reprise 2009 de Friday the 13th).

Notez que cette édition porte la mention « Uncut » pour indiquer qu’elle diffère de la version présentée en salle. Dans les faits, seules 10 secondes ont été ajoutées et celles-ci sont loin d’être significatives...


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 1.78:1 d’après un transfert 16:9.

Après environ 30 ans, on s’attend à ce que l’image laisse entrevoir des signes de l’âge. Dans le cas de Friday the 13th, ces signes sont plus qu’apparents. Bien qu’une restauration ait permis de réduire la présence des défauts du matériel source (égratignures, points), la définition générale de l’image n’est malheureusement pas optimale. Plusieurs textures perdent en précision et le niveau de détails ne permet pas de profiter des décors (paysages)… et des scènes de meurtres. Les couleurs ont également souffert d’un vieillissement marqué. La palette parait délavée et n’offre pas une saturation adéquate. Même le rouge sang est loin d’être convaincant. Le niveau des noirs est correct, mais les contrastes, trop faibles, déçoivent. Certaines scènes se déroulant dans la pénombre sont extrêmement sombres et l’action devient même difficile à percevoir. Dans l’ensemble, l’image a un look vieillot qui n’a pas sa raison d’être pour une réédition faite en 2009. Numériquement, aucun problème majeur ne fait surface.

Étrangement, l’édition parue en 2007 sous forme de programme double (avec sa suite) offrait une palette beaucoup plus riche et un contraste nettement mieux géré.


Son
La version originale anglaise du film est offerte au format Dolby Mono, ainsi que dans un remixage Dolby Digital 5.1 peu convaincant. Les doublages français et espagnols sont disponibles au format Dolby Mono. Une piste de commentaires audio en compagnie du réalisateur et de quelques intervenants est également disponible.

Puisque le mixage Dolby Digital 5.1 anglais provient d’une source mono, l’environnement sonore est parfois très limité. En ce qui concerne la contribution des canaux d'ambiophonies, celle-ci se limite à la reproduction partielle de la trame sonore et de quelques sons d’ambiance (pluie et tonerre). Pour le reste, seul le champ sonore avant est exploité, avec une forte dominance du canal central. Quelques effets gauche-droit sont audibles, mais moins bien définis que pour des mixages plus récents. Les voix sont correctement reproduites, malgré la présence d’un persistant bruit de fond. Ceci dit, il ne faut pas s’attendre à la fidélité d'une récentes productions, car l’enregistrement d’origine ne profitait de matériel aussi performant. La trame sonore, très redondante, est intégrée sans subtilité et permet d’anticiper les moments du film. Évidemment, ceci n’est pas surprenant puisque le même principe s’applique à tous les films d’horreur. Les basses sont adéquates, mais les extrêmes graves (canal .1, LFE) déçoivent par leur quasi-absence. Mêmes les scènes lors de l’orage ne profitent pas d’un appui des extrêmes graves.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus
Piste de commentaires audio, nouvelles histoires de Vendredi 13, informations sur Sean S. Cunnignham, réunion rétrospectives, court-métrage et bande-annonce.







Conclusion
On ne peut évidemment pas qualifier Friday the 13th d’original ou d’innovateur. Il s’agit, sans la moindre cachotterie, d’une vulgaire copie du film Halloween. D’un autre côté, tous les films d’horreur de cette époque ne sont-il pas des copies de Halloween ? Là où Friday the 13th se distingue, c’est dans l’acharnement de ses créateurs à produire des suites toutes aussi vides les unes que les autres. En près de 30 ans, ce sont douze suites ou reprises qui ont été présentés sur grand écran.

En termes d’édition DVD, c’est conventionnel, sans plus. L’image et le son laissent remarquer des signes d’âge qu’une restauration trop superficielle n’a pas corrigé. Les suppléments sont intéressants, mais atrocement redondants. Bref, un achat pour les néophytes ou les fans de Jason Voorhees et de sa mère.


Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
3,2/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2009-10-06

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Hitachi 51F500, Récepteur Denon AVR-487, Enceintes Denon SYS-57HT, Lecteur Blu ray Playstation3

Le film

Titre original:
Friday The 13th

Année de sortie:
1980

Pays:

Genre:

Durée:
95 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby mono
Espagnole Dolby mono
Française Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:

Date de parution:
2009-02-03

Si vous avez aimé...