Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Butterfly Effect, The

Critique
Synopsis/présentation
Traumatisé par un accident survenu dans son enfance, Evan Treborn (Ashton Kutcher) est demeuré hanté par les visions du passé jusqu’à ce qu’il découvre qu’il a l’habileté de remonter le temps et de modifier le cours de sa vie. Voulant corriger ses erreurs du passé, Evan apporte des changements qui n’ont malheureusement pas les résultats escomptés. À chaque fois, il se retrouve dans une situation désavantageuse qu’il tente de corriger par un nouveau retour en arrière. Si la situation tourne à son avantage, c’est pour les gens qu’il aime que ça dégénère. Sa quête le mène donc à s’interroger sur la pertinence de ces modifications, mais surtout, jusqu’à où il devra aller pour que tout soit correct.

Selon la théorie de « L’effet papillon », la moindre altération à une situation aura des conséquences imprévisibles sur la suite des évènements. Par exemple, le choix d’Ashton Kutcher dans le rôle principal a eu comme conséquence d’assurer le succès commercial du film, et ce, malgré un rôle plus dramatique que ce à quoi il est habitué. Deux suites ont été produites en 2006 et 2009, aucun n’ayant de véritable lien avec le premier opus.

Il est important de noter que cette édition Blu-ray de The Butterfly Effect est un produit exclusivement canadien (distribué par Alliance), c’est-à-dire qu’il n’est pas mis en vente aux États-Unis. Au moment d’écrire ces lignes, aucune édition américaine n’est prévue de façon formelle.


Image
Le film est présenté dans sont format d’image respecté de 1.78:1 à résolution native de 1080p.

Produit directement à partir de la même source que l’édition DVD, le transfert n’affiche aucun défaut majeur en termes de propreté. Aucun parasite ou artéfact n’est visible. La définition générale de l’image est relativement bonne, mis à par quelques plans intérieurs qui paraissent légèrement plus doux. Le niveau de détail demeure élevé et les textures sont précises, permettant de déceler toute les subtilités de l’image, allant des effets spéciaux aux maquillages. Les couleurs, occasionnellement stylisées, sont reproduites sans défauts majeurs, mis à part peut-être un léger manque de saturation qui, dans la situation actuelle, semble être volontaire (compte tenu de l’atmosphère de certaines scènes). Le niveau des noirs est impeccable et les contrastes sont bien gérés, ce qui met en valeur les nombreuses scènes se déroulant dans la pénombre ou dans l’obscurité partielle. Les dégradés sont fluides et mènent à des noirs profonds et purs. Bien que la description précédente s’applique à la quasi-totalité du film, il faut noter que les scènes en « flashbacks » ne profitent pas des mêmes attributs. Pour des raisons artistiques, les couleurs y sont désaturées et le contraste est amplifié.

Numériquement, aucun défaut intrusif n’est visible. Un léger halo à l’occasion, mais rien de plus.


Son
La version originale anglaise du film est offerte dans les formats DTS-HD Master audio et Dolby Digital 5.1, alors que le doublage français est limité à ce deuxième format (Dolby Digital 5.1). Contrairement à l’édition DVD parue précédemment, aucune piste de commentaire audio n’est disponible.

Le mixage sonore s’adapte en fonction de l’action vue à l’écran. Pour la plupart du film, le mixage se concentre sur les canaux avants, profitant d’une stéréophonie bien articulé et de bonnes transitions latérales. Les dialogues sont toujours nets et intelligibles, même lorsque chuchotés. Cependant, c’est véritablement lors des scènes plus actives que le mixage utilise pleinement le potentiel d'un mixahe 5.1. Lors des scènes de flashbacks par exemple, tous les canaux sont mis à contribution de façon à immerger le spectateur dans l’action : des sons proviennent des canaux avants et se déplacent vers les arrières de façon à nous propulser dans les souvenirs de Evan, des effets d’échos sont également perceptibles, … On aurait souhaité un tel dynamisme pour toute la durée du film. La trame sonore est correctement intégrée au tout, sans se distinguer pour autant. Les basses supportent très bien le mixage en général, alors que les extrêmes graves (LFE, canal .1) grondent lors des scènes en flashbacks ou lorsque l’action le justifie.

Étrangement, aucun sous-titre n’est disponible. Peut-être Alliance n’en avait-elle pas les droits.


Suppléments/menus
-



Conclusion
Il est très inhabituel devoir un film américain mis en marché au Canada avant qu’il ne le soit au États-Unis. Or, c’est le cas avec The Butterfly Effect (2004) en Blu-ray.
Par contre, même si l’image et le son ne semble pas en souffrir, cette édition est de loin inférieure à l’édition DVD sur un niveau: les suppléments. Absolument rien n’est disponible sur l’édition Blu-ray mise en marché par Alliance Vivafilm. Disparues sont les documentaires, la piste de commentaires audio et les fins alternatives. Même les sous-titres en été rayés de cette édition. Ainsi, pour résumer la situation, la nouvelle édition n’offre rien de plus qu’une meilleure résolution d’image et un mixage plus performant. Est-ce que le consommateur y gagne vraiment au change ? À vous de décider.


Qualité vidéo:
4,3/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,7/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2009-04-16

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Hitachi 51F500, Récepteur Denon AVR-487, Enceintes Denon SYS-57HT, Lecteur Blu ray Playstation3

Le film

Titre original:
Butterfly Effect, The

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
114 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Alliance Vivafilm

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
1 BD-25

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 5.1
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
-

Suppéments:
-

Date de parution:
2009-01-27

Si vous avez aimé...