Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Rundown, The

Critique
Synopsis/présentation
Un fier à bras qui travaille à la solde d'un criminel multimillionnaire accepte de remplir pour ce dernier un tout dernier contrat avant de se retirer pour de bon du milieu criminel. Il devra se rendre en pleine jungle Amazonienne pour y retrouver le fils rebelle de son patron et le ramener coûte que coûte aux États-Unis. Sur place, il aura maille à partir avec un brigand qui a réduit à l’esclavage des milliers de paysans brésiliens.

Successeur des Schwarzenegger et autres vedettes vieillissantes de films d’action, Dwayne « The Rock » Johnson prouve ce dont il est capable avec ce film absurde mais franchement amusant. De toute évidence le film ne se prend pas au sérieux, prêchant à la fois par la démesure et la sur-enchère pour forcer le rire. Dommage toutefois que le scénario sois si simpliste et la finale aussi bâclée…


Image
Le film est offert au format respecté de 2.35:1 et ce, d’après un transfert 16:9. Dans l’ensemble, la qualité du transfert est très bonne malgré quelques petites faiblesses.

Il en va de sois avec un film aussi récent, l’interpositif utilisé pour le transfert était dans un état irréprochable qui ne trahi aucune anomalie, peu importe laquelle. La définition générale du transfert est excellente et laisse voir avec une grande précision toute la subtilité des détails et des textures. L’image est toujours nette, même dans la séquence finale tandis que l’image est occupée par une fumée assez dense. Le rendu des couleurs n’est pas parfait mais il est difficile de déterminer s’il s’agit de défauts imputables au transfert ou encore à la photographie même du film. Les couleurs sont particulièrement vives et riches, au point même de devenir sur-saturées, ce qui provoque quelques subtils débordements de temps à autres. À tout le moins les teintes de peau ont-elles une apparence relativement naturelle dans les circonstances. Le niveau des noirs semble lui-aussi un peu trop élevé, probablement aux alentours des 10 IRE. Le niveau reste cependant constant du début à la fin. Le contraste est fort bien ajusté et ne fluctue jamais. Les noirs sont toujours purs et profonds, tandis que les parties denses offrent des dégradés bien détaillés.

Une légère sur-accentuation des contours peut-être observée tout au long du visionnage mais celle-ci est assez mineure et rarement distrayante. Le transfert ne souffre d’aucun défaut de compression notable, si ce n’est quelques très subtils macroblocs à peine visible.


Son
Seule une bande-son multicanal nous est offerte, celle-ci en anglais. Les francophones et hispanophones devront se contenter de mixages Dolby Surround 2.0. Des sous-titres dans les trois mêmes langues sont également offerts.

Que voilà une bande-son des plus agressive ! Impossible de s’en étonner, vu le style du film, mais le mixage anglais vous en mettra réellement plein les oreilles, et ce sans aucune retenue ni subtilité. Qui s’en plaindra !? La dynamique est véritablement à couper le souffle, tandis que la présence et la spatialité sont vraiment d’un niveau supérieur. Le champ-sonore se déploie évidemment de travers toutes les enceintes disponibles, avec un usage particulièrement soutenu des canaux d'ambiophonies. Il en résulte un environnement des plus immersif et vigoureux qui offren nomfre d'effets sonores localisés. On y remarque aussi quelques effets d.ambiances plus subtils, mais le rythme frénétique du film ne permet jamais de créer une véritable ambiance naturelle et crédible. Les transitions sonores, tant stéréophoniques que avants-arrières, sont nombreuses.

Les éléments sonores sont efficacement intégrés et positionnés, quoiqu’il est impossible de noter quelque subtilité de ce côté. Les dialogues sont toujours nets et intelligibles, mais la naturalité trahi un effet ADR parfois évident. La musique, très tapageuse, est bien restituée. Les basses sont agressives et omniprésentes dans tout le film. Le canal .1 (LFE) est sollicité avec insistance et mettra certainement en valeur les meilleurs caissons d'extrêmes-graves (dit subwoofer en anglais).


Suppléments/menus








Conclusion
Les amateurs de films d’actions en auront certainement pour leur argent avec ce film ridicule mais ô combien distrayant. Évidemment, pour apprécier, il est impératif de laisser mettre son esprit cartésien au rancart pendant les quelques 105 minutes que dure le film.

Techniquement, cette édition fait bonne figure grâce à un transfert vidéo des plus honnête et, surtout, à un mixage sonore spectaculaire (à défaut d'être subtil et travaillé). Quant aux suppléments, ils sont peut-être superficiels mais leur grand nombre tiendra les plus curieux occupé pour une bon moment.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,9/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2004-05-14

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Rundown, The

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
105 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
2 pistes de commentaires audio, 6 courts documentaires, 9 scènes coupées et bandes-annonces.

Date de parution:
2004-03-23

Si vous avez aimé...