Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Tokyo Godfathers

Critique
Synopsis/présentation
Satoshi Kon fait partie des nouveaux venus dans le monde de l'animation japonaise et force est de constater qu'en seulement trois films, il a su s'imposer comme un grand dans ce domaine mais également comme un grand cinéaste tout court. Beaucoup de personnes ont tendance à rabaisser le cinéma d'animation au rang d'un simple dessin animé alors que depuis les années 1980, les réalisateurs japonais du genre font preuve de talents incroyables de metteurs en scène au sens plein du terme, alors même que leur art est totalement sous-estimé.

Heureusement le succès tardif des oeuvres d'Hayao Miyazaki et de Rintaro, celui plus immédiat des films de Mamoru Oshii et l'émergence dans les années 1990 de nouveaux auteurs primordiaux comme Kawajiri, Watanabe ou Kon, oeuvrent dans le sens d'une reconnaissance amplement méritée.
Tokyo Godfathers (2003) nous conte l'histoire de trois japonais qui, le soir de Noël font une trouvaille incroyable en fouillant dans des ordures : un bébé abandonné. Nos trois compères, Miyuki, une jeune fille fugueuse, Gin, un homme dans la quarantaine et Hana, un travesti du même age apparamment, vont réagir bien différemment à l'arrivée de ce nourisson. Ce nouveau-né va amplifier l'instinct maternel d'Hana, déja fort développé, et au lieu d'amener le bébé à la police il va décider ses deux compagnons à s'en occuper au moins pour un temps. La décision de retrouver les parents de l'enfant ayant été prise de concert, commencera alors pour ce trio de brique et de broc la plus formidable des aventures au cours de laquelle leurs qualités, leurs défauts, leurs passés respectifs qu'il voulaient mutuellement se cacher seront mis en avant. Chacun sortira de l'aventure changé au plus profond de lui-même, ayant appris au moins une leçon primordiale sur la vie en apprenant à faire face à ses démons et à les accepter.

Le scénario de Kon et Keiko Nobomuto (sur une idée originale de Kon lui-même) est une véritable merveille, citant de façon ouverte et parfaitement assimilée le cinéma de Frank Capra et toutes les valeurs positives qu'il véhicule. A la différence de ses deux premiers films, qui jouaient beaucoup sur la destructuration du récit, Kon reste toujours parfaitement linéaire et déroule son histoire touchante et émouvante avec une simplicité qui sied parfaitement au sujet. Il arrive avec une facilité résolumment déconcertante à donner de vraies leçons sur la vie à travers des aventures distrayantes et comiques malgré le sujet. De plus, le misérabilisme ou un quelconque aspect moralisateur ont été soigneusement évités, et cela n'en donne que plus de valeur à ce scénario déjà remarquable en tous points.
La mécanique des blagues du film joue sur plusieurs niveaux, intégrant la science des maîtres américains de l'humour de situations, jouant également sur les possibilités de déformations comiques uniques des personnages animés, en même temps que d'une spécificité de l'animation asiatique, la rapidité et l'exubérance des situations.
Force est de reconnaître que toutes ces diverses influences s'interpénêtrent à la perfection par le biais d'une mécanique bien huilée mais jamais schématique, créant ainsi un cas rare d'humour à la fois universel et totalement spécifique.
L'humour cotoie des situations beaucoup plus dramatiques sans que jamais l'un ou l'autre des tableaux ne prenne le pas sur l'autre.

Voila donc un film vraiment destiné à tous, qui sait toujours rester accessible tout en proposant une vraie réflexion et une morale en tous points digne d'éloges, et dont bien évidemment nous vous conseillons vivement le visionnage.


Image
L'image est présentée au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16:9.

La défintion générale est d'un très bon niveau mais cela est assez logique vu qu'il s'agit d'un film d'animation récent. L'interpositif est lui assi vraiment propre, seuls quelques points blanc montrant leur nez de façon sporadique.
Les couleurs très particulières et realistes du film sont impeccablement rendues du fait de la nature de celui-ci et de la qualité de ce transfert.
Le contraste est lui aussi parfaitement géré, évitant toute forme de brillances quelles qu'elles soient.
Les scènes sombres sont rendues à la perfection et les noirs s'avèrent vraiment profonds et purs.

La partie numérique n'est pas en reste puisqu'à l'exception de quelques scènes où de légers fourmillements sont visibles, aucun autre défaut artificiel n'est notable.
Voici donc un transfert quasi parfait qui rend entièrement justice au formidable travail de Kon et de ses animateurs.


Son
La seule bande-son disponible sur cette édition est en Japonais (Dolby Digital 5.1).

Sa dynamique, sans être exceptionnelle, est d'un niveau tout à fait en accord avec la moyenne des productions actuelles. Sa présence et sa spatialité sont elles aussi d'un bon niveau mais le fait que le film soit une comédie dramatique fait que leurs domaines ne sont pas forcément les plus exploités.
La musique est très bien restituée, et parfaitement intégrée au reste de la bande-son.
Les enceintes arrières sont utilisées avec parcimonie et ce sont principalement les scènes les plus agitées et la musique qui profitent de leur bon traitement, même si l'on aurait peut-être pu s'attendre à un traitement plus actif sur un film aussi récent.
Les dialogues sont toujours parfaitement intelligibles et aucunes traces de parasites ou distortions ne font leur apparition et ce même à fort volume.
Les basses fréquences sont relativement discrètes du fait de la nature du film, mais leur apport est indéniable quant au plaisir d'écoute et à l'équilibre général.

Les sous-titres sont disponibles en Anglais, Français, Espagnol et Portugais.


Suppléments/menus
Voici une section légère, creuse et pour tout dire vraiment décevante.
Elle se compose d'une bande-annonce de qualité du film, de sept autres bandes-annonces pour des oeuvres d'animation asiatique (Astro Boy, Cowboy Bebop : The Movie, Cyborg 009, Memories, Metropolis) et un film (Returner), mais également d'un documentaire.

Celui-ci dure 22 minutes et représente curieusement un exercice vain, totalement dénué d'intérêt, où les différents intervenants répètent en permanence la même chose (à savoir l'intrigue du film) sans apporter quoi que ce soit d'intéressant, seules les interventions de Kon venant un peu relever le niveau d'un documentaire présent uniquement à des fins promotionnelles et dont on se contrefiche un peu une fois que l'on a acheté le DVD du film en question.

Sont également offerts un feuillet contenant la critique du film dans Variety et la reproduction d'une superbe illustration d'un des personnages, dessiné par Kon lui-même.

Il est fort dommage au vu de la qualité de l'oeuvre, des influences qu'elle cite et de la présence du réalisateur dans les suppléments, qu'un documentaire à la hauteur n'ait été produit.



Conclusion
Une édition d'un bon niveau technique audio et vidéo dont seuls les suppléments laissent à désirer.

Satoshi Kon est un grand réalisateur au même titre que n'importe quel artiste filmant des acteurs et avec Hayao Miyazaki (Princesse Mononoke, Le voyage de Chihiro) et Sinichiro Watanabe (Cowboy Bebop), Yoshiaki Kawajiri (Vampire Hunter D) il participe de fort belle façon à imposer définitivement le cinéma d'animation comme qualitativement équivalent au cinéma classique.
Tokyo Godfathers est une oeuvre magnifique qui rend hommage de la plus belle façon qui soit au cinéma positiviste de Frank Capra sans aucunement rougir de la comparaison. Il s'adresse aussi bien aux enfants qu'aux adultes et grâce à un traitement intelligent, il évite tous les pièges de miévrerie dressée par le fait de réaliser un conte de Noël.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,7/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-05-09

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Tokyo Godfathers

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
92 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):
-

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Columbia Tristar

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Japonaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol
Portugais

Suppéments:
Segment portant sur la réalisation, Bandes-annonce

Date de parution:
2004-04-13

Si vous avez aimé...