Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Iron Man (Ultimate Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Les fans en ont rêvé longtemps et Hollywood a fini par exaucer leurs vœux, début mai 2008 la première adaptation cinématographique de Iron Man le célèbre héros de Marvel sortait sur les écrans argentés de la planète.

Depuis 1963, année de sa création par Stan Lee, l’armure rouge et or du vengeur d’acier n’a cessée de passionner. La composante définitivement techno centrique et la dimension très humaine du personnage principal, Tony Stark, en font un des comics les plus matures et les plus complexes de l’histoire de Marvel. Le héros en armure sera passé par tous les stades, abandonnant même son costume pendant une période pour cause d’alcoolisme, jusqu’à assumer la direction du S.H.I.E.L.D. , la célèbre agence d’espionnage de Marvel. Cependant contrairement aux super-héros récemment adaptés au grand écran, Iron-Man n’est pas un héros populaire. Il est très connu des lecteurs assidus de comics mais assez peu du plus large public. Où plutôt je devrais dire, il était peu connu. En effet, le film aura réussi l’exploit de prendre un personnage relativement obscure de la mythologie Marvel et d’en faire une superstar au même titre que Spiderman, Batman ou Superman (et avant que nous soyons inondé de courriels, oui, nous savons que Batman et Superman n’appartiennent pas à l’univers de Marvel…).

Première production des tous nouveaux studios Marvel, le film lui-même est une excellente surprise. Les premières informations à transpirer, comme le choix de Robert Downey Jr. dans le role de Tony Stark alias Iron Man ou les premières images de l’armure, ont créé beaucoup d’inquiétude chez les fans, nous les premiers d’ailleurs. Les adaptations d’univers de comics sont souvent bâclées, mal ficelées ou tout simplement stupides. Malgré tout, les récentes années nous ont démontré que les studios étaient capables de faire le travail correctement. La nouvelle franchise de Batman, Spiderman 1 et 2 ainsi que les deux premiers X-Men sont excellents (on évitera cependant de penser aux troisièmes opus de ces deux dernières…). Iron Man, premier chapitre d’une très probable franchise, est une réussite à tous les points. Les inquiétudes sur la distribution des rôles s’avère complètement inutile, Monsieur Downey campe un parfait Tony Stark, il est en fait difficile d’imaginer qui que ce soit d’autre dans le rôle après avoir visionné le film. Il en est d’ailleurs de même pour Gwyneth Paltrow dans celui de Pepper Potts, un personnage essentiel à la dynamique de l’histoire. On aura plus de doutes sur le James Rhodes de Terrence Howard. Ce personnage, probablement voué à jouer un rôle important dans le futur de la franchise, ressort un peu fade et sans relief. On ne versera pas vraiment de larmes sur son remplacement par Don Cheadle pour Iron Man 2 (NDLR : il est inutile d’envoyer vos colis explosifs à nos bureaux, les critiques travaillent de chez eux…).
Le film est une réussite et ce n'est pas un hasard, les studios Marvel ont joué finement et intelligemment pour protéger leur propriété. En effet, les scénaristes des comics Marvel ont été consulté lors de la création du scénario afin d’éviter de dénaturer l’œuvre originelle et le choix du réalisateur lui-même est probablement un des plus judicieux de ces dernières années. Le coté intimiste de la réalisation de Jon Favreau, sa volonté de faire un film humain et surtout sa méfiance des effets numériques sont sans doute une des composante qui fait d’Iron Man bien plus qu’un film de super héros bourré d’effets spéciaux.

Le scénario est intelligent, l’univers est respecté et les personnages sont tous bien développés au cours de l’histoire. Bien entendu, le film ne révolutionnera pas le cinéma du prochain siècle, c’est un pur spectacle de divertissement, mais il est plus adulte que ces prédécesseurs et ne repose pas entièrement sur l’action et les effets. L’humour qui parsème l’ensemble du film est bienvenu et de bon goût, le spectateur n’est jamais pris pour un idiot et le visionnement est agréable. Si le reste de la franchise est du même calibre, les studios Marvel auront mis sur le marché un phénomène probablement aussi intéressant que la trilogie des Matrix. Nous allons suivre celle-ci avec intérêt.



Image
L’édition nous propose une image au format de 2.4:1, le rapport original du film. Le transfert 1080p est encodé en AVC, le codec de prédilection du Blu-ray.

Si le format DVD a connu son lot de transferts horribles et d’éditions à la limite du supportable au niveau de l’image, il faut avouer que pour le moment les éditeurs de Blu-ray font preuve de bien plus de respect de leurs clients (ce qui est étonnant car essentiellement c’est les mêmes…).
Ce coffret ne fait pas exception, l’image est magnifique avec une excellente définition. On de détecte aucun défaut, ce qui est attendu quand on considère que la source est très récente. Tous les détails sont fantastiquement restitués. Les textures sont riches et les détails foisonnent dans les parties sombres de l’image.
Les couleurs sont parfaitement stables et saturées, aucun débordement n’est visible. Les dégradés sont fluides et sans cassures. Le contraste est impeccable mais le niveau des noirs est un peu décevant. Il est possible que ce soit une volonté artistique cependant. Quoi qu’il en soit, ce n’est absolument pas distrayant et seuls les plus difficiles, et mieux équipés, des spectateurs le remarqueront. Le défaut d’un aussi bon transfert est de mettre en avant les défauts de la photographie, certaine scène semble avoir été filmées avec un matériel différent du reste du film et n’en présentent pas la qualité. C’est étrange mais n’enlève rien à la qualité du transfert.

On ne constate aucun traitement « d’amélioration » de l’image qui viendrait gâcher cet excellent travail. La qualité est au rendez-vous des possibilités du média, un excellent travail.



Son
Le film nous est proposé avec une bande-son anglaise, française et espagnole. Cependant seule la version originale anglaise bénéficie du traitement TrueHD 5.1, les bandes sonores française et espagnole ne sont « seulement » proposées qu’au format Dolby Digital 5.1. Le tout s’accompagne de sous-titres français, espagnol et portugais ainsi que d’une option de sous-titrage pour les sourds et malentendants en anglais. C’est assez complet et habituel pour ce genre d’édition. Les films sont souvent mieux servis au niveau des options de langage que les séries télévisées.

Là encore on ne trouvera pas grand-chose à redire à la qualité du travail. La bande son est extraordinairement ample et profite pleinement des possibilités offertes par le format TrueHD. Si vos enceintes ont pris un peu de poussière ces derniers temps, après le visionnement de Iron Man elles seront profondément décrassées. Les myriades de petits détails sonores qui ponctuent constamment le film en dehors des grosses scènes d’action sont parfaitement rendus et clairement audibles, aussi insignifiant soit-il. Cela donne une dynamique et permet une immersion sans précédent. L’image et le champ sonore sont extraordinaires, parmi les meilleurs qu’il nous a été donné d’écouter.

La qualité du son en lui-même ne déçoit jamais, les aigus aussi bien que les basses sont très bien définis et offre beaucoup de détails. L’utilisation des canaux d'ambiophonies est optimale, donnant une vie impressionnante au film. Le caisson d’infra-grave aura besoin d’être en pleine forme car les combats à base technologique du film font une utilisation intensive des basses extrême. C’est une bande-son à faire trembler une maison que nous avons ici, et pourtant celle-ci reste bien équilibrée. Elle sert très bien l’œuvre et est présenté dans toute sa gloire par cette édition.




Suppléments/menus
Le boîtier dans le lequel est présentée l’édition est assez commun, un boîtier Amaray de couleur classiquement bleu pour les Blu-ray qui contient les deux disques. Le tout est entouré d’un manchon de carton, lui aussi très classique. C’est joli mais il n’y a pas de quoi se taper la tête contre les murs. La plupart des éditions « spéciales », se présentent ainsi.

Les suppléments sont nombreux et de qualité. Les deux disques sont tous simplement bourrés à craquer et la quasi-totalité est présentée en haute définition. On notera cependant que pour profiter pleinement des suppléments il faudra être équipé d’un lecteur compatible avec le profil 2.0, il en existe encore peu en dehors de la PS3. Pour les lecteurs compatibles l’introduction du premier disque s’accompagnera du téléchargement des fonctionnalités BD-Live de l’édition. On regrettera l’absence d’indication de progression pendant ce téléchargement qui laisse l’utilisateur se demander pour combien de temps encore devra t-il contempler le graphique clignotant au milieu de l’écran. Ce n’est pas mortel mais un peu ennuyeux tout de même. Cette unique remarque conclue les reproches que nous pouvons faire à l’édition. En effet, le reste est juste irréprochable.

Rien que le premier disque, celui contenant le film, propose déjà un ensemble tout à fait honnête de suppléments. On y retrouve un programme de présentation des différentes armures du film, Hall of Armor. Ce supplément qui nous permet de plonger dans les détails pseudo-techniques des créations des Industries Stark, sera un véritable plaisir pour les fans. Ensuite vient l’obligatoire ensemble de scènes coupées. Les 24 minutes de « pellicule » sont, comme d’habitude, d’un intérêt inégal mais il est toujours intéressant d’avoir un rapide coup d’œil à ce qu’aurait pu être le film. Certaines auraient pu être ajoutée à la version distribuée mais probablement au coût de rendre le film un peu plus lourd. La pièce de résistance du premier disque est sans conteste le très complet documentaire The Invincible Iron Man, 47 minutes de documentations, entrevues, historiques et anecdotes autour de la genèse et l’évolution du super-héros durant ses maintenant presque 50 années d’existence. Ce documentaire peut être visionné en six capsules indépendantes ou d’une seule traite. Du très beau travail, intéressant et ergonomique.

La dernière addition au premier volume est une application BD-Live, un jeu de question-réponse accompagné d’extraits, plus ou moins pertinents, du film. Plus une démonstration technologique qu’autre chose. C’est sympathique mais pas époustouflant.

Pour autant que les suppléments du premier disque soient supérieurs à plus des trois quart des pseudos éditions spéciales, de collectionneur ou tout autre adjectif impressionnant que les éditeurs osent apposés sur des coffrets plus que moyens, ce ne sont qu’un hors-d’œuvre pour ceux du deuxième disque de l’édition.
Les suppléments du premier disque tournaient essentiellement autour du super-héros lui-même, ceux du deuxième en ont pour thème l’adaptation cinématographique. On y retrouve un très intéressant banc d’essai d’environ 6 minutes de l’acteur principal, Robert Downey Jr., intitulé sans surprise Robert Downey Jr. Screen Test. Le talent et le cabotinage de l’acteur y sont démontrés avec brio. Un autre morceau centré autour de l’acteur principal est The Actor's Process. Ce petit document vidéo de 4 minutes nous introduit dans le processus de travail des acteurs autour d’une scène entre Robert Downey Jr. et Jeff Bridges. On y suit leurs réflexions et les interactions avec le réalisateur Jon Favreau pour la mise au point de la scène. Très intéressant et peu commun. Viennent ensuite les plus classiques galeries d’images, les bandes-annonces du film et un documentaire de 27 minutes sur les effets spéciaux. Accompagnant le tout on trouvera un sketch comique sur le film, The Onion: Wildly Popular Iron Man Trailer to be Adapted Into Full-Length Film. Ce dernier supplément est le seul qui ne soit pas présenté en haute-définition, ce qui est normal vu que la source ne l’est pas.

Mais ce n’est pas tout, nous avons gardé pour la fin la pièce principale. Le plat de résistance est un impressionnant documentaire de 1h49, nous menant derrière l’écran à la rencontre de la production. Les extraits vidéo, documents et entrevues nous permettent de suivre l’ensemble du processus de création, de la conception initiale aux premières présentations du film complété. La présence de ce documentaire remplace avantageusement l’étonnante absence de commentaires audio de cette édition. Tout comme celui du premier disque, ce documentaire est séparé en diverses sections thématiques que l’on peut visionner d’un trait ou séparément.

Non seulement c’est intéressant, mais en plus c’est bien fait, on trouvera même une option de sous-titrage en français, espagnol et portugais pour les suppléments. Une addition plus qu’exceptionnelle quand on pense au nombre d’édition qui n’offre même pas ces options pour la série ou le film principal…
Visiblement on ne se moque pas du client chez Paramount, nous avons ici, la quantité ET la qualité. Chapeau bas à l’équipe pour un travail fantastique.




Conclusion
Pour une fois la recommandation est facile à faire : Cette édition peut être achetée les yeux fermés. À moins d’une complète horreur des films d’action, Iron Man est un excellent film pour lequel Paramount nous a préparé une édition Blu-ray qui en est digne. On ne constate aucune erreur, qu’elle soit technique ou de goût au sein de l’édition et la montagne de suppléments occupera l’acheteur pour des heures en plus de l’œuvre principale.

C'est une fabuleuse édition haute définition pour un film qui réconciliera plus d’un spectateur avec les films de super-héros.




Qualité vidéo:
4,7/5

Qualité audio:
4,8/5

Suppléments:
4,8/5

Rapport qualité/prix:
4,8/5

Note finale:
4,8/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2008-11-27

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Iron Man

Année de sortie:
2008

Pays:

Genre:

Durée:
125 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
2 BD-50

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby TrueHD 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Anglais
Français
Espagnol
Portugais

Suppéments:
Disque 1 : Hall of Armor (HD), The Invincible Iron Man (47:04, HD), Scènes coupées et/ou étendues (23:56, HD), Une application BD-Live.

Disque 2 : I Am Iron Man (1:49:00, HD), Wired: The Visual Effects of Iron Man (27:01, HD), Robert Downey Jr. Screen Test (6:03, HD) The Actor's Process (4:13, HD), The Onion: Wildly Popular Iron Man Trailer to be Adapted Into Full-Length Film (2:38), Trailers (HD), Galleries (HD).

Date de parution:
2008-09-30

Si vous avez aimé...