Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Ring, The

Critique
Synopsis/présentation
Gore Verbinski, à qui on doit The Mouse Hunt et The Mexican, nous propose ici une reprise du classique japonais d'horreur Ringu de Hideo Nakata, lui-même inspiré du roman éponyme de Koji Suzuki. L'histoire débute alors qu'on évoque une légende urbaine au sujet d'une cassette vidéo dont le visionnement serait mortel. Quiconque regarde cette cassette reçoit un coup de téléphone qui lui annonce qu'il va mourir exactement sept jours plus tard. Après la mort d'une adolescente dans des circonstances mystérieuses, une journaliste (Naomi Watts) entend parler de la légende et découvre que trois autres jeunes, qui étaient avec la défunte une semaine avant sa mort, sont morts la même nuit. Elle décide d'enquêter, découvre la fameuse cassette, et ne peut s'empêcher de la regarder...

Ce scénario plutôt bien ficelé est servi par une réalisation très efficace, qui se base sur ce "film dans le film" qu'est la fameuse cassette vidéo. Le film très étrange que contient cette cassette fourmille d'indices visuels qui sont utilisés par la suite pour faire avancer l'intrigue, et qui sont rappelés tout au long du film de manière plus ou moins subtile. Mais on prend plaisir à découvrir l'histoire inquiétante et profondément malsaine qui se cache derrière cette cassette en même temps que les héros.

Les effets spéciaux, tant visuels que sonores, sont utilisés de manière très efficace. L'image est très stylisée, le rendu des effets visuels s'y intégrant parfaitement. Les effets sonores rythment l'action et contribuent au but recherché, qui est de faire peur au spectateur. La seule question qu'on peut se poser est : comment une cassette VHS jouée sur une télévision mono peut elle générer un son d'ambiophonie aussi impressionnant ?

Servi par une interprétation tout à fait honorable et par une réalisation maîtrisée, le film parvient donc à son objectif. Ce n'est pas le film du siècle, mais sans doute d'un des meilleurs films d'horreur de l'année 2002, en tout cas à des années-lumière de films convenus comme FearDotCom ou Thir13en ghosts. Saluons au passage la fin plutôt originale, qui se joue de certains clichés hollywoodiens des films d'horreur.

Les questions soulevées par la fin du film laissent présager que, tout comme pour l'original Ringu, qui a été suivi d'un Ringu 2 pour raconter la suite de l'histoire et d'un Ringu 0 pour expliquer comment tout cela a commencé, on peut s'attendre à voir bientôt une séquelle et une préquelle à ce film.


Image
L'image est présentée au format presque respecté de 1.77:1 (alors que la jaquette indique 1.85:1) d'après un transfert optimisé 16:9. Il existe aussi une version 4:3 Pan&Scan.
Le rendu visuel est impeccable, l'interpositif utilisé étant visiblement très propre, sans défaut visible.

L'image est nette, les détails et textures subtilement reproduits. Si les couleurs peuvent surprendre (certaines scènes aux des dominantes très marquées pouraient presque vous faire douter de l'étalonnage de votre équipement), elles correspondent à ce qu'on a pu voir en salle. La photographie très stylisée de Bojan Bazelli est respectée, et les couleurs ne souffrent d'aucun débordement. La brillance (le niveau des noirs) est parfaitement ajustés (critique pour ce film à la photographie particulière) et le contraste est tout à fait maîtrisé.
Les zones d'ombres offrent un bon niveau de détail et des dégradés fluides.

Aucun défaut numérique ou artefact de compression notable n'est à déplorer, et donc rien ne vient gâcher cet excellent transfert.


Son
Les bandes sonores proposées sont : Anglais DTS 5.1, Dolby Digital 5.1 et Dolby Surround 2.0 et Français Dolby Digital 5.1. Il est possible d'avoir des sous-titres en Anglais, Français et Espagnol.

La bande-son DTS 5.1 est particulièrement impressionnante. La spatialité est étonnante, servie par une utilisation judicieuse des canaux d'ambiophonie. Le champ sonore est très immersif, et la dynamique percutante (les effets sonores puissants présents lors de certaines transition font sursauter). La séparation impeccable des canaux concourt au réalisme et à la présence du champ sonore. Les effets de transitions sont bien gérés, comme d'ailleurs tout ce qui concerne l'ambiophonie. La trame sonore de Hans Zimmer, superbement intégré au mixage, demontre profondeur et fidélité.
Les dialogues sont eux aussi parfaitement intégrés et demeurent toujours intelligibles.
Les basses fréquence sont bien entendu très présentes, et le canal .1 (LFE) est souvent mis à contribution de manière là encore tout à fait adéquate.
Cette bande-son est très impressionnante, et concourt de manière très efficace à l'ambiance du film. Les versions Dolby Digital sont très légèrement en retrait, mais sont tout de même de très haut niveau.

Pour une fois la bande-son française n'est pas une simple version Dolby Surround, et est d'une qualité tout à fait comparable à la version originale Dolby Digital.


Suppléments/menus
Le menu principal nous donne accès aux deux seuls suppléments disponibles sur le disque.

Don't watch this (15'29) est un court-métrage réalisé par Gore Verbinski spécialement pour la sortie du film en format DVD. Il est conseillé de ne pas le voir avant d'avoir vu le film sous peine de ne rien comprendre. Il s'agit d'un montage d'extraits du film, de scènes coupées ou alternatives. Un supplément très inhabituel et hétéroclite mais plutôt réussi.

Look here permet de voir une publicité pour l'édition vidéo du film japonais original, et les bandes-annonces de Catch me if you can et 8 mile.

On peut déplorer qu'il n'y ait pas plus de suppléments (un commentaire audio de Gore Verbinski et un documentaire comparant le film original et le remake auraient été bienvenus), mais le court-métrage proposé est intéressant, et l'ambiance qui s'en dégage correspond bien à celle du film.



Conclusion
Dreamworks nous propose là une belle édition d'un film d'horreur très réussi. L'image et le son sont de très bonne qualité, et le seul supplément digne de ce nom présente les scènes coupées d'une façon très originale. Vu la qualité de référence de l'image et du son, et le peu de suppléments, cette édition aurait mérité le label "Superbit" si elle était parue chez un studio concurrent.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
4,2/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2003-03-04

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Ring, The

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
115 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Dreamworks

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX
Anglaise DTS
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Bandes-annonces, court-métrage

Date de parution:
2003-03-04

Si vous avez aimé...