Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Miami Vice (Unrated)

Critique
Synopsis/présentation
Librement inspiré de la télésérie du même nom, Miami Vice nous présente Colin Farrell et Jamie Foxx dans le rôle de deux détectives de Miami engagés par le FBI pour découvrir l’identité d’un agent double. Pour leur enquête, Crockett (Farrell) et Tubbs (Foxx) se font passer pour des trafiquants de drogues afin de gagner la confiance du chef d’un important cartel pour qui l’agent double travaille. Malheureusement, les choses se compliquent lorsque la famille de Tubbs reçoit des menaces et que Crockett tombe amoureux de la collègue de son ennemi.

Le réalisateur Michael Mann est reconnu pour ces films qui entremêlent le drame, l’action et le suspense dans un genre qui lui est propre. Bien que l’atmosphère se ressemble d’un film à l’autre, pourquoi changer une formule gagnante. Ceci étant dit, les adeptes de la série culte resteront sur leur appétit, puisque très peu de choses l’unie au film.


Image
Le film est offert au format d’image respecté de 2.40:1 à une résolution native de 1080p.

De source complètement numérique, il est évident qu’aucun parasite (point, égratignures, …) ne vient entacher l’image. Par contre, les caméras numériques sont reconnues pour être relativement capricieuses quand vient le temps de filmer sous un faible éclairage ou la nuit, des situations très fréquentes dans ce film. Par conséquent, l’image affiche un bruit numérique omniprésent, parfois même au point d’en devenir dérangeant. Bien que fidèle à la présentation en salle, ce problème n’a pas sa raison d’être. Malgré cela, le niveau de détails demeure bon, avec des textures correctement reproduites. Les couleurs sont rendus avec justesse, malgré une évidente stylisation qui met l’emphase sur les teintes bleutées et métallisées. Cette stylisation est totalement justifiable en fonction des scènes lors desquelles nous la constatons (nuit ou pénombre, coin lugubre, …). L’excellence du transfert au niveau de la palette se constate dès les premiers instants du film, quand une course de bateau permet de voir un éventail de couleurs parfaitement reproduites. Le niveau des noirs est adéquat et le transfert profite d’une bonne gestion des contrastes. Les dégradés sont fluides et mènent à des noirs profonds et relativement purs.

La pureté des noirs est remise en doute par la présence d’un bruit numérique causé par la technique de tournage utilisé. Heureusement, il s’agit là du seul défaut numérique notable.


Son
La version originale anglaise est offerte au format DTS-HD 5.1 Master Audio, alors que le doublage français profite d’une bande sonore DTS 5.1, ce qui est pratiquement devenu une habitude chez Universal. Une piste de commentaires audio en compagnie du scénariste et réalisateur Michael Mann est également disponible.

Le mixage principal brille par son utilisation de l’environnement sonore et par le dynamisme qu’il atteint. Les nombreuses scènes d’action du film tirent profit du potentiel sans limite de la bande sonore DTS Master Audio. Les fusillades, explosions et bruits de voitures se déplacent activement d’un canal à l’autre, avec fluidité et précision. La course de bateau, au début du film, est un bon exemple de cela. Les effets sonores semblent précis, autant par leur emplacement que par leur définition. Le dynamisme du mixage n’est également jamais remis en doute. Le principal défaut de ce mixage apparaît lors de certains dialogues. Les paroles des acteurs ne sont pas toujours intelligibles, étant parfois ensevelis sous des effets sonores ou de la musique. Déjà que l’histoire peut être confondante, ne pas comprendre certains échanges ne fait rien pour aider. Évidemment, ce problème n’est pas aussi présent lorsqu’il est question du doublage. La trame sonore, composé par John Murphy, est très bien intégré au tout, prenant souvent l’avant-plan du mixage. Les basses sont particulièrement efficaces, alors que les extrêmes graves (LFE, canal .1) grondent en support à certains effets sonores.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont inclus.


Suppléments/menus
-



Conclusion
De la série originale Miami Vice, le réalisateur Michael Mann a conservé uniquement le nom des personnages principaux. Quelques clins d’œil sont faits au passage, avec la trame sonore par exemple, mais rien d’autre unie le film et la série. Dans les faits, le choix de ce titre sert peut-être uniquement à donner de la notoriété à un film qui, après tout, est un drame policier comme tant d’autres.

Concernant cette édition Blu-ray, on déplore les limitations du matériel ayant servi à la photographie originale (caméras numériques) puisque les limites sont carrément visibles. Outre cela, le transfert est généralement de bonne facture. Pour le mixage sonore, on apprécie l’effort mis pour immerger le spectateur dans l’action, mais le manque d’intelligibilité de certains dialogues nuit à l’expérience. Les suppléments sont intéressants et informatifs, avec plusieurs fonctions interactives exclusives au Blu-Ray (profile 1.1 ou supérieur).


Qualité vidéo:
4,1/5

Qualité audio:
4,3/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,3/5

Note finale:
4,2/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2009-03-05

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Hitachi 51F500, Récepteur Denon AVR-487, Enceintes Denon SYS-57HT, Lecteur Blu ray Playstation3

Le film

Titre original:
Miami Vice

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
140 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
1 BD-50

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS HD Master Audio 5.1
Française DTS

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaires sur le tournage, segments tournées encoulisses, fonctions interactives (BonusView) et bande-annonce

Date de parution:
2008-08-26

Si vous avez aimé...