Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Brother Bear

Critique
Synopsis/présentation
Après la mort de son frère, un jeune garçon nommé Kenai (voix de Joaquin Phoenix) se lance à la recherche de l’ours qu’il croit être responsable de son décès. Mais après qu’un sort transforme Kenai en ours, sa perspective du monde animal change radicalement. En tentant de reprendre sa forme humaine, Kenai fait la rencontre d’un ourson, Koda, avec qui il se lie d’amitié.


Image
Lors de sa sortie en salle, Brother Bear était présenté en utilisant deux formats d’image distincts. La première partie du film affichait une image au format de 1.85:1, mais après 24 minutes et 30 secondes, l’image s’élargissait afin de devenir 2.35:1. Pour la sortie en DVD du film, Disney a décidé de reproduire cet effet d’une façon plutôt particulière. La première partie du film est donc présenté au format de 1.85:1, mais avec des bandes noires entourant complètement l’image. En d’autres mots, il s’agit d’une proportion de 2.35:1, mais avec des bandes noires supplémentaires sur les côtés. La deuxième partie du film affiche l’image au format 2.35:1 tout ce qu’il y a de plus conventionnel. Un seconde transfert, celui-ci au format recadré de 1.66:1, est disponible sur l’autre disque. Notons que les deux versions du film profitent d’un transfert 16:9.

Pour cette critique, le transfert au format original sera analysé. Malheureusement, celui-ci déçoit beaucoup. Les derniers films à avoir utilisé un procédé numérique à numérique ont donné des résultats exceptionnels, mais Brother Bear fait exception. L’image parait souvent trop douce, allant même jusqu’à être flou. Il va sans dire que ceci affecte la précision et la finesse des détails. La palette, favorisant les couleurs chaudes (brun, orange, …), est bien reproduite, sans débordement ou sur-saturation notable. Le niveau des noirs est correctement ajusté, alors que les contrastes sont bien gérés. Les dégradés semblent fluides, mais le manque de définition de l’image ne permet pas de profiter d’un bon niveau de détails dans les parties sombres. Les noirs sont profonds et purs à chaque instant.

Du côté numérique, un halo est nettement visible lors de plusieurs scènes, signe d’une sur-accentuation des contours éxagérée. Quelques parasites de compression sont également notables, ceci étant dû à la quantité de matériel contenu sur le disque (deux pistes DD5.1, mixage DTS, suppléments, …).


Son
À l’instar des récentes parutions de Disney, les bandes sonores offertes diffèrent entre les deux disques. Le disque 1 (format 1.66:1) contient trois mixages Dolby Digital 5.1: Anglais, Français et Espagnol. Sur le deuxième disque, nous retrouvons la version originale anglaise en Dolby Digital 5.1 et DTS, ainsi que le doublage français en Dolby Digital 5.1. Le premier disque renferme également une piste de commentaires audio (et vidéo) animée par Rutt et Tuke (Dave Thomas et Rick Moranis), les deux caribous du film.

En ce qui concerne la bande-son anglaise Dolby Digital 5.1, nous avons droit à un mixage des plus réussis. Dynamique et efficace, le champ sonore se déploie de tous les canaux avec force et précision. La reproduction des dialogues, toujours nets et intelligibles, ne se limite pas aux enceintes avants. On note quelques instants où les paroles des personnages proviennent des canaux d’ambiophonie. Ces derniers servent également à la reproduction de sons d’ambiance et d’effets localisés. Puisqu’il s’agit d’un environnement sonore entièrement virtuel, il aurait été facile de vouloir en faire trop et d’utiliser des effets sonores qui paraissent artificiels. Heureusement, tel n’est pas le cas. Les transitions canaux à canaux sont nombreuses, autant latérales que avant/arrière. La musique de Phil Collins profite également de ce magnifique mixage. Celle-ci se fait entendre de tous les canaux et n’empiètent jamais sur les dialogues ou les paroles des chansons. Les basses se font fréquemment sentir, autant pour les effets sonores que pour la musique. Les extrêmes graves supportent le mixage avec force et profondeur.

Il est intéressant de noter que même les menus sont mixés en Dolby Digital 5.1, et ceux-ci sont très représentatifs du mixage fait pour le film. Malheureusement, seuls des sous-titres anglais sont disponibles.


Suppléments/menus








Conclusion
Brother Bear suit la recette de Disney à la lettre et rien de vraiment original ne découle de ce film. Comme toujours, les thèmes habituels sont abordés et les leçons apprises sont les mêmes. Ceci étant dit, avec plus de 85 millions de dollars au guichet nord-américain, ce film est un succès commercial, mais est tout de même loin de Finding Nemo.

En ce qui concerne cette édition DVD, elle a ses hauts et ses bas. Du côté visuel, notons une image qui n’est pas à la hauteur des autres films d’animation du même type (Lilo & Stitch, …). Par contre, l’aspect sonore de cette édition est tout simplement impeccable et saura satisfaire les plus exigeants. Les suppléments sont nombreux, amusants et intéressant à la fois. Somme toute, une bonne édition.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2004-04-02

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Brother Bear

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
85 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Disney

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1 et 2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Piste de commentaires audio, scènes inédites, prises ratées, jeux interactifs, vidéo-clip, documentaires et bandes-annonces.

Date de parution:
2004-03-30

Si vous avez aimé...