Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Harry Potter and the Chamber of Secrets

Critique
Synopsis/présentation
Avec l'engouement planétaire pour la série de romans et le succès du premier opus de la série des Harry Potter au guichet, Harry Potter and the Chamber of Secrets était un des films les plus attendus de 2002. Bien entendu, comme pour le premier, le succès a été au rendez-vous, surtout auprès des enfants, le public-cible de cette série de films.

L'histoire fait donc suite à celle du premier épisode de la série, et nous conte la seconde année de Harry Potter et de ses amis de la maison Gryffindor. Après quelques péripéties mettant en scène son épouvantable famille adoptive, un mystérieux elfe de maison qui veut l'empêcher d'aller à l'école et une voiture volante, Harry Potter arrive à Hogwarts pour sa seconde année d'études de magie. Très vite Harry se met à entendre des voix étranges, et des graffitis en lettres de sang faisant référence à une mystérieuse "Chambre des Secrets", alors que des étudiants de l'école sont mystérieusement victimes d'une étrange paralysie. Harry apprend bien vite que Salazar Slytherin, un des quatre fondateurs de Hogwarts, détestait les magiciens ayant des ascendants non-magiciens, souhaitant les voir éliminés (physiquement s'il le fallait) de l'école. Malgré ses convictions opposées aux idées de Slytherin et de la famille Malfoy, et à cause de certains faits troublants, Harry Potter en vient à se demander s'il ne serait pas l'héritier de Salazar Slytherin, seul à pouvoir ouvrir l'inquiétante Chambre des Secrets.

Ce film, par les thèmes abordés, est nettement plus sombre que le précédent. Cependant, s'il possède une consistance et une profondeur absentes de son prédécesseur, il s'agit là avant tout d'un film de divertissement destiné à faire passer un bon moment dans un monde merveilleux à son jeune public. De nouveaux personnages font leur apparition, notamment l'inquiétant Lucius Malfoy (le père de Draco), interprété par Jason Isaacs (qu'on a pu voir entre autres dans Black Hawk Down), et surtout l'hilarant professeur Gilderoy Lockhart, interprété par l'immense Kenneth Branagh. Le rôle de ce dernier devait originellement être tenu par Hugh Grant, qui a dû se retirer pour incompatibilité d'emploi du temps (il a tenu la vedette dans Two Weeks Notice). Kenneth Branagh nous offre là une interprétation brillante, incarnant parfaitement ce "professeur de protection contre le mal" qui se terre dans son bureau au moindre signe de danger et qui semble plus intéressé par son image d'auteur à succès que par son métier de magicien.

Si le film a un rythme plus enlevé que le précédent, on ne peut cependant pas parler de franche réussite. Les effets spéciaux sont certes nettement plus accomplis, avec des décors de synthèse nettement plus convaincants que dans le premier épisode, mais on est loin de la fluidité atteinte par d'autres productions. L'elfe Dobby, qui avec son air pitoyable peut faire penser à Gollum, ressemble plus malgré la qualité de son animation à une marionette en plastique qu'à un véritable personnage. L'intrigue ne réussit pas vraiment à accrocher, et le film se résume assez vite à un ensemble de jolies séquences mouvementées mises bout à bout, même si l'ambiance de merveilleux dégagée par ce film est au moins aussi présente et réussie que pour le précédent. Encore une fois, le choix de Chris Columbus comme réalisateur s'avère être une décision regrettable, plus basée sur son étiquette de réalisateur de films pour enfants que sur son réel talent. Comme pour le reste de son oeuvre, la réalisation convenue fait que malgré la prestation de certains acteurs et la beauté des images il est difficile de se sentir profondément concerné par cette histoire. Notons tout de même que rythme un peu plus enlevé et la prestation de Kenneth Branagh permettent à ce film de se hausser nettement au-dessus de son prédécesseur.

Après la démission de Chris Columbus, qui ne souhaite plus réaliser les prochains Harry Potter car il ne supporte plus d'être éloigné de Los Angeles (J.K.Rowling a exigé que les films soient intégralement tourés en Grande-Bretagne), la réalisation de Harry Potter and the Prisoner of Azkaban a été confiée à Alfonso Cuaròn, à qui on doit l'excellentY Tu Mama También (qui est bien loin d'être un film pour les touts petits). Gageons que ce réalisateur hors du commun saura nous créer une oeuvre plus typée que les films plutôt froids de Chris Columbus.



Image
Comme pour le premier Harry Potter, deux éditions DVD différentes sont proposées, l'une au format d'image plein écran (4:3/Pan&Scan) et la seconde au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16:9 (dit anamorphosé).

Le rendu visuel est excellent, l'interpositif utilisé pour le télécinéma étant manifestement de tout premier ordre.

L'image est généralement nette et précise offrant un rendu dans les normes des détails et textures. Les couleurs sont correctement étalonnées. Les différentes teintes sont subtilement reproduites. La scène où Harry Potter est témoin d'événements vieux de cinquante ans est à ce sujet un bel exemple d'étalonnage réussi, l'aspect du héros ne changeant pas alors que tout son environnement a basculé dans de très jolis tons sépia. Les couleurs sont bien délimitées et on n'observe aucuns débordement.
La brillance (le niveau des noirs) et le contraste sont parfaitement ajustés, ce qui est critique pour ce type de film montrant des images contrastées avec des décors souvent très sombres. Les effets spéciaux les plus lumineux ne souffrent quand à eux d'aucune surexposition mal contrôlée. Les zones d'ombres offrent un niveau de détail digne du reste de l'image et des dégradés fluides.

Cette très belle qualité d'image est servie par une compression bien maîtrisée, les seuls défauts visibles étant quelques légers fourmillements qui ne peuvent pas être qualifiés de gênants. On notera aussi une légère sur-définition des contours mais encore là il s'agit d'un problème mineur.


Son
Précisons que deux éditions ont été produites pour la Zone 1: l'édition américaine, comportant des bandes-sonen Anglais et Espagnol, toutes deux en Dolby Digital 5.1 EX et l'édition canadienne pour laquelle on a substitué au double espagnole une bande-son française (elle aussi Dolby Digital 5.1 EX). Des sous-titres sont proposés en Anglais, Espagnol et Français.

La spatialité est impressionnante, servie par une utilisation judicieuse des canaux d'ambiophonie (bien que parfois trop discrète). Pour plusieurs séquences, les cries de multiples créatures envahissent littéralement tout l'espace sonore, et ce de façon tout à fait convaincante. La dynamique est surprenante, au service d'effets sonores atteignant des volumes très impressionnants. La très bonne séparation des canaux concourt au réalisme et à la présence immersive du champ sonore. Les effets de transitions sont magnifiques, notamment lors du match de Quidditch où la balle tourne autour du spectateur de façon tout à fait convaincante. La trame sonore, impeccablement intégré au mixage, démontre profondeur et fidélité. Les dialogues sont toujours parfaitement intelligibles, jamais couverts par les sons d'ambiance.
Les basses fréquence sont très présentes, le canal .1 (LFE) étant justement mis à contribution sur des effets sonores les plus tonitruants. Rien de franchement exagéré, juste une utilisation judicieuse et pleine de santé.

Le doublage français (Dolby Digital 5.1 EX) est proprement réalisé bien qu'on y perd un peu en dynamique et pour les sons d'ambiance.


Suppléments/menus
La plupart des suppléments se trouvent sur le second disque, qui leur est dédié. Avec le premierdisque, on trouve juste Year One at Hogwarts (1:56), qui est en fait une bande-annonce de l'édition du premier film de la série, et Theatrical Trailer (2:12), la bande-annonce du second.

Le second disque propose, grâce à un menu animé de très belle facture, une multitude de suppléments principalement destinés aux enfants, public-cible du film. Précisons en premier lieu qu'on peut naviguer parmi les suppléments via des menus en français. Mais ne n'est pas tout la voie hors-champs qui accompagne le spectateur tout au long des suppléments est en français. Aussi les scènes supplémentaires ont été doublées tandis que d'autres éléments, tel l'entrevue en compagnie de J.k Rowling, à été sous-titré.

Les suppléments débutent avec Additional scenes qui permet d'accéder à dix-neuf scènes coupées ou alternatives, Ces scènes, dont l'intêret varie, sont d'une durée totale de 17:40 et il est possible de les regarder séparément ou en bloc. Notons que ces scènes coupées sont finalisées, et proposées au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert optimisé 16:9.

Activities permet d'accéder à une série de jeux interactifs (principalement des Questions-Réponses) qui sauront sans doute éveiller l'intérêt des enfants. Les plus agées n'y trouveront pas toujours leur compte.

Behind Hogwarts permet d'accéder aux suppléments les plus intéressants, et notamment les documentaires.
Convertsation with J.K.Rowling and Steve Kloves (16:11) est une entrevue avec l'auteur la plus célèbre du moment et avec le scénariste du film, qui nous parlent de la difficulté de leur travail d'adaptation du roman à l'écran.
Dumbledore's Office permet d'accéder à deux suppléments, le premier, Building a Scene (17:22) étant un documentaire sur la production de la séquence se déroulant dans le bureau de Dumbledore, et en particulier sur le décor lui-même. Le second, Tour Dumbledore's Office est une sorte de jeu interactif d'exploration 3D du fameux bureau.
Interviews with Students, Professors and more permet d'accéder à deux ensembles d'entrevues : Students (8:47), avec les jeunes acteurs, Professors and more (10:39), avec les plus âgés. Ces entrevues peuvent être regardées question par question.
Gallery of Sketches est un ensemble de galeries permettant d'admirer une multitude de superbes dessins et peintures effectués lors de la recherche graphique durant la pré-production du film.

Lockhart's Classroom est un ensemble de trois suppléments humoristiques sur le professeur à l'ego surdimensionné. La galerie de photos est particulièrement amusante.

Spellcaster's Knowledge est encore un jeu interactif de questions à choix multiples, et Game Preview est un ensemble de déquences vidéo du extraites du jeu d'Electronic Arts tiré du film.

Cette édition DVD propose aussi une variété de petits jeux pour PC équipés d'un lecteur de DVD-ROM. La quasi-totalité des suppléments disponibles s'adresse nettement plus aux enfants qu'aux adultes cinéphiles. Cependant certains documentaires et galeries méritent qu'on s'y attarde.



Conclusion
Cette édition, offerte dans un bel emballage identique à celle du film précédent, est d'un niveau nettement supérieur. L'image et le son sont d'un très bon niveau, et les menus nettement moins torturés mènent à quelques suppléments intéressants. Si vous avez acheté et aimé le premier, n'hésitez pas, celui-ci lui est supérieur. Dans le cas contraire, il s'agit d'un film certes divertissant mais certainement pas indispensable.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2003-04-08

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Harry Potter and the Chamber of Secrets

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
161 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX*
Française Dolby Digital 5.1 EX*

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Scènes coupées, documentaires, jeux interactifs, galeries et bandes-annonces

Date de parution:
2003-04-11

Si vous avez aimé...