Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Master and Commander: The Far Side of the World (regular edition)

Critique
Synopsis/présentation
L'auteur Patrick O’Brian a écrit une vingtaine de livre portant sur les guerres napoléoniennes (début du 19e siècle) ayant tous comme personnage principal le capitaine Jack Aubrey. Ces histoires sont à la base du film Master & Commander: The Far Side of the World, ce dernier s'inspirant de quelques-uns de ses récits de batailles navales.

Le film, réalisé par Peter Weir, met en scène Russel Crowe dans le rôle du capitaine Jack Aubrey, à la tête du navire H.M.S. Surprise. La mission de Aubrey et de son équipage est bien simple, ils doivent traquer un navire français le long des côtés de l’Amérique du Sud. Cette aventure les mènera de la côte est jusqu’aux îles Galápagos (côte ouest), avec une traversée périlleuse du Cap Horn. Ce périple, mettra a rude épreuve l’équipage qui devra surmonter attaques et carpices de la nature...

Notons que Master and Commander: The Far Side of the World c'est mérité dix nomination aux Oscars pour finalement rafler deux statuettes (meilleur montage sonore et meilleur photographie).


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 2.40:1 d’après un transfert 16:9. Le débit moyen est d’environ 6,95 Mbps.

L'interpositif utilisé est de tout premier ordre, aucun parasite (taches, rayure, point) n'entachant l’image. La définition générale de celle-ci est excellente, ce qui permet d'apprécier un très haut niveau de détail. Par contre, certains plans montrent des textures manquant légèrement de précision et de subtilité. Bien que plusieurs scènes aient été filmées dans un environnement contrôlé (studio ou bassin), les effets de brouillard ou de pluie exige une gestion très pointue de la compression. Le rendu des couleurs est impeccable, sans débordement ou sursaturation. La photographie à parfois été filtrée et stylisée afin de donner un aspect doré et/ou légèrement délavé à l’image. Les tons de peau paraissent naturelles et sans dominantes. Avec de nombreuses scènes tournées en pénombre ou dans une obscurité partielle, on ne peut qu'admirer l’excellent travail fait dans la gestion du niveau des noirs (la brillance) et du contraste. Cette gestion permet de tirer le plus d’information des parties sombres. Par conséquent, les dégradés sont fluides et ne bloquent pratiquement jamais. Les noirs sont profonds et purs.

La partie numérique du transfert est sans défaut majeur. La sur-accentuation des contours, qui aurait pu être problématique ici, se limite à quelques rares et légers effets d'halos. Aucun autre signe de compression n’est observable.

Le changement de couche survient après 61 minutes et 49 secondes.


Son
Pas moins de quatre bandes sonores sont offertes avec cette édition. La version originale anglaise est disponible au format Dolby Digital 5.1 et DTS 5.1, alors que les doublages français et espagnol sont respectivement au format Dolby Digital 5.1 et Dolby 2.0 Surround. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le doublage français est bel et bien en 5.1, même s’il s’agit d’un titre distribué par Fox. Espérons que cela deviendra une habitude chez ce studio qui nous habitué à beaucoup d'inconsistance.

Le mixage principal a tout ce qu’il faut pour en devenir un de référence. Le champ sonore se déploie avec force, puissance et est extrêmement dynamique. Tous les éléments sonores sont suberbement mixés, avec subtilité et précision, de façon à offrir l'expérience sonore la plus réaliste possible. C'est véritablement au cours des batailles navales que le mixage, signé Richard King/Paul Massey/Doug Hemphill/Art Rochester, prend toute sa force. L’environnement sonore est saturé d’effets localisés, mais tout en restant d'une cohérence logique. Les transitions (avant/arrière et gauche/droite) sont nombreuses, mais fluides, jamais trop poussées. L'usage des canaux d’ambiophonies est incessant et développe toute la spatialité de ce mixage.
Malgré tout ce boucan, les dialogues sont toujours nets et intelligibles. Presque tous les dialogues ont été ré-enregistrés (post-synchronisation, ADR), mais l’excellent travail effectué laisse entendre des voix naturelles et bien intégrées. La trame sonore profite également du mixage multi-canal, se déployant souvent de tous les canaux. La fidélité de la musique est sans reproche. Les basses sont omniprésentes, alors que les extrêmes graves .1 (LFE) se manifestent régulièrement (bourrasques de vent, fracas des vagues ou l’impact des boulets de canon).

Richard King a, avec ce mixage, entièrement mérité l’Oscar du meilleur montage sonore à la cérémonie 2004 des Academy Awards.

Des sous-titres anglais et espagnols sont disponibles. Malheureusmement la Fox n'a pas cru bon d'inclure de sous-titres français. Voilà qui est réellement dommage pour celui ou celle qui veut apprécier le mixage orginale anglais, mais qui est moins familier avec la langue de Shakespeare (incluant l'accent britannique).


Suppléments/menus







Conclusion
Alors que Hollywood s'acharne à produire des films dérivés de bandes dessinées ou des suites toujours plus mauvaises que l'original, le réalisateur Peter Weir (Dead Poet Society, The Truman Show) offre un film d'action solidement réalisé. Les guerres napoléoniennes ne sont certainement pas les plus populaires dans le genre, mais elles n’en demeurent pas moins fascinantes.

Techniquement, cette édition est des plus impressionnantes. L'image montre quelques petits défauts, mais le résultat final paraît tout de même mieux que bien d’autres transferts. L'aspect sonore de cette édition est tout simplement irréprochable et saura plaire aux plus exigeants. Il ne fait aucun doute que cette édition deviendra un disque de démonstration et de référence pour le son.
Notons que deux produits DVD sont disponibles. Le premier, critiqué ici, n’offre que trois bandes-annonces en guise de suppléments. Par contre, une impressionnante édition double disque est également disponible. Celle-ci inclue de nombreux suppléments et aborde la production du film sous forme de documentaires. Tout y passe, des effets spéciaux de ILM aux montages sonores et la post-synchronisation.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,5/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,1/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2004-04-27

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Master and Commander: The Far Side of the World

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
138 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX
Anglaise DTS ES
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Bandes-annonces

Date de parution:
2004-04-20

Si vous avez aimé...