Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

People will Talk

Critique
Synopsis/présentation
Joseph L. Mankiewicz (pour des indications sur sa carrière se reporter à la critique de All about Eve) signe avec ce film son oeuvre la plus personnelle en ce sens qu'elle lui permet d'exprimer ses principes sur la vie et de clairement désigner ce qui lui déplaisait dans l'American Way of Life des années 50.
On y suite l'histoire du docteur Noah Praetorius (Cary Grant), un médecin profondément humaniste et incroyablement doué pour soigner les gens. Sa popularité déclenche la jalousie de Rodney Elwell (Hume Cronyn), un collègue de l'université qui l'emploie, et ce dernier va faire tout ce qu'il peut pour tenter de détruire la réputation sans failles de Praetorius. Ses vues originales sur la médecine et son parcours cahotique vont fournir à Elwell matière à se croire en position de force par rapport à son adversaire Praetorius qui évite tant qu'il le peut de répondre aux provocations de celui-ci.

L'intrigue du film est curieusement agencée, mélangeant allègrement des éléments de comédie avec d'autres beaucoup plus graves, une dénonciation en règle de l'état d'esprit de suspicion qui était en vogue à l'époque avec une histoire d'amour.
Tout ceci s'explique par le fait que Mankiewiecz souhaitait pouvoir utiliser le cinéma pour tenter d'éduquer le grand public au travers d'un film ouvertement conçu pour lui. Cependant, le trait est un peu forcé à cause d'un mélange parfois surprenant ou du moins peu habituel du réalisateur qui fait que la critique eut tendance à se focaliser sur ces "défauts" plutôt que de chercher le véritable intérêt du film.
Mankiewicz fait effectivement preuve de moins de "rigueur" dans l'agencement de son scénario, mais il nous apparaît qu'il s'agit davantage de multiplier les situations au maximum, de façon à pouvoir aborder le plus de sujets possibles sur lesquels il pourra offir au public le produit de ses reflexions. Il se rapproche ainsi de Chaplin qui sut mieux que personne utiliser un fond de comédie pour parler de problèmes importants et livrer ses conclusions et solutions à ce propos.

Les dialogues sont brillamment écrits et parviennent avec une facilité déconcertante à lier bons mots, humour et critique cinglante du système en la dissimulant derrière des structures complexes. Beaucoup de situations prennent ouvertement des libertés avec les tabous de l'époque et Mankiewicz s'appuie dessus donc pour démontrer qu'il n'y a aucune raison d'être choqué par ces situations.
Les personnages sont plus subtils qu'il n'y paraît et malgré ses airs d'ange, Praetorius est souvent présenté comme suffisant, donneur de leçons et trop sur de lui.
Cary Grant incarne de façon magistrale ce médecin toujours à l'aise et sur de lui, en lui donnant le petit plus de supérorité qu'il nécessitait. Les autres acteurs incarnent leur personnage de façon convaincante, et si l'évolution qu'a souhaité leur donner Mankiewicz peut dérouter leur qualité d'interprétation, ne sont pas à mettre en cause.

Certains critiques ont voulu absolument y voir une dénonciation ratée et timide du McCarthysme, or il est évident que ce n'est qu'un des multiples sujets sur lequel Mankiewicz souhaitait donner son avis à travers cette oeuvre. L'intelligence évidente de ce réalisateur si fin a quelque chose d'euphorique dans la façon qu'il a de nous expliquer sa conception de la vie, tant les situations décrites et la morale à en tirer sont d'une modernité et d'un progressisme très étonnant pour l'époque, surtout dans une oeuvre produite par un des réalisateurs vedettes de la Fox. Il est d'ailleurs surprenant de voir que tant de situations a priori immontrables dans un film de l'époque ont sans soucis passé le cap de la censure. A l'instar du reste de son oeuvre, sa mise en scène est discrète mais souligne, autant que les dialogues, l'avis du réalisateur qui prend bien soin de mettre en avant ce qui l'intéresse.

Voici donc une oeuvre passionnante à bien des égards,qui ravira les amateurs d'oeuvres humanistes et qu'il ne faut surtout pas juger au premier degré mais considérer dans son ensemble (en tenant compte des réserves ci-dessus), afin de pouvoir en apprécier toute l'intelligence et l'impertinence à l'époque de sa sortie.


Image
L'image est présentée au format repsecté de 1.33:1 d'après un transfert 4:3.

La définition générale est d'un bon niveau mais s'avère parfois fluctuante sans jamais baisser de façon significative pour autant. L'interpositif est vraiment très propre et seuls quelques passages un peu granuleux viennent rappeler l'âge du film. La finesse des détails est aussi de qualité et permet d'apprécier toute la composition des décors dans leur moindre détail.
Le contraste est superbement géré, évitant absolument toutes les brillances.
Les scènes sombres sont impeccablement rendues grâce à des noirs parfaits, bien purs et profonds (comme on aimerait en voir plus souvent sur les ouvres de cette époque).
La qualité de rendu de l'échelle de gris et donc des dégréadés est absolument remarquable et permet une restitution quasi idéale du noir et blanc.

La partie numérique du transfert ne génère aucun défaut majeur et seuls quelques légers fourmillements font leur apparition de temps à autres sans jamais devenir gênants.
Un superbe transfert que seul une baisse légère mais tout de même présente de sa défintion empêche d'atteindre la note maximum. Il est plaisant de voir des éditeurs se donner la peine de conserver et éditer leurs classiques avec autant de soin.


Son
Les deux bandes-son disponibles sur cette édition sont respectivement en Anglais (Dolby Digital 2.0 stéréo) et Anglais (Dolby Digital 1.0 mono).

La dynamique des deux bandes-son est équivalente et dans la moyenne de ce qui se fait pour les films de cette époque. De façon logique, la présence et la spatialité de la bande-son stéréo sont un peu supérieures à celles de la bande-son mono et comme pour la dynamique sont dans une bonne moyenne.
La musique est bien rendue et surtout impeccablement intégrée au reste de la bande-son.
Les dialogues sont en permanence parfaitement intelligibles et sans traces notables de distortions ou parasites dans le haut du spectre.
Les basses fréquences sont évidemment anecdotiques d'autant plus que la majeure partie de la bande-son passe par les dialogues.
Les sous-titres sont disponibles en Anglais et Espagnol.

Deux bandes-son de qualité qui sont d'un niveau qualitatif équivalent à celui de l'image et permettent de redécouvrir ce film dans des conditions idéales.


Suppléments/menus
Une section malheureusement anecdotique qui ne propose aucun propos sur le film.
Sont donc offerts une galerie de photos, une bande-annonce du film en piteux état et quatre bandes-annonces d'autres films de la collection Cary Grant (An Affair to Remember, I Was A Male War Bride, Kiss Them for Me, Monkey Business). Il est vraiment dommage de ne trouver aucun commentaire d'un spécialiste de Mankiewicz, qui aurait pu eclaircir divers points quant à la soi disant étrangeté et incohérence du film, si souvent citées par les critiques comme des défauts redhibitoires de l'oeuvre.



Conclusion
Une édition réussie au niveau audio comme vidéo et si les suppléments sont malheureusement insignifiants.

Un film qui pourra dérouter par son mélange un peu brouillon de divers genres a priori antinomiques sans jamais clairement choisir son camp. Cependant l'étonnante leçon de choses, ou plus précisément la mise en avant des convictions profondes de Mankiewicz, est tellement magistrale que le précédent "défaut" s'oublie rapidement. Et si cet aspect ne vous intéresse pas, il reste des interprétations hors pair, une subtilité des personnages étonnante et la science du rythme du recit et de l'écriture des dialogues qui caractérisent celui qui était souvent qualifié de metteur en scène le plus intelligent d'Hollywood.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,4/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-03-01

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
People will Talk

Année de sortie:
1951

Pays:

Genre:

Durée:
103 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Galerie de Photos, Bande-Annonce

Date de parution:
2004-01-06

Si vous avez aimé...