Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Sweeney Todd - The Demon Barber of Fleet Street (Two-Disc Special Collector's Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Après avoir été accusé d’un crime qu’il n’a pas commis par un juge corrompu (Alan Rickman) convoitant sa femme et sa fille, un barbier (Johnny Depp) de bonne réputation revient chez lui, sous le pseudonyme de Sweeney Todd, dans le but de se venger de l’injustice dont il a été victime. Son dégout face à la société en général le pousse dans une série de meurtres gratuits lors desquels il tranche la gorge de ses victimes. Afin de disposer proprement des corps, il s’associe avec la cuisinière (Helena Bonham Carter) du commerce adjacent afin qu’elle transforme les cadavres en petits pâtés. Sweeney tente également de retrouver sa fille, maintenant sous la tutelle du juge.

L’histoire de vengeance dont il est question ici n’a rien de véritablement innovateur, mais c’est dans l’exécution de celle-ci que l’œuvre prend toute son originalité. Adapté de la pièce de théâtre de Stephen Sondheim par le toujours macabre Tim Burton, vous devez savoir qu’il s’agit ici d’une comédie musicale. Le personnage de Sweeney Todd chante donc sa haine envers la société, tout en tranchant des gorges. Il est à la fois troublant et rafraîchissant de voir ces deux genres fusionner en une œuvre artistiquement impressionnante. C’est unique, personne ne dira le contraire.


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 1.85:1 d’après un transfert 16:9. Le matériel source n’affiche aucun défaut incontrôlé et demeure propre de tout parasite.

L'image montre une palette de couleurs hautement stylisée, ce qui signifie, pour le réalisateur Tim Burton, une désaturation presque absolue de l’image. Les scènes en flashback affichent une dominance jaune dorée et les rêveries de Mrs. Lovett optent pour des couleurs plus réalistes, mais la grande majorité du film joue sur une note monochromatique (nuances de gris seulement). En fait, une seule couleur semble vouloir se distinguer: le rouge sang. Puisque les couleurs se maintiennent en retrait, la qualité du transfert repose en grande partie sur les noirs. Ceux-ci sont heureusement très bien ajustés, avec des contrastes qui évitent tout excès. Il en découle un niveau de détails irréprochable dans les parties sombres. Les dégradés ne font jamais défaut et mènent à des noirs profonds et purs, sans effet fantôme ou autre conséquence. La définition générale de l’image est également très bonne, avec un niveau de détails élevé et des textures correctement reproduites (à quelques exceptions près).

Le seul défaut imputable à la numérisation et à la compression est visible sur les surfaces à texture rayée. Un effet de crénelage (escalier) affecte celles-ci. Ce problème aurait pu être évité avec une compression moins prononcé ou, éventuellement, avec un meilleur débit (Blu-ray).


Son
On peut profiter du film dans sa version originale anglaise ou avec les doublages français et espagnols. Tous sont au format Dolby Digital 5.1, mais il est à noter que les chansons ne sont pas doublées, uniquement sous-titrés.

Rien de bien surprenant ici, alors que cette comédie musicale met définitivement l’emphase sur la musique et l’aspect artistique de la production. Les dialogues sont très bien reproduits et les paroles demeurent nettes et parfaitement intelligibles (même l’accent britannique très prononcé de Bonham Carter), mais c’est vraiment lorsque la trame sonore se déploie que le mixage prend toute sa valeur. Avec la musique, l’environnement sonore devient vivant, laissant entendre différents instruments dans les canaux d'ambiophonies et offrant une excellente stéréophonie dans les avants. L’ensemble orchestral utilise tous les instruments à sa disposition, tirant même avantage des extrêmes graves (LFE, canal .1) lors de certaines pièces. Les voix sont très bien cernées, sans pour autant paraitre artificielles. Composées de main de maître par Stephen Sondheim, la musique et ses paroles permettent de ressentir sans problèmes les émotions des personnages, de la colère du barbier jusqu’à l’admiration de Mrs. Lovett.

En plus d’avoir les segments musicaux sous-titrées dans les trois langues, la totalité du film et la majorité des suppléments s’accompagnent également de sous-titres français (ou espagnols).


Suppléments/menus








Conclusion
À mi-chemin entre le drame et l’horreur, avec un brin de comédie, cet hybride cinématographique est présenté sous la forme d’une comédie musicale délicieusement lugubre. Bien que Tim Burton revienne une fois de plus avec sa formule habituelle (Johnny Depp, sa femme Helena Bonham Carter et une image aux couleurs désaturées), le public ne semble pas s’en lasser… les critiques non plus d’ailleurs.

D’un point de vue technique, le résultat est tout aussi appréciable. L’image est parfaitement balancée, malgré la sévère stylisation, avec comme seul défaut une limitation imposée par le support DVD. Le mixage sonore est fantastique, donnant à l’éventail musical toutes les libertés souhaitées. L’absence d’une piste de commentaires audio est facilement compensée par la multitude de suppléments qui couvrent tous les aspects de la production, ainsi que la pièce de théâtre, son adaptation et même l’histoire à son origine.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,1/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,1/5

Note finale:
4,1/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2008-06-24

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Hitachi 51F500, Récepteur Denon AVR-487, Enceintes Denon SYS-57HT, Lecteur Blu ray Playstation3

Le film

Titre original:
Sweeney Todd - The Demon Barber of Fleet Street

Année de sortie:
2007

Pays:

Genre:

Durée:
116 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Dreamworks

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Français
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Séquences tournées en coulisses, segments, entrevues, montage musical et bandes-annonces

Date de parution:
2008-04-01

Si vous avez aimé...