Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

To Have and Have Not   

Critique
Synopsis/présentation
Howard Hawks est un des grands cinéastes américains du siècle dernier et sa longue et prolifique carrière (48 films de 1926 à 1970) est jalonnée de chefs-d'oeuvre marquants tels que : Scarface (1932), Bringing up Baby (1938), Only Angels have Wings (1939), His Girl Friday (1940), Sergent York (1941), Ball of Fire (1941), To Have and Have not (1944), The Big Sleep (1946), Red River (1948), The Big Sky (1952), Monkey Business (1952), Gentlemen Prefer Blondes (1953), Rio Bravo (1959).

To Have and Have not (1944) nous propose de suivre l'histoire de Harry Morgan (Humphrey Bogart), capitaine d'un bateau de pêche sur une île de la Martinique durant la seconde guerre mondiale. Il est accompagné de son fidèle et alcoolique aide, Eddie (Walter Brennan), sur lequel il veille de façon très paternaliste. Une jeune femme séduisante et mystérieuse, Marie Browning (Lauren Bacall), s'installe à son hôtel et c'est le coup de foudre entre eux deux. Mais le parton du restaurant lui demande de rendre service à la resistance française et celui-ci refuse dans un premier temps. Puis par amour pour "Slim" (Marie), il finira par accepter cette fameuse mission afin de pouvoir lui payer un billet d'avion pour qu'elle puisse quitter l'île.

Le scénario de William Faulkner d'après une nouvelle d'Hemingway est de façon évidente un décalque de l'intrigue de Casablanca (Michael Curtiz, 1943). Mais les dialogues acérés et l'alchimie magique entre Bogart et Bacall font que si la filiation est évidente, les deux oeuvres sont suffisamment différentes pour que cela ne soit jamais gênant. Cependant, il s'agit plus d'une oeuvre s'appuyant davantage sur son ambiance que sur son scénario. Le second degré dans les dialogues et le sous-entendu des situations font tout le prix de ce script.

Hawks, sa mise en scène, son sens inné du cadrage et l'ambiance qu'il réussit à instaurer sont les véritables créateurs du film et de la légende qu'il deviendra. Sa mise en scène fluide et discrète fait la part belle aux acteurs auxquels elle offre des scènes plus marquantes les unes que les autres. Il sait ne pas s'attarder sur les péripéties (plutôt classiques) pour se concentrer sur ses personnages principaux et leur attirance quasi animale, mais aussi introduire un humour féroce qui allège grandement une eouvre qui aurait eu tort de se prendre au sérieux.

La rencontre entre Bogart et Bacall est pour le moins explosive et il faut bien avouer que sans cette alchimie incroyable (et l'amour qui en découlera), cette oeuvre n'aurait certainement pas eu le même impact. Bacall (alors agée de 20 ans seulement) était la protégée de Hawks et l'amour naissant entre les deux acteurs contraria les vues que celui-ci avait sur la superbe Lauren Bacall. Les sous entendus sexuels permanents et la féminité "agressive" de Bacall font absolument merveille, donnant lieu à nombre de scènes savoureuses qui sont définitivement rentrées dans l'histoire du cinéma.
Walter Brennan est un poivrot sympathique qui apporte une touche d'humour légère qui colle parfaitement bien à l'ambiance de l'oeuvre. Comme pour entériner la filiation avec Casablanca, nombre d'acteurs y jouant des seconds rôles sont réutilisés dans To Have and Have not de façon quasi similaire et toujours aussi efficace.

Voici un classique hollywoodien de premier ordre qui vous permettra de découvrir en direct les tonitruants débuts d'une des plus célèbres romances de stars hollywoodiennes et profiter d'une oeuvre concise et efficace (à défaut d'être originale) et fort distrayante comme le grand Howard Hawks avait l'habitude de concocter pour son public.


Image
L'image est présentée au format respecté de 1.33:1 d'après un transfert 4:3.

La définition générale est d'un excellent niveau sans toutefois atteindre celles des éditions spéciales de Casablanca ou The Treasure of the Sierra Madre (cf Critiques). L'interpositif est relativement propre mais les marques du temps et l'absence d'une restauration poussée se font sentir sous la forme de divers points et rayures qui traversent régulièrement le film tout en restant relativement discrets et peu gênants.
Le contraste est lui fort bien géré, évitant toutes les brillances.
Les parties sombres sont correctement rendues grâce à des noirs d'une profondeur et d'une pureté étonnantes pour une oeuvre de cette époque. La qualité des dégradés est du même accabit, permettant un rendu impeccable de la photographie de Sidney Hickox.

La partie numérique est à la hauteur, ne générant aucun défaut notable si ce n'est une tendance aux fourmillements sur les scènes nocturnes qui ne s'avère pour autant jamais gênante.
Un transfert fort réussi pour une oeuvre aussi importante et ce sans restauration particulière. Il est néanmoins évident qu'un travail de nettoyage plus poussé aurait permis de rendre un transfert proche de la perfection mais qui s'avère totalement satisfaisant en l'état.


Son
La seule bande-son disponible sur cette édition est en Anglais (Dolby Digital 1.0 mono).
Sa dynamique s'avère plutôt limitée mais honnête pour une oeuvre de 1944. Sa présence et sa spatialité sont faibles mais cela n'a pas d'importance pour ce film plutôt axé sur les dialogues.
La musique est bien restituée (malgré une faiblesse dans le haut du spectre) et parfaitement intégrée au reste de la bande-son.
Les dialogues sont toujours intelligibles même si l'on doit parfois pousser le niveau sur certaines scènes. Les parasites et distortions présentes à volume élevé apparaissent comme limitées à leur minimum et ne s'avèrent jamais gênants.
Les basses fréquences sont bien évidemment anecdotiques et de toute façon peu importantes sur ce film.
Les sous-titres sont disponibles en Anglais, Français et Espagnol.

Une bande-son moins réussie que l'image mais qui propose néamoins plus que le minimum syndical et permet d'apprécier le film dans de bonnes conditions même si un remixage complet aurait été apprécié.


Suppléments/menus
Le documentaire intitulé "A Love Story : The Story of To Have and Have Not", d'une durée de 11 minutes et 16 secondes, est à nouveau conçu et présenté par Leonard Maltin. Il y revient sur la romance entre Bogart et Bacall et sur l'importance de To Have and Have Not dans le cinéma hollywoodien. Son ton est comme toujours agréable à suivre et didactique, ce qui rend ce documentaire trop court car on aurait aimé en savoir plus.
Est également offert une version radio du film avec Bogart et Bacall eux-mêmes, malheureusement de qualité médiocre.
Enfin est proposé un animation "Bacall to Arms" qui parodie les films du célèbre couple mais peine à retrouver la qualité des meilleurs dessins animés Looney Tunes.

Un ensemble intéressant et appréciable pour une édition économique, qui nous l'espérons marque la fin des éditions de classiques totalement vides de suppléments de la part de la Warner



Conclusion
Une édition de bonne qualité audio et vidéo qui aurait tout de même bien supporté une restauration et une remixage plus complet. La présence de suppléments, le prix de vente très bas et la qualité de l'oeuvre font de cette édition un achat recommandé.

Un film mythique qui marqua la naissance d'un couple de stars inoubliable et cette alchimie incroyable découverte lors du tournage lui offre une ambiance inimitable.
Bogart et Bacall rayonnent et Hawks sait parfaitement comment les mettre en valeur sans oublier de prêter attention au rythme de son film et à ses péripéties.
Un film d'aventures réussi, que la filiation avec ce monument qu'est Casablanca n'handicape pas et qui nous offre des ambiances et un suspense de qualité que tout amateur de cinéma se doit de posséder dans sa collection.


Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
2,9/5

Rapport qualité/prix:
3,3/5

Note finale:
3,2/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2003-12-09

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
To Have and Have Not

Année de sortie:
1945

Pays:

Genre:

Durée:
100 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
documentaire, cartoon, pièce radiophonique, bande-annonce

Date de parution:
2003-11-04

Si vous avez aimé...